Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 28 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rapport de l'OMS 2015 : pourquoi les petits Français de demain vivront vraisemblablement moins longtemps que leurs parents

L'Organisation Mondiale de la Santé s'alarme des mauvaises habitudes européennes qui pourraient bien mettre en péril les progrès en matière de santé. Le nombre de maladies graves a augmenté de 23% depuis 2004.

Mauvaise nouvelle

Publié le
Rapport de l'OMS 2015 : pourquoi les petits Français de demain vivront vraisemblablement moins longtemps que leurs parents

La nouvelle génération pourrait être la première à avoir une espérance de vie plus faible que celle de ses parents. Crédit Reuters

L'espérance de vie continue de croitre en Europe. C'est le principal enseignement d'un nouveau rapport dévoilé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui s'est intéressé au vieux continent. "Ce rapport montre des progrès encourageants" explique ainsi dans un communiqué de l'agence le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice du pôle Europe à l'OMS. "Les Etats-membres ont saisi l'opportunité de notre programme Health 2020 et nous commençons à voir les premiers résultats." Ce programme tend à diminuer les inégalités entre les différentes populations européennes dans l'accès aux soins.

Ainsi, entre 2007 et 2012, l'espérance de vie des hommes dans l'Union européenne est passée de 76 à 77,5 ans et celle des femmes de 82,2 à 83,1 ans avec des bonds importants dans certains pays de l'est.

La France est au-dessus de la moyenne avec une espérance de vie de 78,7 ans pour les hommes et 85,4 pour les femmes, selon les chiffres de l'Institut national d'études démographiques (Ined).  Ces bons chiffres masquent en revanche une crainte pour le continent. Ils pourraient bien finir par s'inverser comme ce fut le cas aux Etats-Unis, lorsque l'espérance de vie est passée de 77,9 à 77,8 ans entre 2007 et 2010. En Europe, ce sont les mauvaise habitudes des habitants qui mettent en péril les progrès, comme le tabagisme, l'alcoolisme ou encore l'augmentation de l'obésité. "Il y a un vrai risque que ces gains soient perdus si le tabagisme et l'alcoolisme continue à ce rythme" s'alarme Zsuzsanna Jakab. "C'est particulièrement vrai pour les jeunes qui pourraient ne plus vivre aussi longtemps que leurs parents." Un constat qui ne surprend plus les spécialistes de la santé. "C'est un fait attendu depuis longtemps" souligne Christophe de Jaeger, médecin-gériatre et professeur de physiologie médicale. "Un jeune Américain qui naît aujourd'hui a désormais une espérance de vie plus faible que son père."

En France, le tabagisme a largement baissé chez les hommes pour passer de 57% dans les années  60 à 32% aujourd'hui mais ce dernier chiffre reste maintenant stable depuis 10 ans. En revanche, les femmes sont plus nombreuses à fumer sur cette même période : de 10 à 26%. D'autres pays européens comme la Grèce, la Serbie ou l'Ukraine sont les champions du monde de la cigarette. Ainsi, sur les 15 pays les plus accrocs au tabac, 14 sont européens…  Côté alcool, le vieux continent fait aussi office de leader mondial : la Roumanie, la République tchèque et la Slovénie montrent des consommations d'alcool de 15 à 19 litres par an et par habitant. La France les talonne de près avec des chiffres qui varient de 12 à 15 litres d'alcool. Si les politiques nationales commencent lentement à porter leurs fruits, la situation reste préoccupante puisque les maladies associées (cancer, maladies cardiovasculaires) restent mortelles dans la plupart des cas. "En France, ce sont surtout les maladies métaboliques qui freinent l'espérance de vie" précise Christophe de Jaeger. A l'instar des Etats-Unis, le surpoids est le grand vecteur de maladies, notamment du cœur. "Sans compter que le stress entraîne aussi des maladies métaboliques." Sachant que les Français font partie des grands consommateurs d'antidépresseurs…

En 2010, l'Insee montrait déjà que si l'espérance de vie augmente en France, l'espérance de vie en bonne santé est bien différente : 63,1 ans pour les hommes et de 64,2 ans pour les femmes. "Et cela ne fait que baisser" insiste Christophe de Jaeger. Le nombre de maladies graves est ainsi de 11,9 % de la population, en 2004, à 14,6 % en 2008 soit une augmentation de 23% ! Comme le rappelle Le Monde, l'ex-président américain s'alertait en 2009 que la nouvelle génération pourrait être la première à avoir une espérance de vie plus faible que celle de ses parents. Les orientations montrent qu'il pourrait bien avoir raison. "On sort de l'angélisme et c'est dramatique" se désole Christophe de Jaeger.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par john mac lane - 23/09/2015 - 09:12 - Signaler un abus Espérance de vie et santé.....Agrégat n'est pas relation

    Une "espérance de vie" est un calcul d'une moyenne de vie. Après une guerre, l'espérance de vie moyenne est faible. Un Tsunami sur un pays, une famine une nouvelle maladie, un événement climatique soudain peuvent avoir un impact plus élevé que les conditions de vie ou la santé. Par ailleurs une arrivée de migrants ou l'exil modifient aussi la donne statistique. La sécurité dans les transports, les médicaments. L'espérance de vie est une valeur dynamique....Comme tous les agrégats, le comportement social n'est qu'un élément parmi d'autre dans l'espérance de vie, en déduire une règle est une extrapolation qu'il ne faut pas faire. Elle a 50% de chance de ne pas se réaliser.

  • Par Stéphane Gayet - 23/09/2015 - 10:54 - Signaler un abus Une prévision critiquable, mais plus crédible que l'immortalité

    Quelle est la justesse de cette prévision ? Difficile de le savoir, mais elle est sûrement plus proche de la réalité que les propos plus qu'enthousiastes – je les qualifierais même de délirants - du chirurgien urologue Laurent Alexandre, co-fondateur du site internet Doctissimo, expert en nouvelles technologies et en intelligence artificielle, ainsi que président de DNA Vision, société spécialisée dans le séquençage du génome humain. Laurent Alexandre nous promet pour bientôt une espérance de vie de 1000 ans qui devrait précéder l'immortalité. Il s'appuie sur des faits réels, mais qu'il extrapole avec fantaisie et manque de rigueur, on peut dire désinvolture. Apparemment, ce magicien du génome parvient à convaincre beaucoup de personnes : c'est un brillant orateur plein de conviction. Mais c'est de la pure fiction. Il confond notamment le séquençage du génome avec sa maîtrise, et ce n'est pas rien.

  • Par Anouman - 23/09/2015 - 21:21 - Signaler un abus Espérance de vie

    Si elle baisse ils auront peut-être une retraite...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€