Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Racaille Football Club : comment le foot s'est-il ghettoïsé ?

Le journaliste Daniel Riolo sort cette semaine un livre polémique sur la ghettoïsation du football français et sur l'impuissance (ou l'incompétence) de nos instances sportives face à ce phénomène.

Boss vs Boloss

Publié le
Racaille Football Club : comment le foot s'est-il ghettoïsé ?

La population qui joue au football aujourd'hui est à 75% issue des banlieues.  Crédit Reuters

Atlantico : Vous sortez cette semaine un livre intitulé "Racaille Football Club" dans lequel vous dénoncez notamment la ghettoïsation du football français. Comment définiriez-vous ce terme racaille ?

Daniel Riolo : J’ai choisi le mot "racaille" par rapport à la perception que les gens en avaient. Une définition publique, et même présidentielle, a été donnée par Nicolas Sarkozy en 2005. Il s’agit de manière schématisée du "mec de banlieue qui pose des problèmes". C’est tout cet amalgame entre la capuche, le casque pour la musique, le rap, etc.

La population qui joue au football aujourd’hui est à 75% issue de banlieue.

En 2010, quand ont eu lieu les événements de Knysna, le fait que l’équipe de France était menée par ce type de "leaders racailles", qui correspondaient à la définition donnée par Nicolas Sarkozy 5 ans plus tôt, a sauté aux yeux du grand public. En partant de ce constat-là, j’ai voulu remonter tout le fil depuis 1998.

En 1998, tout allait bien, c’était l’extase nationale. La France était un modèle d’intégration. Même à l’étranger, tout le monde en parlait comme d’un exemple. En préparant le livre, j’ai été stupéfait de relire les déclarations des hommes politiques de l’époque, de droite comme de gauche, qui mettaient en avant une France « phare du monde » avec son universalisme républicain. Jean-Marie Le Pen était fini, et avec lui l’extrême droite en France.

On connait la suite. Jean-Marie Le Pen arrive au second tour en 2002 et quelques années plus tard le débat sur l’identité nationale éclate. On remarque aujourd’hui que la plupart des gens n’éprouvent aucune sympathie particulière pour l’équipe de France précisément à cause du « code racaille » de ses joueurs.

Ces joueurs-là ont imposé selon vous un "esprit de clan" au sein de l’équipe de France, et des clubs français en général. Comment expliquez-vous cela ?

La hiérarchie est clairement définie. Les joueurs qui viennent de banlieue s’imposent toujours aux autres. Il y a les "boss" et les "bolosses" : Franck Ribéry c’est le "boss", et Yohan Gourcuff est le "boloss". Gourcuff n’a pas les codes et ne peut donc pas s’intégrer. Il a été repoussé comme on repousse n’importe quel étranger qui essaye de s’intégrer dans un cercle aussi fermé. Ce cercle, aujourd’hui en équipe de France, c’est la banlieue et ses codes : la virilité, l’argent, le bling-bling, etc.

Comment les dirigeants français adressent-ils ce problème ?

Tous les clubs doivent faire avec cet état de fait. Chacun essaye de se débrouiller comme il peut. J’ai rencontré des dirigeants qui en ont réellement marre de s’occuper de cela et d’autres qui tentent à leur manière de régler les problèmes.

Le championnat de basketball américain, la NBA, a su régler ce problème en donnant, ironiquement, un grand coup de kärcher... Le langage des joueurs, leur code vestimentaire, et leurs attitudes sont maintenant surveillés étroitement, et de manière très stricte, par les instances du sport. En France, le président de l’équipe de Rennes, Frédéric de Saint-Sernin, a essayé d’interdire les sacoches Louis Vuitton par exemple.

La NBA a réagi en multinationale. Elle a été capable de tout régler elle-même. En France, cela n’existe pas. Chacun règle les dysfonctionnements à son petit niveau. Et c’est à partir de là que certains problèmes sont apparus.

