Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 19 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rassembler de Cohn-Bendit à Juppé pour les Européennes : ce risque politique que Christophe Castaner ne voit pas arriver pour LaREM

Le porte parole de LREM, Christophe Castaner a indiqué vendredi son souhait d'un rassemblement en vue des élections européennes, "de Daniel Cohn Bendit à Alain Juppé".

Danger

Publié le
Rassembler de Cohn-Bendit à Juppé pour les Européennes : ce risque politique que Christophe Castaner ne voit pas arriver pour LaREM

Atlantico :​ Ce 26 janvier, le porte parole de LREM, Christophe Castaner a indiqué son souhait d'un rassemblement en vue des élections européennes "de Daniel Cohn Bendit à Alain Juppé dont j'ai entendu les volontés"​. En quoi une telle alliance correspondrait-elle réellement à un "grand mouvement central"? Quels sont les intérêts défendus par un tel "mouvement", et quelles en sont les conséquences pour une classification politique ?

Christophe Bouillaud : Si l’on veut rester réaliste, il ne faudrait pas parler  à ce propos de « mouvement central », mais bien plutôt de mouvement centriste, soit un mouvement qui rassemblerait officiellement, et non plus officieusement comme aujourd’hui, les modérés des deux camps historiques de la droite et du centre d’un côté, et de la gauche de l’autre, tous des proeuropéens donc. Un tel mouvement, qui élargirait le périmètre déjà couvert par LREM, à sa droite et au centre, en s’alliant à tous ceux qui refuseront le leadership à la Viktor Orban de Laurent Wauquiez, et éventuellement à sa gauche en récupérant encore des restes du PS, risque cependant de regrouper uniquement les partis, les hommes et les femmes politiques, qui représentent les satisfaits de notre société.

En se coupant des extrêmes, ou simplement des convaincus des deux camps historiques de droite et de gauche, ce « mouvement central » n’attirerait probablement les suffrages que de la France satisfaite, celle qui vit encore plutôt bien, qui trouve le statu quo actuel de la société acceptable, qui aime dans le fond l’Union européenne et la globalisation, car elle en profite plus qu’elle n’en souffre. En même temps, ce mouvement de rassemblement du centre-droit et du centre-gauche correspond tout à fait à ce qu’on voit se dessiner dans les sondages actuels d’un Emmanuel Macron qui séduit de plus en plus dans le cœur de la droite modérée. Les classes populaires, ces éternels insatisfaits d’une vie qu’ils ne savent pas gérer ou prendre du bon côté,  seraient donc abandonnées aux séductions des adversaires populistes de droite et de gauche. 

Comment expliquer cette divergence entre une sincère volonté d'incarner politiquement "le centre" de l'échiquier, et une perception de plus en plus marquée dans l'opinion d'une représentation des élites, des riches​. Faut-il y voir une résurgence d'un phénomène de "fausse conscience de classe" ?

D’une part, sauf à se laisser prendre aux discours qui annoncent une Présidence « sociale », il n’y a pour l’heure qu’à constater que les principales décisions budgétaires annoncées et mises en oeuvre vont dans le sens d’aider immédiatement ceux qui ont beaucoup à avoir encore plus et de faire des coupes dans des budgets qui aident en pratique ceux qui ont peu ou rien (comme avec les emplois aidés ou les APL). La suppression de l’ISF, et les autres réformes en matière de fiscalité des revenus du capital, sont perçues sans surprise par une bonne part de l’opinion publique comme des « cadeaux aux riches ». Surtout, ce qui me parait le plus important, c’est le fait que toutes ces décisions semblent dans leur cohérence correspondre aussi à une vision de l’utilité des habitants de ce pays uniquement  fonction de leur capacité à innover. La louange faite aux entrepreneurs, innovateurs, start-uppers de tous acabits, réels ou supposés d’ailleurs, possède pour contrepartie,  en creux,  la négation de l’utilité de tous les autres habitants de ce pays, en particulier de l’ensemble des classes populaires et moyennes. Cela fait tout de même beaucoup de monde dans un pays comme la France. Ce qui a pu être interprété comme du « mépris de classe » tient sans doute à la réalité de convictions partagées par tous les gens qui suivent Emmanuel Macron selon lesquelles, en réalité, seule une élite de bonne volonté crée toute la richesse présente et à venir de la société, et que les autres, par paresse ou absence de formation, en profitent déjà bien assez ainsi. Ce n’est pas donc tant une « fausse conscience de classe » qu’une vision très restreinte de ce qui fait avancer une société. Bref, on se dit parfois que cette nouvelle classe politique aurait besoin de relire quelques fables de La Fontaine. Et on se dit aussi que LREM et son chef payent le fait de n’avoir mobilisé en fait qu’une partie de la classe moyenne supérieure, comme le montre la députation LREM, totalement incapable de se mettre à la place de tout le reste de la population. N’ayant pas de réflexion sur la société, qui aille au-delà de leur expérience réussie de la vie, cette nouvelle classe politique risque l’isolement, et, en plus, elle n’a même pas pour elle la force de rappel que constitue pour les autres vieux partis la gestion des affaires locales. Celle-ci possède  en effet le mérite de renseigner les classes moyennes et supérieures qui constituent partout les élites municipales et locales aux besoins et aux contraintes de leurs concitoyens moins choyés par le destin. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 27/01/2018 - 13:45 - Signaler un abus Surprise ?

