Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Realpolitik avec la Chine: l’heure pour la France de se mettre en marche sur les nouvelles routes de la soie a sonné

En se rendant en Chine du 8 au 10 janvier, le Président de la République, Emmanuel Macron va découvrir un pays dont la transformation, tant sur le plan interne que vis-à-vis de sa politique extérieure, se poursuit à pas de géant.

La route est tracée

Publié le - Mis à jour le 3 Janvier 2018
Realpolitik avec la Chine: l’heure pour la France de se mettre en marche sur les nouvelles routes de la soie a sonné

L’année 2018 pourrait ainsi être l’année de la redécouverte de ce qui, par le passé, nous a unis et qui pourrait, dans l’avenir, nous rapprocher.

En entraînant avec lui plusieurs centaines de chefs d’entreprises et d’acteurs français, désireux de profiter de cet élan autant économique que diplomatique, le président français,  découvrira, de Pékin à Xi’An -  au cœur de la Chine - le visage d’un pays aux multiples facettes.

Celles d’un pays-civilisation qui s’ancre dans sa profondeur historique pluri-millénaire assumée et ses desseins de puissance géographique revendiquée, parfois aux dépens de ses voisins terrestres et maritimes.

Le Président français rencontrera un président chinois, Xi Jinping, désormais auréolé d’un pouvoir sans précédent depuis Mao Zedong. Comme lui, le 7ème Président de la République populaire de Chine cumule désormais tous les titres afférant au pouvoir en Chine (Secrétaire général du Parti Communiste Chinois - PCC, Président de la Commission militaire centrale du PCC) et s’engage résolument, comme le fondateur de la République populaire de Chine en 1949, pour son second mandat pour les cinq prochaines années, autour d’un Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, resserré autour de sept fidèles collaborateurs.

Les deux présidents français et chinois, auréolés pour l’un, d’une victoire à la Pyrrhus en mai dernier, et pour l’autre, conforté par le 19ème Congrès du PCC, en octobre dernier, vont ainsi avoir beaucoup à se dire et à se demander réciproquement.

Ils se ressemblent singulièrement, un peu…

Emmanuel Macron entend revisiter quelque peu le principe du « centralisme » institutionnel tout en envisageant de réformer en profondeur la société française, en s’inspirant de la planification et de la participation, legs gaullistes revisités, à l’aune de son ou de ses mandats. Le président chinois, entend lui, ancrer la société de « moyenne aisance » à travers une stricte application des plans quinquennaux amenant les 1,3 milliards de Chinois vers une domination économique « maîtrisée ». La référence à la planification n’est pas très loin dans ce dessein.

L’agenda prévoit bien évidemment des discussions sur la contribution chinoise au règlement pacifique et diplomatique de la crise avec une Corée du Nord, nucléarisée et autiste, dont la dépendance économique avec Pékin demeure, malgré tout, un puissant levier d’influence sur le régime de Pyongyang.

Néanmoins, en lien avec ce dossier, les critiques pourraient être aisées quant aux revendications chinoises en mer de Chine orientale et méridionale…

La France, qui vient juste de récupérer 579 000 Km2 de Zone Economique Exclusive (ZEE) - conformément aux recommandations récentes de la Commission des limites du plateau continental (CLPC, établi en 1982, à l’occasion de la Convention de Montego Bay) - serait légitime pour jouer les médiateurs, comme elle a pris l’habitude de le faire depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par pale rider - 02/01/2018 - 09:46 - Signaler un abus Tres étonnnante dernière phrase

    L'auteur veut il préciser ses craintes ?

  • Par vangog - 02/01/2018 - 22:30 - Signaler un abus « Manque d’incarnation du leadership américain »?????

    Ces auteurs, baignés de pensée unique du gourou Macron, semblent s'être totalement affranchis des réalités d’un monde qui va beaucoup trop vite pour eux. En a peine une année, Donald a reconquis le leadership américain, que les précédents mandats de Clinton et Obama avaient échoué à dissoudre dans les limbes"’. La reprise de l’alliance militaire americano-russe a défait daesch en quelques mois, alors que deux mandats Obamesques n’y avaient pas suffit. Et la reprise de contrôle du proche et du Moyen-Orient, ainsi que l’affranchissement des institutions internationales noyautées par les trotsko-mondialistes sont des bonds en avant gigantesques pour les USA: les bourses, qui savent mieux anticiper que ces penseurs lobotomisés ne s’y trompent pas! La route de la soie est une route de soumission de la vieille Europe pour des asiatiques qui doivent retrouver un débouché et de nouvelles proies pour leur économie de sous-traitance, alors que les USA de Trump ré localisent à tout-va! La faible et naïve UE est la proie idéale de l’Asie pour ses éoliennes et panneaux solaires à empreinte charbon (pur schiste) démesurée...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Emmanuel Dupuy

Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en Afghanistan. Délégué général des Centristes chargé des questions internationales et de sécurité. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€