Des présidents ont instauré des quotas officieux de musulmans, d’africains ou même de jeunes de banlieue. Quand Mediapart a révélé cette affaire, ils n’ont pas trouvé bon d’adresser le vrai problème et ont préféré rester dans cette posture moraliste qui les caractérise. La vérité c’est que nous avons ghettoïsé le football en pensant que les costauds étaient noirs et que les petits joueurs techniques étaient maghrébins. Forcément, nous sommes allés chercher ces profils là où ils se trouvaient. Je me rappelle d’une phrase d’un dirigeant français : "Chez nous, il suffit de secouer une tour pour qu’ils tombent tous" ou même d’un recruteur de Lens qui cherchait absolument des "grands noirs" quitte à leur "redresser les pieds" si les qualités footballistiques n’étaient pas au rendez-vous. Les racailles du football, ce sont aussi celles en col blanc !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ccompagnon - 08/05/2013 - 10:44 - Signaler un abus Knysna

    Knysna, c'est une ville que j'aime bien venir.

  • Par Quid Novi - 08/05/2013 - 11:29 - Signaler un abus Rien de neuf

    le football (entre autre), comme l'école, sont les reflets d'une société Française en totale déliquescence. La France est toujours dans une posture idéologique, nous sommes les porteurs autoproclamés d'un code de morale international, sauf que, lorsqu'on voyage un tant soit peu, les Français passent en général pour des rigolos. Du reste, le comportement des Benzema et consort traduit ce sentiment. Après tout, si votre voisin vous laisse rentrer dans sa maison et insulter sa famille, en quoi cette personne serait-elle respectable ? C'est ici que prend naissance la problématique de la soit disant intégration Française, nous ne respectons plus notre propre identité, dès lors pourquoi des gens issus de l’immigration le feraient à notre place ? Le spectacle affligeant du soir de l'élection présidentielle ou la France entière a pu admirer une floraison de drapeaux étrangers qui dominaient largement ceux Français, en dit long sur l'état d'esprit qui règne dans ce pays.

  • Par laïcité - 08/05/2013 - 12:06 - Signaler un abus A force de vouloir pratiquer

    un antiracisme à tout-crin, un antiracisme dévoyé uniquement destiné à défendre les gens issus de la "diversité" africaine, comme si le fait d'avoir un comportement raciste était le fait uniquement des "blancs de souche"!...Ce serait en quelque sorte "une tare génétique" !... Résultat des courses on aboutit à un racisme anti-français qui a beaucoup progressé ces dernières décennies et à une société qui est au bord de l'explosion. Tous nos politiques, "journaleux", bobos du show-biz qui se sont crus les seuls "bien-pensants" en prenant systématiquement la défense des populations d'origine africaine, en voulant systématiquement privilégier le fumeux multiculturalisme seront les grands responsables d'une possible future guerre civile. Dernière remarque, pourquoi les Français d'origine asiatique, venant souvent de pays aussi pauvres que ceux d'Afrique, ne posent pas de problème d'intégration et sont très peu impliqués dans les problèmes de délinquance ?...Cette constatation devrait pourtant interpeller tous les bobos qui sont les éternels professionnels de la "culture de l'excuse" !!!

  • Par amike - 08/05/2013 - 13:13 - Signaler un abus J'ai qq critiques

    D'abord le marronnier Sarkozy est inutile: il ne faut pas confondre causalité et corrélation... --- Ensuite, l'auteur ne parle pas de la législation du travail extrêmement favorable aux joueurs: difficile d'établir un barème de sanctions... --- Le bannissement de tous après knysna était une parfaite stupidité et injustice. Entre les pré-retraités et les jeunes, sans oublier Benzema (cité) non présent, il s'agissait plus pour la société de trouver des boucs-émissaires. Quant au symbole... Facile de tous casser chez les autres (yaka la FFF) ! --- Le communautarisme a déjà fait des dégats ailleurs. La France n'a pas voulu voir la situation aux PaysBas. Que disaient les journalistes à l'époque. Plutôt que de 68, je parlerais de la moraline de nos élites si modernes mais si critiques sur le "petit blanc". --- Enfin, dernier point: Là où on peut parler de libéralisme, c'est l'adaptation de nos clubs à la situation de la France du foot (DNCG, fisc, ministre communiste disant que l'argent tue le sport...) : quand l'argent n'est pas facile, il est tentant de vouloir gagner vite et pas cher: immigration, joueurs volants d'un club à l'autre, des clubs pratiquant un jeu pour ne pas perdre...

  • Par fentreti - 08/05/2013 - 13:22 - Signaler un abus Pourquoi mettre de tels sujets ?