    Voici un article bien ''raisonnable'', qui témoigne d'un incontestable bon sens ! Aux européennes de 2019, le parti de mr. Macron ne devrait obtenir qu'un score très moyen ! Mais, ce qui devrait surtout décevoir les lecteurs d'Atlantico, c'est que les deux ''vieux partis traditionnels'' vont très probablement être ''définitivement laminés'', disparaître. Aussi bien les Socialistes, que le petit rassemblement hétéroclite qui essaie actuellement de s'enthousiasmer pour le ''très charismatique'' mr. Wauquiez ! Cependant, le principal défaut de ce texte, c'est de supposer que, d'ici Mai 2019, il ne produira aucune surprise, aucune ''catastrophe imprévue'' ! Par exemple, un gigantesque krach boursier ! Ou, d'autre pays européens qui élisent à leur tour des gouvernements populistes. L'Italie va très bientôt voter. Jacques Chirac, il y a longtemps, a eu le courage de provoquer des législatives anticipées. Hollande n'était qu'une misérable andouille, mais on peut espérer que Macron saurait réagir avec dignité à un mauvais score aux Européennes !

  • Par Deudeuche - 27/01/2018 - 16:07 - Signaler un abus @Ganesha

    Pas mal, sans invectives et même pertinent!

  • Par bouron - 27/01/2018 - 17:31 - Signaler un abus Macron représentant des riches, voire ?

    Ce n'est pas du tout l'impression que donne son action. A part remplacer l'ISF par l'IFI et créer une "flat tax" pour les produits financiers, tout son action semble dans le prolongement de celle de Hollande. Aucune mesure de réduction des dépenses ni de la dette, un accroissement continuel des prélèvements fiscaux et sociaux. La France est maintenant championne d'Europe des prélèvements.

  • Par cloette - 27/01/2018 - 17:32 - Signaler un abus Castaner prévoit un mauvais score

    puisqu'il envisage un rassemblement . Quant à Wauquiez il ne se présente sur aucune liste européenne, c'est une bonne idée .

  • Par cloette - 27/01/2018 - 17:36 - Signaler un abus @bouron

    je ne suis pas d'accord avec vous, Macron est un enfumeur et oui, c'est une caricature de président des riches qui passe sont temps à aller serrer les mains des manants, c'est avant tout un clientéliste qui veut faire un deuxième quinquennat, sa préoccupation principale semble-t-il .

  • Par cloette - 27/01/2018 - 17:38 - Signaler un abus et s'il ne prend aucune mesure

    pour réduire la dette et la dépense publique, c'est pour la même raison, évoquée ci-dessus .

  • Par J'accuse - 27/01/2018 - 18:02 - Signaler un abus Rassemblement politicien de connivence

    Rassembler des politiciens, c'est facile : il suffit de leur promettre de la soupe. Rassembler le peuple, c'est plus dur, mais avec force mensonges (la spécialité des élus), on y arrive.

  • Par Citoyen-libre - 27/01/2018 - 19:09 - Signaler un abus Les européennes

    Une pitrerie de démocratie. On retrouve tous les canards boiteux des autres élections, en mal de 20 000 euros/mois. Et on va ressortir cette vieille baderne de Cohn Bendit, un copain à Jack Lang, qui va venir faire son numéro à la télé de bon français, en ayant la nationalité allemande. Demander à un certain Vincent Peillon, comment il peut exercer son mandat, en étant prof à Lausanne ? Il suffit de prononcer le mot "élection", et toutes les chaumières s'excitent. En 30 ans, les députés européens auront changé quoi à ce pays et à l'avenir des peuples européens ? Les hommes politiques, c'est comme les émissions pourries à la télé, il y aura toujours un quidam pour les regarder. C'est pour ça qu'on a toujours les mêmes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€