Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Réforme du code du travail : ce que les ordonnances vont changer concrètement dans la vie des entreprises

La fameuse loi "travail" s'inscrit dans une tendance de long terme à la décentralisation du dialogue social.

La théorie et la pratique

Publié le
Réforme du code du travail : ce que les ordonnances vont changer concrètement dans la vie des entreprises

Atlantico : Mesure phare de le campagne électorale d'Emmanuel Macron, la loi travail est arrivée à maturité après 3 mois de concertation. Au regard des mesures proposées, quelles seront les effets les plus visibles de l'application de cette loi, aussi bien pour les salariés que pour les employeurs ? Quelles sont les conséquences concrètes à attendre, dans la vie quotidienne ?

Bertrand Martinot : Le cœur de cette loi, qui s'inscrit dans une tendance de long terme à la décentralisation du dialogue social, c'est de redonner des marges de discussion pour adapter les conditions de travail au plus près des salariés, y compris (et c'est une grande nouveauté) dans les PME et TPE. Concrètement, il sera possible de discuter aujourd'hui au niveau de l'entreprise de sujets pratiques qui étaient verrouillées par les branches professionnelles, comme les congés, les primes, la conciliation vie professionnelle - vie familiale ou encore le droit à la déconnexion.

Pour les employeurs, un certain nombre de sécurités juridiques concrètes sont apportées. Le plafonnement des indemnités accordées par les prudhommes en cas de licenciement irrégulier va évidemment dans ce sens. De même, il y a le droit à l'erreur dans le cas où la procédure de licenciement ne serait entachée que d vice de forme. Enfin, le délai de prescription de l'action en justice contre un licenciement est ramené à douze mois contre vingt - quatre mois auparavant. Tout cela peut contribuer à débloquer la peur des embauches dans les TPE et PME qui gèrent difficilement le risque juridique.

Suite à la présentation des ordonnances par le gouvernement, certaines mesures sont pointées du doigt par les syndicats. Ainsi, les modalités de négociations dans les petites entreprises (moins de 11 salariés) ou un chef d'entreprise pourra discuter avec ses salariés des aspects qui ne relèvent pas de la branche, pour trouver un accord à la majorité. Alors que le débat est encore très théorique, très concrètement, dans quels cas une telle négociation pourrait voir le jour ? Comment pourraient se dérouler de telles négociations ?

Dans une entreprise de ce type, il faut précisément éviter tout formalisme. Concrètement, les salariés interagiront directement avec leur employeur. Une fois parvenus à un projet d'accord, celui - ci devra être ratifié par les salariés à la majorité des deux - tiers des salariés.

Ce devrait donc être une procédure assez simple. Notre droit du travail souffre d'un excès de formalisme. Si, au moins ce formalisme permettait d'améliorer les conditions de travail et le bien - être au travail, diminuer la pression au travail, etc. on pourrait en discuter. Malheureusement, les enquêtes internationales montrent que les salariés français sont parmi les plus sous pression des pays de l'OCDE. Pour résumer, notre pays est à la fois celui des 35 heures et celui des burn-out... !

Il faut donc changer de logique et accepter, lorsqu'il s'agit de conditions de travail concrètes, ou encore de salaires et de congés que des normes décidées d'en haut par la loi ou la branche ne sont pas toujours les plus pertinentes ni les plus protectrices pour les salariés. On peut imaginer des accords très innovants en matière de conciliation vie familiale / vie professionnelle qui ne sont pas aujourd'hui possibles car verrouillées par la branche, et qui le deviendront demain.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Poussard Gérard - 01/09/2017 - 13:18 - Signaler un abus reformette de ce gouvernement qui a tellemnt consulté

    Qu'il ne touche pas au temps de travail, premier élément indispensable pour le marché du travail...Rien sur les heures supplémentaires defiscalisees, Travailler plus pour gagner plus slogan de Sarkozy qui a donné de leset du du dynamisme aux ouvriers, employés... Fiasco annoncé ..

  • Par vangog - 01/09/2017 - 14:44 - Signaler un abus Interaction des patrons avec les salariés...

    ça, c'est de la nouveauté, parce que, avant jupiter, il n'y avait aucune interaction...alors,qu'est ce qu'on fait? on jette les 160 pages de convention collective et on renégocie tout? il faudra prévoir deux ou trois mois de fermeture des entreprises pour s'y consacrer, et de furieuses migraines...

  • Par Fran6 - 01/09/2017 - 19:28 - Signaler un abus et voilà

    rien n'est sorti véritablement de ses consultations, le sujet principal est juste de savoir combien payera un patron quand il va viré un de ses employés, si c'est ça le sujet principal pour qu'un patron embauche, je crains que macron ne fasse ses 5 ans!!! aujourd'hui, être patron de TPE dans ce pays est être un prison ouverte, il y a tellement d'épées de Damoclès au-dessus de nos têtes que le sujet n°1 de nos pré-occupations est plus savoir comment fermer nos boites sans dégâts que de savoir comment la développé, dans mon village de 356 habitants, artisans, professions libérales, agriculteurs, aucun d'entre nous fait le smic dans cette France, 5ème puissance mondiale!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Martinot

Bertrand Martinot est économiste, ancien délégué général à l'emploi et à la formation professionnelle. Co-auteur notamment, avec Franck Morel, de "Un autre droit du travail est possible" (Fayard, mai 2016). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€