Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rama Yade candidate à la présidentielle : quand le médium est le message

Le jeudi 21 avril, Rama Yade a fait savoir sa volonté de briguer le poste de Président de la République. A l'occasion du 20h de TF1, l'ancienne secrétaire d'état a précisé qu'elle s'émancipait de la primaire de la droite et du centre, pour mieux rester dans l'esprit du Général de Gaulle.

La France qui ose

Publié le
Rama Yade candidate à la présidentielle : quand le médium est le message

Une de plus dans cette course folle à la présidentielle de 2017. Une de plus, oui mais qui dit quelque chose, ou du moins qui incarne autre chose. En tant que chercheurs travaillant sur les phénomènes d’intersectionnalité - décrits dès les années 80 par K. Crenshaw aux Etats-Unis - cette candidature nous interpelle.  Quel que soit son programme, quelles que soient ses idées, cette candidature est déjà un message à elle seule, à l’intersection de multiples catégories socio-politiques. Un peu comme une Ségolène Royal, représentant un parti majeur en 2007, représentation qui allait mettre une femme au second tour de l’élection présidentielle… Déjà, en étant qui elle est, en faisant ce qu’elle est en train de faire, dans la candidature de Rama Yade c’est plus que du politique qui s’annonce.

Bien sûr, ne réduisons pas R. Yade a des caractéristiques trop simplistes : femme, jeune, noire, née au Sénégal, naturalisée etc. Car c’est bien en étant à l’intersection de tous ces aspects qu’elle bouscule la photographie du paysage politique français éminemment masculin, un peu âgé et bien pâle ; un paysage wasp comme diraient les américains. "Yes she can !" pourrait être son slogan mais il serait bien sûr provocateur et par trop caricatural. Mais surtout un slogan de ce type serait une étrangeté dans cette France dont la philosophie politique a toujours été de se réclamer d’une République une et indivisible qui, de fait, aime à rendre invisibles les différences. 

Le Think Tank Different s’applique depuis sa création en 2012 à observer les hybridités, et nous trouvons là un "objet d’étude" "idéal typique" dans cette candidature. En effet, elle nous donne l’occasion de regarder comment la France joue avec ses diversités, et plus loin que cela avec ses hybridations. Car Rama Yade n’est pas issue de la diversité, elle est hybride. La réduire à l’une de ses facettes, c’est justement ne pas comprendre la complexité du monde contemporain, par essence multidimensionnel. Et en cela, cette candidature interpelle – au-delà des questions de programme – une France qui refuse souvent les identités plurielles.

Nombreux sont ceux qui tentent de nous peindre le monde de façon manichéenne, fait d’oppositions binaires et simplistes - français vs. étrangers, homme vs. femme, jeunes vs. vieux, pays développés vs. Tiers-Monde, homo vs hétéro - alors que l’hybridité et les processus d’hybridités se donnent à voir. Il serait alors temps de les regarder, les appréhender, c’est ici ce que nous tentons de faire, encore une fois, au-delà des questions politiques, mais en tant que "savant" regardant le "politique".

De la montée du FN aux mouvements d’une République autoritaire dans son injonction d’uniformisation, il semble que la France ne soit pas toujours à son aise avec un monde mouvant dont les hiérarchies sont bousculées, un monde à plat comme dirait Bruno Latour. Nous en voulons pour preuve les discriminations dont sont victimes beaucoup d’entre nous au quotidien, pour leur origine, leur genre ou leur orientation sexuelle, discriminations que nous avions évalué à un coût de 10 milliards d’euros par an ! (Martin, 2015)

Il est évident que Rama Yade ne va pas résoudre ces problèmes simplement par sa candidature ; pas plus que par sa présidence si jamais elle était élue d’ailleurs.  Mais sa présence dans le paysage politique, qu’on l’aime ou non, qu’on la pense légitime ou non, est à elle seule un phénomène sociologique loin d’être anodin. Il ne s’agit pas de la considérer politiquement au titre de ses origines ou de son genre, ce qui serait extrêmement réducteur. Il ne s’agit pas non plus pour nous de soutenir politiquement Rama Yade bien évidemment. Mais, si the medium is the message, alors elle est un message en elle-même. Comme une réponse d’une France ouverte, plurielle et républicaine qui donne la possibilité à "d’autres" de vouloir servir la France. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Wortstein - 23/04/2016 - 10:51 - Signaler un abus le vieux discours vide de socialologues en herbe

    Autant qu'ils ferment leurs gueules, ça nous évitera de les hybrider avec la tapette à mouche.

  • Par J'accuse - 23/04/2016 - 11:29 - Signaler un abus Yade n'est pas encore candidate

    Ce n'est pas pour respecter l'esprit de de Gaulle qu'il faut "sauter" la primaire, mais pour permettre au peuple d'avoir un vrai choix non verrouillé par les partis, en conservant le primat du suffrage universel, base de la démocratie (on aurait ainsi sans doute pu éviter la plaisanterie Royal et surtout l'abomination Hollande). Il se trouve que c'était la vision du Général, mais le gaullisme n'est pas la soumission à une figure ou un dogme, c'est juste le contraire. N'oublions pas non plus que pour être candidat à la Présidentielle, il faut 500 parrainages : Yade les aura-t-elle ? Ce n'est qu'à ce moment-là qu'on pourra parler de sa candidature, pas pendant son rêve éveillé.

  • Par Ganesha - 23/04/2016 - 11:44 - Signaler un abus Air Frais

    Cette demoiselle apporte un peu de joie, d'espoir et de bonne humeur face à la puanteur insoutenable qui se dégage du charnier des Ripoublicains !

  • Par gerint - 23/04/2016 - 15:06 - Signaler un abus Soit, qu'elle y aille

    Pourquoi pas?

  • Par Yves3531 - 23/04/2016 - 17:50 - Signaler un abus Et alors... !!!

    c'est son droit le plus strict. Qu'elle passe et disparaisse comme un météore macronien ou non, peu importe; écoutons au moins ce qu'elle peut avoir à dire. Et puis, personnellement j'ai toujours aimé sa fraîcheur et son indépendance. Sa présence aurait au moins plus de gueulle que des croûtons rassis type Arthaud, Poutou, Boutin, Joly, ... et bien d'autres !

  • Par Liberte5 - 23/04/2016 - 20:03 - Signaler un abus Rama Yade !!!! attendons qu'elle précise ses idées ....

    et sa vision de la France. Après nous verrons.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Yoann Bazin

Yoann Bazin est enseignant-chercheur à l'Institut supérieur des sciences, techniques et économie commerciales de Paris.

Voir la bio en entier

Virginie Martin

Virginie Martin est docteur en sciences politiques, professeure-chercheure à Kedge Business School et présidente du Think Tank Different.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€