Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

A quoi ressemblera le choc des migrants en 2016 ?

L'année 2016 devrait avant tout être celle des migrants. Tout le monde le sait depuis plusieurs mois, tout le monde s'y attend, mais aucun décideur n'a réellement pris le temps de dessiner les contours du choc qui se prépare et que nous devrons tous absorber. Il me paraissait donc important de donner quelques illustrations des difficultés qui vont secouer l'Europe.

Motif d'inquiétudes

Publié le

Migrants: le Sénat alerte sur les hotspots

Pour contrecarrer la propagande eurocratique sur les hotspots, comme solution à la crise migratoire, on lira avec intérêt le rapport du Sénat sur le sujet. En voici quelques passages utiles sur les hotspots grecs :

De l’avis des personnes rencontrées dans le hotspot de Moria et malgré l’arrestation et le déferrement aux autorités judiciaires de personnes soupçonnées de lien avec des activités terroristes ou autres crimes et délits, le point faible du dispositif reste les contrôles lors de l’identification, considérés comme insuffisamment poussés pour assurer la sécurité de l’Union européenne.

Serait en cause notamment un défaut d’exploitation et de recoupement des informations recueillies par la police grecque et Frontex avec celles contenues dans le Système d’information Schengen (SIS) ou celles détenues par Europol. Le trafic de faux documents ferait également florès, étant en cause non seulement les titres de voyage présentés par les migrants mais également le « sauf-conduit » délivré par les autorités grecques (cf. infra), à la sécurisation duquel travaille actuellement l’Union européenne.

Avant tout, la mission d’orientation des migrants reste à cette heure théorique. Tout migrant enregistré sur l’île se voit attribuer un « sauf-conduit » pour le continent valant également « injonction de quitter le territoire », dont les délais varient en fonction de la nationalité du titulaire – 6 mois pour les Syriens, 1 mois pour les autres nationalités. Moyennant 60 euros – le coût de la traversée en ferry -, toute personne en possession de ce « sauf-conduit » peut donc rejoindre le continent et poursuivre son chemin vers les Balkans, sans demander l’asile aux autorités grecques ni s’en retourner dans son pays d’origine.

L’éloignement des migrants en situation irrégulière ne concerne en effet qu’une infime minorité. Selon les chiffres fournis par les autorités grecques à la Commission européenne, seuls 16 131 retours forcés auraient été effectués en 2015, majoritairement à destination de l’Albanie. À la fermeture de la quasi-totalité des places en centres de rétention administrative s’ajoutent, en effet, les difficultés rencontrées par la Grèce
– comme par l’ensemble des États de l’Union européenne – pour obtenir l’application par certains États tiers des accords de réadmission signés avec les autorités européennes.

Quant aux retours volontaires aidés, seuls 3 460 auraient eu lieu en 2015 et 503 au mois de janvier 2016, dont la grande majorité – 352, soit près de 70 % – à destination du Maroc, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Si l’on songe que le hotspot est la principale réponse apportée par l’Union à l’arrivée de migrants, on mesure immédiatement que nous sommes bien loin d’avoir réglé le sujet !

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par REVERJOVIAL - 03/03/2016 - 10:16 - Signaler un abus La catastrophe iminente que les élites européennes nient

    Cécité et surdité totale de nos gouvernements, médias et élites, quand les migrants auront transformé l'Europe en continent aussi pauvre et violent que chez eux que restera t'il aux européens pour fuir cette malédiction ??? L'Alaska, l'Australie, le Canada ? Ce qui est sûr c'est que ceux qui sont responsable de notre futur malheur auront fuit bien avant nous.

  • Par Anguerrand - 03/03/2016 - 11:02 - Signaler un abus Il faudra bien en finir pour qu'un vrai parti de vraie droite

    se constitue en France. Pas un parti national- SOCIALISTE comme le FN qui drague maintenant les immigrés et veut une politique économique de gauche. Ménard, lancez vous avec MMLP et vous verrez que la majeure partie des FN vous rejoindrons.

  • Par joke ka - 03/03/2016 - 13:38 - Signaler un abus Schengen: c'était une vaste

    Schengen: c'était une vaste fumisterie ... Il nous faudrait un homme ayant la stature d'un Poutine, ayant une vision claire et un seul intérêt en tête: le service de l'Etat ,l'amour du pays le sens de la patrie et de l'honneur ...et non sa carrière et ses privilèges.... leur philosophie: après moi le déluge Philippe de Villiers nous manque ... oui Anguerrand ,il faudrait qu'au delà des divergences ,Menard,MLP,Villiers, Zemmour se rassemble et fonde un parti qui pourrait fédérer des hommes patriotes avec le sens de l'honneur et de la nation

  • Par vangog - 03/03/2016 - 14:54 - Signaler un abus 700 millions d'Euros pour les clandestins...

    amenés en Grèce par les caritativo-gauchistes, associés aux mafias de passeurs...alors que l'UE a refusé une aide à nos agriculteurs, dont 15% vont disparaître, après l'arrêt de la politique agricole. L'UE est une vaste foutaise qui doit disparaître et rejoindre les poubelles de l'histoire où l'attendent socialisme, communisme et national-socialisme...

  • Par langue de pivert - 03/03/2016 - 17:54 - Signaler un abus "soy(ons)ez terribles pour dispenser le peuple de l'être"

    Disait G. DANTON ! Rien à attendre des dirigeants européens ! Seuls les peuples européens résoudront ce problème : ça ne sera pas beau, mais on y arrivera ! Ce n'est qu'une question de temps.

  • Par pierre de robion - 03/03/2016 - 22:46 - Signaler un abus Il ne doit pas être trop

    Il ne doit pas être trop difficile, si on le veut vraiment de récupérer tous les migrants qui arrivent sur les îles grecques de les mettre sur un ferry qui les mènerait à Izmir au lieu du Pirée! Simple question, pourquoi l'UE ne le fait pas? De quoi a-t-elle peur? J'attends le jour où on arraisonnera toutes ces coques de noix; à défaut c'est que l'histoire ce sera terminée comme le "Camp des Saints"!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€