Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le rapport sur le "racisme" en France qui mélange tout : actes violents, discours haineux, antisémitisme, "islamophobie", "homophobie"... Pourquoi tant d’amalgames ?

Alors que le Conseil de l'Europe a publié ce mardi un rapport pointant du doigt la hausse généralisée du racisme en France, l'état actuel de la société française et des dérives qui s'y produisent aurait sans doute mérité une différenciation plus prononcée entre les différents types de violences.

Bouillie

Publié le
Le rapport sur le "racisme" en France qui mélange tout : actes violents, discours haineux, antisémitisme, "islamophobie", "homophobie"... Pourquoi tant d’amalgames ?

Vouloir s’opposer au mariage pour tous ne signifiait nullement pour tous les manifestants d’être des homophobes. Crédit Reuters

Atlantico : La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, un organe du Conseil de l’Europe, publie ce mardi un rapport dénonçant "une augmentation importante du discours de haine et, surtout, de la violence motivée par le racisme et l’intolérance" en France. Dans quel contexte ce rapport est-il réalisé (à la demande de qui, comment, à quelle fin...) ? Que contient-il précisément ?

Guylain Chevrier : On explique, après la publication de ce rapport, que des experts du Conseil de l’Europe s’inquiètent de la "banalisation" des discours racistes en France, y compris de la part de responsables politiques, et de "l’accroissement des violences racistes, antisémites et islamophobes". On en reprend ici et là la conclusion générale, en se faisant l’écho de quelques références, comme l’augmentation des "violences racistes" recensées par le ministère français de l’Intérieur de 14% entre 2012 et 2014, et même de 36% pour les seules violences antisémites.

On nous dit que ces experts de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) dénoncent également l’homophobie et les discriminations anti-Roms. On devrait regarder les choses de plus près, au lieu de sauter sur l’occasion pour relier ce rapport à une situation de la France surtout marquée par les attentats. Ceci, d’autant plus qu’en le lisant, on y découvre un certain nombre d’amalgames qu’il est nécessaire de relever, pour distinguer plus clairement ce qu’il vaut d’en garder. C’est d’autant plus nécessaire que ses propositions sont fort éloignées de notre modèle républicain qui parait rester dans l’étrange pour ces experts.

Cette commission dont on relaie soudain les conclusions pour mettre la France gravement en cause, arrive comme à point nommé alors qu’elle est critiquée de l’intérieur comme jamais en raison de l’état d’urgence, qu’une partie importante de la gauche de la gauche et du PS lui-même crie au racisme à propos de la déchéance nationale, le tout poussé hors contexte des attentats meurtriers de novembre dernier, ses travaux ayant été arrêtés au 18 juin 2015. Ce rapport arrive comme un cheveu sur la soupe !

Il apparaît qu’il a surtout pour fondement de faire pression sur les autorités françaises, en raison du fait qu’elles n’aient pas pour projet de ratifier le Protocole mis au point par cette commission qui prévoit "l’interdiction générale" de la discrimination, considérée par elle comme un élément fondamental en matière de lutte contre le racisme et l’intolérance. Une "interdiction générale" dont la portée est à regarder à deux fois, pour mesurer les enjeux d’une telle ratification.

Il s’attache surtout à une dénonciation du racisme mis sur le même plan que l’homophobie ou la transphobie, en référence au mouvement LGBT, tel un fil rouge. On y parle du fait que le racisme ou l’homophobie constitue "une circonstance aggravante de toute infraction pénale ordinaire", notion introduite sous la formule désignant "la criminalité raciste et homo/transphobe" comme un tout, n’hésitant pas ainsi à assimiler des crimes propres à des violences allant jusqu'à l’assassinat avec l’homophobie ou la transphobie. La discrimination au titre du choix de l’orientation sexuelle est condamnable et condamnée en France par la loi, mais ce n’est pas un crime. Aller plus loin dans le prolongement de ce rapport serait sans doute franchir un cran de trop. Cette confusion entre crime et délit est assez malvenue, car très décalée au regard des enjeux découlant des derniers attentats et de ce qui y est rattaché, telle l’augmentation des actes anti-musulmans et particulièrement antisémites, qui concernent les cas les plus violents allant de la torture jusqu'au crime, des Juifs ayant été les victimes directes de ces attentats parce qu’ils étaient juifs.

Un rapport qui apparaît comme tendancieux et quelque peu hors propos, promis à l’instrumentalisation en raison de son hors contexte, ce que ne manquent pas de faire certains médias français, et motivé par des velléités qui mériteraient peut-être que le Conseil de l’Europe réinterroge cette commission.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 02/03/2016 - 10:36 - Signaler un abus Machine de guerre anti-occidentale

    Il faut bien comprendre que toutes ces législations ont pour seul et unique objectif la destruction des identités des peuples européens et du christianisme, sous couvert de lutte contre le "racisme". Comme par hasard, seul le racisme contre les noirs, les arabes ou les juifs est pénalisé mais jamais celui contre les blancs. De même l'islamophobie et l'antisémitisme sont pénalisés, mais pas l'anti-christianisme. De même on promeut la "discrimination positive" et le "métissage" dés lors qu'ils favorisent les allogènes, alors que la défense de l'homogénéité ethnique (blanche) est bien entendu du "racisme". Le "crime de haine" va dans le même sens : il vise à pénaliser tout réflexe de défense raciale de la part des peuples "de souche", alors que les appels à la lutte contre les "mécréants" qu'on trouve à presque toutes les pages dans le Coran, elles bien entendu, ne sont pas des incitations à la violence ! Quand les français comprendront-ils que leurs élites politiques leur ont déclaré la guerre ?

