Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les recettes du Made in Italy : la dolce vita des exportateurs italiens

Si on parle beaucoup de l’excédent commercial allemand, on oublie un peu vite que nos voisins italiens sont eux aussi très forts en exportations.

Business

Publié le
Les recettes du Made in Italy : la dolce vita des exportateurs italiens

En Italie, le commerce extérieur est excédentaire depuis 2012 (51 milliards d’euros d’excédent italien contre 48 milliards de déficit en France pour 2016). Et ce sont toutes ces entreprises exportatrices qui tirent la croissance de l’Italie.

Ce qui signifie que l’Italie s’exporte très bien à l’international car ellea su se spécialiser dans plusieurs secteurs.

D’abord, la gastronomie a toujours la côte. La pasta italienne comme la charcuterie si typique se vendent partout dans le monde, même si le vin reste le produit le plus exporté. Le vin italien a été plébiscité par les russes et les chinois, avec des exports qui ont augmenté respectivement de 48 et 25%.

Puis vient le design italien, qui n’est pas qu’un mythe et contribue fortement aux exportations. Le Salone del Mobile, le Salon du Meuble de Milan, est l’événement le plus important de l’année. Et s’il a lieu en Italie, c’est que ce sont bien eux les rois en la matière.

Alors le secteur avait beaucoup été touché par la crise et on commence seulement à renouer avec les niveaux d’exportations de 2008. Les marchés principaux restent pour l’instant européens, pour plus de la moitié du chiffre d’affaires, mais les asiatiques ne sont pas loin derrière et Shanghai est d’ailleurs le second salon du mobilier en terme d’importance.

Le mobilier italien a pour lui de concilier le Made in italy au haut de gamme, et de tenir son rang en terme de qualité. Gabriella Lojacono, de l'université Bocconi de Milan souligne le repositionnement de l'Italie à la suite de la crise. « Le pays n'est plus sur l'entrée et le milieu de gamme, qui sont partis en Asie et en Europe de l'Est. C'est ce qui faisait le gros du volume des ventes. » Plus de qualité et moins de produits, les exportations en valeur, en tout cas, s’y retrouvent.

Mais la recette miracle, selon Claudio Luti, qui dirige la marque de design Kartell, c’est de fabriquer l’entièreté de sa production sur le territoire italien, même quand celle-ci est destinée à des pays lointains. « Tout notre processus de production se situe en Italie, et je dirai même plus, en Italie du Nord. La recherche, la création à Milan et les usines en Lombardie, et même que la plupart de nos fournisseurs. Cela permet de mieux contrôler la chaine de production et d’offrir le même standard de qualité à tous nos clients». Et comme standard de qualité,la marque est particulièrement agile,ne s’interdisant pas des collaborations avec des partenaires extérieurs, comme les célèbres créations de Philippe Starck.

En plus d’une production régionale, Kartell bénéficie d’un capital resté aux mains de la famille, malgré les nombreuses offres alléchantes proposées ces dernières. Claudio Luti ne voit aucune raison de vendre : il investit sur du long terme, il a de l’argent et il contrôle l’entreprise.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 21/01/2018 - 11:22 - Signaler un abus Et la mode italienne

    Magnifique classe et qualité. Rien de mieux!!

  • Par Mahaut - 21/01/2018 - 15:09 - Signaler un abus Un sujet intérressant qui aurait mérité plus de recherche

    Comme beaucoup d'articles de journalists, aucun fait, aucun chiffre, aucun avis d"expert, bref un travail baclé qui a du prendre à son auteur une bonne dizaine de minutes d'ecriture. C'est d'autant plus dommage que le sujet est peu connu; l'Italie est le 4 ou 5 exportateur mondial avec quelques 450milliards € de vente à l'étranger, Aude Kersulec, bossez donc un peu plus vos articles !!

  • Par ajm - 21/01/2018 - 16:34 - Signaler un abus Rôle des grosses pme familiales.

    Il faut souligner le rôle décisif des grosses pme familiales qui se transmettent aux jeunes générations grâce à un environnement fiscal plutôt favorable: pas d'ISF, pratiquement pas de droits de succession.

  • Par Anouman - 21/01/2018 - 16:42 - Signaler un abus Export

    S'ils exportent c'est qu'ils ont quelque chose à vendre que les gens veulent acheter à l'étranger. Et peut-être choisissent-ils moins de produire à l'étranger?

  • Par zombikiller - 21/01/2018 - 20:15 - Signaler un abus Bien vu Mahaut

    En lisant cet article je m'interrogeais sur la qualité des cours dispensés par l'Essec. Je pense que vous avez raison: l'article a été pondu en 10 mn maxi, çe qui est regrettable. Le thème est extrêmement intéressant et l'Italie possède un dynamisme que nous pouvons envier.

  • Par DANIEL74000 - 22/01/2018 - 08:15 - Signaler un abus Le mal Français

    L'oligarchie et la caste des 600 hauts fonctionnaires qui détruisent notre pays

  • Par DANIEL74000 - 22/01/2018 - 08:17 - Signaler un abus La pensée de Coluche trasnparente !

    Vous envoyez les technocrates au Sahara, cinq ans après, avec votre argent, ils achètent du sable ailleurs

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€