Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Rajeunissement cellulaire : la retraite à 60 ans menacée par l’immortalité ?

Si nous ne mourons plus, pas de doute, il va falloir sacrément allonger la durée des carrières.

Zone franche

Publié le

C’est vraiment une excellente nouvelle, cette affaire de reprogrammation des cellules souches réussie par une équipe de chercheurs français (cocorico !). Je ne sais pas si vous avez suivi ça mais, en gros, il est désormais possible de prendre une cellule de vieux, d’en faire une cellule de jeune, de la réintroduire dans un organe de vieux et d’en faire un organe de jeune…

Bon, la découverte en est encore à l’état embryonnaire, si j’ose dire, mais en gros, si les crânes d’œuf de l’université de Montpellier continuent sur leur lancée, c’est carrément l’immortalité qui est en vue !

Notez que c’est un concept ambigu, l’immortalité.

Ça sonne sympa comme ça de loin, tout ce temps en plus, mais ça finirait peut-être par se révéler lassant. Oh, le premier siècle, ça irait encore, on aurait des trucs nouveaux à apprendre, des choses nouvelles à découvrir. Mais à partir du troisième ou du quatrième, on finirait sans doute par se lasser.

Comme dit Woody Allen, enfin comme on dit que dit Woody Allen parce qu’avec les citations de ce genre, on ne sait jamais vraiment, « L’éternité, c’est bien long. Surtout vers la fin ».

« L'immortalité ? C'est comme les dents c'est super mal remboursé ! »

D’un autre côté, au train où vont les choses, si l’immortalité est disponible en sirop ou en cachets, il faudra avoir une bonne mutuelle pour en profiter. A mon avis, ça risque d’être comme le dentiste et l’ophtalmo : super mal remboursé. Du coup, dans les premiers temps, on ne va surtout croiser que des immortels riches et ça ne va pas améliorer la question de l’accroissement des inégalités.

Mais nous n’en sommes pas là. Pour l’instant, on rajeunit tout juste des cellules isolées dans un labo et le rajeunissement d’une Liliane Bettencourt intégrale est loin d’être d’actualité. Nous n’en sommes pas là, mais gouverner c’est prévoir et on se demande si les politiques ne devraient pas commencer à intégrer cette variable dans leurs plans de réforme des retraites.

Partir à soixante ans avec 37,5 annuités comme le proposent encore certains, je ne vous dessine pas une pyramide des âges, ça commence à être difficile à imaginer si plus personne ne casse sa pipe. D'ailleurs, même à 67 ans et avec 42 ou 43 annuités, on sent que ça va poser deux-trois problèmes de financement.

Ben oui, les jeunes de 50 balais vont se révolter, c’est sûr, lorsqu’ils ne seront plus que quelques centaines de milliers à entretenir plusieurs dizaines de millions de multicentenaires en pleine forme, toujours de retour d’un camp de vacances sur une base lunaire de loisirs ou en partance pour un stage de tai-chi dans le Limousin...

Comme d’habitude, la droite commencera par ressortir les éléments de langages habituels pour amorcer un débat sur l’opportunité d'un allongement des carrières d’un siècle ou deux : « Les Français sont désormais immortels, ce qui est une chance dont il faut se féliciter. Il faut néanmoins réfléchir à la question du financement de leur départ dans de bonnes conditions ». Ce à quoi la gauche répondra que ce n’est pas si simple, qu’il faut abandonner cette terrible logique comptable et que, de toute manière, selon plusieurs économistes, les cadres risquent de vivre en moyenne 4 siècles de plus les ouvriers (argument contestable puisqu’il faudra attendre la fin de l’éternité pour juger sur pièces et rembourser d’éventuels trop perçus)…

Je vous le disais : l’immortalité, ça sonne sympa comme ça au premier coup d’œil mais ça ne va pas beaucoup réduire la conflictualité sociale. Oh ça non…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Rhytton - 04/11/2011 - 07:49 - Signaler un abus Maintenant il faudra payer pour survivre!!!

    Le film "Time Out" qui sort le 23 novembre prochain vous fait echo, M. Serraf. Notre passage sur Terre est un privilege, il fallait s'en rendre compte. Ronsard le savait deja... Carpe Diem!

  • Par Septentrionale - 04/11/2011 - 09:26 - Signaler un abus avec le culte de la cellule

    ce sera la guerre pour l'espace vital

  • Par Karamba - 04/11/2011 - 11:31 - Signaler un abus A tous les coups...

    même immortel le français cégétiste continuera de réclamer sa retraite à soixante ans... Mais sinon à nous les carrières d'explorateurs spatiaux avec des voyages atteignant la durée de 3000 années lumière (songer à emporter un Scrabble)...

  • Par locke - 04/11/2011 - 13:12 - Signaler un abus creer un nouveau marché du travail...

    Je pense plutôt a l'obsolescence de la retraite tout court. On aurai des "périodes" de vacance de plusieurs années, pour voyager, pour se former ect... et puis on retournerai bosser un peu. Mais d'ici là, le marché aura évolué, les choses ne couteront plus cher, les états auront construit un gouvernement économique unifié et mondial , remboursé la dette, maté les marchés, résolu le chômage..

  • Par ANKOU - 05/11/2011 - 07:20 - Signaler un abus Réponses à plusieurs internautes

    il faudrait partir en retraite « provisoire » dès le début pour être sûr d'en profiter ! Pour éviter la guerre pour l'espace vital (cela me rappelle quelque chose de désagréable) il faut stériliser tout le monde. — N'importe comment, il n'y a plus de retraite à 60 ans, faites le compte à partir de l'âge commencé à cotiser, ajoutez le nombre d'annuités voulu, et vous aurez l'âge de la retraite. p)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€