    En sachant qu' il est impossible de parler sur ce sujet sans que la censure fait rage ?

  • Par elskwi - 08/05/2013 - 13:40 - Signaler un abus Cela fait un moment que...

    Il suffit d'écouter les 3/4 des interviews des joueurs pour le comprendre...

  • Par DEL - 08/05/2013 - 17:04 - Signaler un abus Sanctionner!

    je déteste le racisme, d'où qu'il vienne, mais quand un Benzema refuse de chanter la Marseillaise alors qu'il représente la France et à l'international, il n' y a qu'une solution: exclu de l'équipe de France.

  • Par winnie - 08/05/2013 - 17:35 - Signaler un abus On a les joueurs de foot que

    On a les joueurs de foot que l'on mérite:a l'image du laxisme de la société ,de son proselitisme du multiculturalisme; Bref la France n'a pas de couilles donc les racailles on envahies le foot

  • Par honnête citoyen - 08/05/2013 - 17:47 - Signaler un abus Coupe du monde 2014

    Comme nombre de français j'étais particulièrement fier des victoires de 1998 et 2000.Nous avions à l'époque des joueurs de talents travailleurs avec de la personnalité et incontestables dans leurs clubs respectifs. J' ai été sévère avec Aimé Jacquet pensant qu'il ne serait pas l'homme de la situation.Finalement l'enseignement de cette victoire est assez simple. Aimé Jacquet n'est pas le plus grandf tacticien de tous les temps mais un meneur de projet sportif, et un meneur d'hommes avec ses relais.Out Cantonna , out Ginola place à Zidane, Djorkaeff, Pires qui doivent absolument tout à Aimé Jacquet. La question aujourd'hui c'est est ce que Didier Deschamps s'il se qualifie pour la CM2014 sera capable d'exclure les 4 à 5 pommes pourries qui feront imploser le vestiaire en 10 jours voir au mieux vampiriser le jeu pour le pire?Car pour cette génération Deschamps Blanc ne sont des sélectionneurs comme les autres: si je joue il est bien si je joue pas c'est une p u t e.Impossible de vivre une aventure collective plus de 10 jours avec une hiérarchie de joueurs pour la CM.Comme Jacquet Deschamps doit dégager 2 ou 3 joueurs de premier plan pour l'exemple.

  • Par NathanaelF - 08/05/2013 - 18:02 - Signaler un abus Et l'Espagne alors...?

    Bravo pour votre livre et votre article. Une question : Tordez-vous le cou aussi à un autre cliché, qui voudrait que les africains d'origine joueraient mieux au foot ? La meilleur équipe du monde n'est-elle pas l'Espagne, constituée quasiment que d'espagnols "de souche" ? Cf. également les autres grandes équipes européennes ? Pourquoi cette particularité française ? N'y a-t-il pas là un cliché de plus ?

  • Par sergefabre - 08/05/2013 - 20:15 - Signaler un abus Football

    Rien à redire. Une petite précision : n'oublions pas la responsabilité écrasante de certains dirigeants qui permettent par exemple que la tenue de l'Equipe de France soit ou toute blanche ou toute bleue mais jamais comme la tradition le voulait autrefois : maillot bleu, culotte blanche, bas rouges. C'est à ces détails que l'on constate la dérive qui entraîne nos footballeurs vers l'individualisme et, au bout du bout, la haine ! Triste.

  • Par ciceron - 08/05/2013 - 21:05 - Signaler un abus Bel article

    Vous oubliez pourtant quelqu'un et non des moindres, voir le premier de tout ce foutoir ! Noël Le Graet, président socialiste de la FFF. Pourquoi donc un homme politique socialiste est à la tête du foot ?

  • Par ranta - 08/05/2013 - 21:56 - Signaler un abus @NathanelIF

    Les Espagnol n'ont pas en s'emmerder avec la repentace post colonial Française. C'est quasi textuellement ce qu'avait dit le sélectionneur espagnol à Laurent Blanc alors selectionneur de l'EDF

  • Par ranta - 08/05/2013 - 22:00 - Signaler un abus Article globalement juste

    même si quelques erreurs s'y sont glissé. Pour comprendre pourquoi les clubs ne changent pas grand chose je vous renvois ici , un article qui complète celui-ci http://www.disons.fr/?p=16180

  • Par VV1792 - 08/05/2013 - 23:52 - Signaler un abus Que peuvent-ils faire d' autre?

