Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

De quoi meurt-on aujourd’hui : les dix premières causes de décès en France comparées à il y a 100 ans

Maladies cardiaques et cancers sont les plus importantes causes de décès en France. Il y a 100 ans, c'était de la pneumonie et de la grippe que l'on mourrait le plus. Analyse de ces évolutions et de leurs causes.

A l'article de la mort

Publié le
De quoi meurt-on aujourd’hui : les dix premières causes de décès en France comparées à il y a 100 ans

Les cancers (de toute origine) sont la première cause de mortalité en France. Crédit Reuters

1) Cancers

Les cancers (de toute origine) sont la première cause de mortalité en France, représentant près de 30% de tous les décès (c’est la seconde cause après les infarctus dans la plupart des autres pays d’Europe). Les cancers le plus fréquemment tueurs sont le cancer du poumon (surtout chez l’homme, mais en forte progression chez la femme aussi, puisqu’il rattrape progressivement le cancer du sein en nombre de décès), le cancer du rectum et du côlon et le cancer de la prostate (chez l’homme). Le cancer du poumon est dans près de 90 % des cas dû au tabagisme (le plus souvent actif, parfois passif).

Les cancers de la sphère ORL (larynx, gorge) sont souvent liés à l’association du tabac et de l’alcool. On pense aujourd’hui que l’obésité pourrait être à l’origine de nombreux cancers également. Les cancers sont de plus en plus fréquents avec l’âge. On sait cependant dépister précocement le cancer du colon, le cancer du col de l’utérus, le cancer du sein et le cancer du poumon en évitant ainsi qu’ils envahissent l’organisme ou se compliquent de métastases ou de décès. Les traitements du cancer sont lourds, souvent pénibles et coûteux, mais les progrès ont parfois été phénoménaux ces dernières années et l’on vient à bout d’un nombre toujours plus grand de cancers. La prévention, trop souvent négligée, permettrait d’éviter que surviennent de très nombreux cancers : à commencer par l’arrêt de la cigarette (que le fumeur peut avantageusement remplacer par la cigarette électronique pour diminuer considérablement les risques du tabac fumé) et une consommation modérée d’alcool.

 

2) Maladies coronariennes

Les maladies coronariennes représentent un peu plus de 20 % des décès, soit la seconde cause de mortalité en France (la première dans la plupart des autres pays européens, car la France a l’un des taux de mortalité par infarctus du myocarde les plus faibles au monde). L’infarctus du myocarde c’est la mort de cellules du muscle du cœur, et donc l’affaiblissement de la pompe cardiaque qui peut parfois conduire au décès, soit d’emblée, soit après plusieurs infarctus successifs. L’infarctus du myocarde est dû à des coronaires obstruées par des plaques d’athérome (de cholestérol) qui ne laissent plus passer suffisamment de sang et donc d’oxygène, le carburant des cellules. Les coronaires s’obstruent pour plusieurs motifs : l’âge, mais toutes les personnes âgées ne font pas d’angine de poitrine ou d’infarctus ; l’hypercholestérolémie ; l’hypertension artérielle ; le diabète ; le tabagisme. Pour prévenir les risques de maladies coronariennes et d’infarctus, il convient donc de lutter contre tous ces facteurs qui les favorisent, en particulier, la sédentarité, la cigarette, l’excès d’alcool, l’obésité, et aussi en soignant les maladies associées citées ci-dessus.

 

3) Accidents vasculaires cérébraux

Les accidents vasculaires cérébraux que l’on appelle dans le langage commun « les attaques cérébrales » sont une grande cause de handicap et de décès (6 % des décès). Le plus souvent ils surviennent chez les personnes âgées, mais parfois plus jeunes lorsqu’elles ont des facteurs de risque vasculaires, et ce sont d’ailleurs les mêmes, le plus souvent, que ceux décrits pour les maladies cardiaques (point 2). Il y a deux grands types d’accidents vasculaires cérébraux, ceux que l’on appelle ischémiques, parce que les vaisseaux s’obstruent et n’apportent plus la ration nécessaire d’oxygène au cerveau, dans un mécanisme similaire à celui de l’infarctus du myocarde évoqué ci-dessus ; et ceux que l’on appelle hémorragiques parce que les vaisseaux saignent dans le cerveau et l’inondent par zones entières. Dans les deux cas, les dommages causés aux parties du cerveau lésées peuvent être irréversibles et entraîner des paralysies des membres, des troubles de la parole, parfois même de la déglutition (difficultés à manger ou boire), voire de gravissimes troubles de la respiration ou de la conscience qui peuvent conduire au décès. Certains accidents vasculaires cérébraux peuvent presque passer inaperçus, ou causer peu de séquelles. Ils sont cependant un facteur favorisant la survenue de maladies d’Alzheimer, ou de formes apparentées de ces maladies.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Pierre - 26/03/2014 - 07:54 - Signaler un abus La France meurt surtout...

    . ... de carence absolue en réformes, et de populisme rampant ! .

  • Par cronos - 26/03/2014 - 08:18 - Signaler un abus Cancers...

    dus a la pollution..la nourriture..l'amiante..le sida..etc Notre environnement est pollué à l'extrême...!

  • Par Ravidelacreche - 26/03/2014 - 10:49 - Signaler un abus De quoi meurt-on aujourd’hui

    Comme depuis toujours d'un arrêt du cœur.

  • Par texarkana - 26/03/2014 - 12:30 - Signaler un abus @ Jean Pierre

    Merci de ne pas tout ramener à la politique, la santé c'est tout de même plus important, non? en plus cet article est particuliérment clair et informatif.

