Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le coup de coeur de la semaine : "Le redoutable" : Chapeau, Monsieur Hazanavicius !

Arriver à faire un film aussi drôle qu'intelligent sur Jean-Luc Godard, cinéaste culte de la Nouvelle Vague mais pas souvent "rigolo", c'est ce que vient de réussir Michel Hazanavicius. Le moins qu'on puisse dire est que le réalisateur de "The Artist" est l'homme des grands défis.

Atlanti-Culture

Publié le
Le coup de coeur de la semaine : "Le redoutable" : Chapeau, Monsieur Hazanavicius !

CINEMA

« LE REDOUTABLE »  

de MICHEL HAZANAVICIUS

avec LOUIS GARREL, STACY MARTIN, BÉRÉNICE BEJO, etc…

 

RECOMMANDATION : EXCELLENT

THÈME

Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus adulé de sa génération, tourne « La Chinoise » avec une jeune actrice de  seize ans sa cadette, Anne Wiazemsky. Education, idées, tout devrait  séparer le réalisateur et son interprète, mais leurs différences les fascinent et ils s’aiment, au point de s’épouser.

C’est à l’histoire du délitement du couple de ces deux-là  que Michel Hazanavicius va nous faire assister. On va voir comment Godard, par peur de rater le train de la modernité et aussi par souci de se remettre fondamentalement en question  pour se réinventer, va s’enfoncer dans la révolution de mai 68, jusqu’à devenir sourd à tout et à tout le monde, ses amis et, surtout sa jeune femme.

Du cinéaste star et vénéré qu’il était, le réalisateur suisse va assez vite se transformer en maoïste aigri, odieux, jaloux et hors système, ce qui aura entre autres conséquences de faire capoter son mariage et de le couper d’une bonne partie du monde du cinéma.

POINTS FORTS

 1 D’abord, le ton si blagueur et si irrévérencieux de ce film, qui est tout sauf un biopic compassé du cinéaste culte de la Nouvelle Vague. Inspiré par deux livres souvenirs écrits par Anne Wiazemsky -cf chroniques Culture-Tops-, il s’agit ici d’un (anti) portrait libre, joyeux, et même iconoclaste, d’un créateur sur lequel on avait jusqu’à présent peu osé plaisanter. Au vu du « sujet », on ne s’attendait pas à rire. Divine surprise, on se trouve face à une comédie réjouissante, et même par moments, désopilante, parce que son principal « protagoniste », aussi myope que naïf  en certains domaines,  est souvent, consciemment ou involontairement, d’une irrésistible loufoquerie. Catalogué aujourd’hui « intello-chiant » par ses  nombreux contempteurs,  on avait fini par oublier, que, jeune, Godard fut aussi brillant que drôle, aussi lunaire qu’intello (ce qui va souvent de  pair). Un vrai personnage de film burlesque !

2 La forme, ou plutôt, les formes du film. Le cinéaste Michel Hazanavicius s’en donne à cœur joie dans le mélange des styles et des couleurs. Bien sûr, on est dans un film des  sixties, mais y abondent les ruptures de tons, visuelles, comme narratives. On passe notamment de séquences intimes à des scènes, très amples (dont celles, effervescentes, des manifestations de mai 68). Au final, cela donne un film où on ne s’ennuie pas un quart de seconde.

3 Le sujet même de ce « Redoutable ». Au delà du portrait si fantaisiste d’un créateur et de son époque, c’est l’analyse du désamour entre un homme et une femme qui se ratèrent, pour ne pas avoir su monter, ensemble, sur une des marches importantes de l’Histoire de France, mai 68.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€