  • Par Anguerrand - 02/03/2016 - 10:43 - Signaler un abus J'a d'adhérerait à SOS RACISME

    Quand cette ONG payée par l'impôt blanc, s'appellera SOS RACISMES , avec un " S"

  • Par Anguerrand - 02/03/2016 - 10:49 - Signaler un abus L'acceptation de millions d'immigrés en France

    a creer le racisme, d'autant que plus ils sont nombreux et plus ils nous obligent à changer notre civilisation. Un parti islamiste comme en Belgique, meme minoritaire sera bientot nécessaire pour obtenir une majorité à l'Assemblee. Les exigences seront donc de plus en plus fortes et nous devrons passer sous leurs fauches Caudines.

  • Par vangog - 02/03/2016 - 11:03 - Signaler un abus Tiens, je croyais le mot "race" rayé du dictionnaire

    de la pensée unique gauchiste?... En fait, plus le mot "race" disparaît, plus le "racisme" augmente...mais racisme contre qui, puisqu'il n'existe plus de race?...incompréhensible! Cela ne m'étonne pas que les enfants ne comprennent plus rien à l'enseignement gauchiste...vivement les patriotes, afin de réhabiliter les races, et de faire baisser le racisme, enfin!

  • Par MIMINE 95 - 02/03/2016 - 11:56 - Signaler un abus QUAND JE LIS CET ARTICLE

    Je me dit qu'il faut, et à n'importe quel prix, quitter ce bateau fou qu'est devenu l'Europe.

  • Par cloette - 02/03/2016 - 12:11 - Signaler un abus le conseil de l'Europe

    donne des bons et des mauvais points et on a eu une mauvaise note , snif ! snif !

  • Par Lafayette 68 - 02/03/2016 - 12:21 - Signaler un abus On mélange tout

    ça devient pénible et l'auteur fait bien la part des choses. A noter que l'Azerbaïdjan (en Asie) et la Turquie ( 97% en Asie) sont membres de ce conseil de... l'Europe... Encore un amalgame mais géographique :les élèves ,certes, sont "nuls" en géo ,mais tout est fait pour perdre les repères : parlement européen, conseil de l'Europe , conseil européen , conseil de l'union européenne, commission européenne ! On comprend que nos têtes blondes européennes confondent ensuite Hong Kong et King Kong! Mais nous ne sommes pas dupes de l'orchestration de telles déstructurations ,c'est l'essentiel .

  • Par Texas - 02/03/2016 - 13:42 - Signaler un abus L' Europe...

    ....des institutions , ne pourra plus se maintenir , que par l' emploi de Diktats . La Question est la suivante désormais : à partir de quels moments , les Peuples se libéreront de ses chaînes . Quand ils nous imposeront l' adhésion de la Turquie ?. Peut-être espèrent-ils rendre le mouvement irréversible . Ils ont torts chaque jour un peu plus .

  • Par 100-dents-33 - 02/03/2016 - 16:26 - Signaler un abus Le tréfond de la bêtise

    A la lecture de cet article, je n'ai qu'une envie: aller vomir. Il va nous falloir TOUT accepter de ces gens ? TOUT renier ? Se présenter aux musulmans comme les bourgeois de Calais: en chemise, et la corde au cou ? Trop c'est trop! Plutôt crever ! Que les crétins qui ont pondu(à prix d'or) ce rapport aillent donc vivre chez leurs "amis" qui pratiquent eux, la tolérance !!!! Je suis maintenant trop âgé, mais les jeunes, quittez VITE cette Europe lâche, ce ventre mou du monde, où nous n'avons plus notre place.

  • Par Alain Proviste - 02/03/2016 - 16:31 - Signaler un abus PRECISION

    Le Conseil de l'Europe n'est pas l'Union Européenne. Ce n'est pas forcément mieux d'ailleurs puisque les objectifs poursuivis se ressemblent : court-circuiter les volontés des peuples européens pour leur imposer immigration massive et multiculturalisme, avec l'objectif manifeste de leur dilution. D'autre part, le texte que démonte l'article est tellement farci d'approximations relativistes et d'"amalgames" qu'on se demande qui peut le prendre au sérieux ? Quelques derniers bobos juste sortis d'hibernation ?

  • Par pasdesp - 02/03/2016 - 16:39 - Signaler un abus Racisme?

    vocable imbécile. Pendant combien de temps encore devra t on subir ces niaiseries? Qui ensanglante le monde, qui tente d'imposer sa vision moyenageuse du monde? Qui sont les auteurs d'attentats meurtriers? Les auteurs de ce rapport devrait plutot louer la pondération des français. Mais attention à l'exaspération que vous alimentez.

  • Par tubixray - 02/03/2016 - 17:05 - Signaler un abus Conseil de l'Europe ... l'eau du bain à jeter avec le bébé !

    Pauvres idéologues, ils osent donner des leçons de tolérance à la France qui a tant accueilli et choyé d'immigrés et leurs familles depuis les années 60 .... Certes, certains de leurs descendants manquent pour le moins de reconnaissance .... C'est surement ces français là qui sont accusés de racisme : anti blanc et antisémite ....... Europe politique + Schengen à jeter aux poubelles de l'histoire, revenons à une simple zone de libre échange des produits.

  • Par vangog - 03/03/2016 - 00:59 - Signaler un abus Chasser les discriminations exercées contre les femmes...

    et encourager les milices de la charia...voila cette UE Contre-nature, inventée par des esprits pervertis par la repentance gauchiste et l'inversion des valeurs...à jeter avec l'eau du bain, sans délai!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guylain Chevrier

Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.

Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€