    C'est la question fondamentale, et a la limite, oui le foot fait creuset de la racaille assemblee, mais ils poussent un ballon, ca occupe et cela n'est pas trop difficile, ne coute qd meme pas trop cher...Donc si l' image donnee par les vedettes racailles est deplorable, la grande masse pousse le ballon le dimanche matin, qu' y a-t-il d'autre ? Dans ma province encore originelle, faisait du handball, celui-ci etant joue le samedi soir, ceux souhaitant respecter le jour du Seigneur et ne pas omettre de venir prier Dieu. Donc pas de foot le dimanche matin pour les respectueux de la religion de leurs peres.. En reaction, les laicards et protestants s' inscrivaient au foot.. cela fonctionnait, il y en avait pour tous les gouts... Dans les banlieues, d'autres regles se sont certainement mis en place, la masse n'est pas constitutive de la racaille. .

  • Par Decebal - 09/05/2013 - 00:53 - Signaler un abus PAYS DE COUARDS

    Comme le reste en France, des dirigeants couards et les médias travestissiez de vérités depuis des lustre. La France un pays perdu, si cette mentalité pourrie n'est pas balayée pour le plus grand bien socioéconomique. Sinon nous finiront au mieux en "pays musées" ou cette dictature qui nous gouverne ne pourra ,sauf guerre civile, etre remplacée.

  • Par Glop Glop - 09/05/2013 - 02:43 - Signaler un abus Ce que l'auteur semble ne pas avoir assimilé...

    ... c'est que le peuple français de coeur (quel qu'en soit la couleur) se libère de sa torpeur entretenue par une après-France politicienne soixante-huitarde inféodée aux diktats marxistes. Ces bobos de soit-disant barricades n'ont été que les idiots utiles d'un sovietisme rampant d'après-guerre. Mais l'affaire semble bien prendre l'eau aujourd'hui et ce n'est pas fini.

  • Par Glop Glop - 09/05/2013 - 02:45 - Signaler un abus Oups

    Quelle qu'en soit la couleur comme l'origine sociale d'ailleurs...

  • Par walküre - 09/05/2013 - 07:29 - Signaler un abus Evidemment il est loin

    le temps où ce sport tendait à être un modèle. C'est devenu un repoussoir et surtout une plaie morale pour la jeunesse. Entre bagarres, insultes, crachats, et le reste, on se dit qu'on est mieux à pratiquer le golf.

  • Par BALT - 09/05/2013 - 09:55 - Signaler un abus deux problèmes

    Il y a deux grands problèmes:d'abord l'argent.Les joueurs sont trop, trop payés,alors qu'ils ne font que jouer(Ils ne vont pas au fond de la mine).D'autre part,on est persuadé que les bons joueurs sont en Afrique.C'est faux! Je sais de quoi je parle:Je suis professeur dans les "quartiers",la plupart des garçons attendent qu'un sélectionneur vienne les chercher,ils s'en moquent des études.Deuxième chose,j'ai été entraineur de foot(de minots) Il se trouvait par hasard qu'ils étaient tous "blancs" ,j'avais de très bons résultats Un bon entraineur doit pouvoir optimiser ses joueurs.Mais la principale gangrène du foot,c'est l'argent!.

  • Par JYP - 09/05/2013 - 12:11 - Signaler un abus La vulgarité commence à envahir le rugby et le tennis

    1. La mauvaise éducation ne dépend pas de la couleur de la peau. Ribery, Barthez, Rooney sont des racailles "blanches", De Sailly, Thulam et Thierry Henri étaient plutôt bien éduqués. 2. Effectivement, le salaire des footeux est proprement scandaleux, il faudrait le diviser par 10 au minimum. Un Messi ne devrait pas gagner, sur sa carrière, beaucoup plus qu'un Fédérer, un Wilkinson, ou un Tiger Woods. 3. On commence à entendre siffler dans les stades de rugby, et même entre les deux services de Tennis (coupe Davis en Argentine)... bientôt les vuvuzelas ... là ça fait peur !