  • Par copélia - 26/03/2014 - 14:33 - Signaler un abus l' Amor à la Molière

    D'amour mourir me font "On les peut mettre premièrement comme vous avez dit : "Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour". Ou bien : "D’amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux". Ou bien : "Vos yeux beaux d’amour me font, belle Marquise, mourir". Ou bien : "Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d’amour me font". Ou bien : "Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d’amour."

  • Par LeditGaga - 26/03/2014 - 15:43 - Signaler un abus Question d'éducation...

    En effet, la mort est un manque de savoir-vivre (Alphonse Allais)

  • Par tramontane - 26/03/2014 - 17:27 - Signaler un abus Article intéressant

    Le risque coronarien, provoqué entre autre par l'alimentation et notamment l'excès de sucre, est en bonne place dans les causes de décès. Mais cet article voisine avec un autre article intitulé "Pourquoi c'est une bonne chose que vos enfants aiment les sucreries". On conçoit ce que laisser aux enfants la bride sur le cou en matière de sucreries peut ensuite produire comme adultes obèses, insuffisants cardiaques et diabétiques. Monsieur Atlantico, surveillez un peu vos pigistes...

  • Par Lepeyrinois - 26/03/2014 - 22:00 - Signaler un abus Athérome et Cholestérol

    Selon vous : L’infarctus du myocarde est dû à des coronaires obstruées par des plaques d’athérome (de cholestérol)... pourquoi ramener l'arthérome à seulement du CHO vu qu'il ne représente au maximum que 10 % dans une plaque d'athérome. Soyons sérieux et ne mettons pas toujours tout sur le dos du CHO.

  • Par Salaudepatron - 27/03/2014 - 17:55 - Signaler un abus Deux poids deux mesures...

    11 000 suicidés par an. 3 000 morts sur la route par an. La seule différence, c’est que les radars rapportent gros, alors que les suicidés, ont a pas encore trouvé le moyen de les ponctionner ! Tout ce qui est suivi psychiatrique est quasiment non remboursé en France... pourtant il y aurait un effet indéniable sur les suicides... mais tout le monde s’en fout. On préfère investir et communiquer à fond sur la répression routière, qui est devenue un impôt supplémentaire et rien d’autre.

  • Par Lady Marlène - 27/03/2014 - 22:58 - Signaler un abus Au bout du bout ....

    Au bout du bout, quelle qu'en soit la cause, on finit toujours tous par mourir. C'est bête, non ?

  • Par Nap4 - 28/03/2014 - 09:35 - Signaler un abus Quand on meurt,

    c'est pour la vie...

  • Par totor101 - 28/03/2014 - 10:11 - Signaler un abus le nombre des cancers

    le nombre des cancers augmente avec l'age ! ben oui quand nos ancêtres tenaient 60-65 ans il y avait beaucoup moins de cancer !

  • Par emem - 28/03/2014 - 10:34 - Signaler un abus Worldometer

    La première cause est la naissance. Il faut arrêter de considérer la mort comme un échec de la médecine

  • Par Le Cécilien - 28/03/2014 - 11:38 - Signaler un abus La médecine à double vistesse

    Quand on constate que la sécurité sociale rembourse de moins en moins les soins même d'urgence, les médicaments et que nombreuses personnes à la retraite qui ont travaillées toute leur vie doivent se contenter d'une petite retraite dérisoire et n'ont même pas les moyens de se payer une mutuelle et ne peuvent même plus se faire soigner!!! Alors que tout ceux venus d'ailleurs et même en dehors de notre pays touchent des alloc et profitent de la CMU grace au regroupement familiale ect... JE DIS VIVE LE FN

  • Par Le Cécilien - 28/03/2014 - 11:42 - Signaler un abus Mitterrand ? Quel homme exemplaire !!!

    En tous cas par son envergure, c’était autre chose que le pathétique Flamby... Un petit rappel du passé et des 14 années de POUVOIR de François MITTERRAND > > > Sacré Tonton… POUR NE PAS L'OUBLIER… > > > L'histoire ne s'efface jamais ! Le sublime Mitterrand a pu tout se permettre. SI la PRESSE parlait "Elle", elle risquait de gros problèmes et ses journalistes avaient peur (Jean-Edern Hallier n'a-t-il pas été assassiné par une mauvaise chute en vélo sans témoin pour avoir voulu révéler l'existence de Mazarine ?). C'est du passé, mais qu'on ose encore le citer en exemple ! > > > Il ne faut surtout pas oublier qu'il a "demandé" (et obtenu) le changement de l'itinéraire du TGV dans la Drôme afin de protéger la maison à Marsanne de son ami Henri MICHEL, le château La Borie dont un des actionnaires était Roger HANIN son beau frère, ainsi que des truffières appartenant à Mme Danielle MITTERRAND du côté de Suze-la-Rousse. Ce changement a fait passer le TGV au-dessus du Rhône et a coûté au contribuable la bagatelle de 5 milliards de francs liés aux nouveaux ouvrages d'art (ce montant n'était que le devis initial et ne comprend pas le surcoût)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Flahault

« Antoine Flahault, est médecin, professeur de santé publique, co-directeur du Centre Virchow-Villermé, à la Faculté de Médecine de l’Université Descartes, Sorbonne Paris Cité, à l’Hôtel-Dieu (APHP), et directeur de l’Institut de Santé Globale, à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève ».

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€