  • Par didguer - 09/05/2013 - 14:13 - Signaler un abus Il a tout compris...

    Entièrement d'accord avec l'auteur... C'est un phénomène général malheureusement qui est aussi vrai à l'école et ailleurs. A force de ne pas vouloir les stigmatiser par crainte d'être traité de raciste, nos dirigeants quels qu'ils soient en ont fait des intouchables..

  • Par Gégé Foufou - 10/05/2013 - 07:27 - Signaler un abus Pourquoi ne pas faire 2 équipes

    Une avec des français de souche chrétienne et l'autre avec les chances pour la France islamique La meilleure sera désignée pour nous représenter Et que la censure d'Atlantico agisse

  • Par tubixray - 10/05/2013 - 08:16 - Signaler un abus ah le footballe ...

    OK certains ne s’intéressent pas au football (le) comme le prononce si bien PPDA. Les valeurs ce ce sport ne sont elles pas le machisme, la violence et le racisme ??? Que dire de ces "supporters" animés par l'esprit de Roland Garros lançant à leurs homologues de l'équipe adverse (visiteuse étant vraiment inapproprié) "supporters en...lés" Le vocabulaire et la teneurs des propos tenus par Franck Ribery sont absolument consternants. Sa tête ne doit vraiment lui être utile que pour marquer des buts. Enfin pour finir sur la couleur des français notons le contraste entre nos députés/ sénateurs et les joueurs de l'équipe de France ... y a comme un problème.

  • Par Quid Novi - 10/05/2013 - 09:23 - Signaler un abus Pourquoi dire que les joueurs sont trop payés ?

    non seulement ce n'est pas le problème, mais c'est un faux problème. L'argent n'a rien à voir la dedans, il est légitime que des joueurs gagnent ce qu'il gagent et notamment les meilleurs d'entre-eux, tels des Ronaldo ou Messi. Penser de la sorte est inquiétant, on se croirait dans un régime totalitaire. Ce qu'il faut changer, c'est la gestion des clubs, en France la plupart des mairies et collectivités sont parties prenantes, par un biais ou un autre, et ça c'est anormal. Que les clubs soient totalement et entièrement privés, qu'ils portent le nom qu'ils veulent, que non seulement ils ne coutent pas 1 euro aux collectivités mais qu'en plus ils en rapportent (mise à disposition des terrains, bail emphytéotiques, notamment). C'est le non supporter en général et du football en particulier que je suis qui réclame cette séparation immédiate, une fois que tout cela sera totalement privé, cela ne sera plus un problème. Pour en revenir au sujet de l'article, le football n'est que le reflet de notre société, on ne peut pas changer ce sport si on ne modifie pas la société elle même.

  • Par yeswecan - 10/05/2013 - 11:58 - Signaler un abus un petit oubli facheux

    il ne faudrait pas minmiser le rôle des agents de joueurs. Telle une franc-maçonnerie, il y a des "clans" dans le football. qui veulent toutes les parts du gateau

  • Par amike - 10/05/2013 - 15:04 - Signaler un abus @tubixray: "L'esprit de Roland Garros" ??? Erreur

    Roland Garros, est le premier aviateur à avoir traverser la Méditerranée et, hors contexte ici, c'est le tennis. S'agirait -il pas plutôt de Thierry Roland ?

  • Par tubixray - 10/05/2013 - 19:03 - Signaler un abus à l'attention de amike

    Roland Garros, est le premier aviateur à avoir traverser la Méditerranée et, hors contexte ici, c'est le tennis. S'agirait -il pas plutôt de Thierry Roland ? Je ne sais plus si l'association fair play / Roland Garros se rapporte à la carrière sportive, motivée au départ par son combat contre une pneumonie, de celui qui allait ensuite devenir un célèbre aviateur. Ou bien doit on plutôt faire référence aux 4 mousquetaires du dit tournoi ?... Une chose est sure = je ne parlais pas de Thierry Rolland.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Riolo

Daniel Riolo est journaliste sportif et écrivain.

Il est chroniqueur dans l'After Foot sur RMC et blogueur sur le site internet de RMC Sport.

Il est notamment l'auteur de OM-PSG, PSG-OM les meilleurs ennemis : Enquête sur une rivalité  (Mango Sport 2005)

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€