Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

A quoi faut-il s’attendre de l’ouverture des archives sur JFK décidée par Trump contre l’avis des agences gouvernementales ?

Donald Trump a décidé de ne pas entraver la divulgation de la fin du dossier sur l'assassinat de Kennedy survenu le 23 novembre 1963 malgré l'opposition de certaines agences gouvernementales.

La vérité est ailleurs... ou pas

Publié le
A quoi faut-il s’attendre de l’ouverture des archives sur JFK décidée par Trump contre l’avis des agences gouvernementales ?

Atlantico: Quelle est l'histoire controversée de l'affaire de l'assassinat de Kennedy et du silence suspect des administrations successives sur l'enquête ?

François Durpaire : En 1992, une loi prévoit l'ouverture d'un certain nombre de documents et on est au terme aujourd'hui de ce processus. Il y a deux thèses qui s'opposent. L'une considère que l'on a gardé le meilleur pour la fin, que l'on va avoir des révélations qui donneront enfin la vérité parce que l'administration a retenu dans ce dossier les données les plus sensibles tout au long des années. L'autre consiste à dire que l'on connaît déjà la vérité depuis 50 ans : il y a un seul tireur, Lee Harvey Oswald. La course à la transparence a déjà fait accoucher une très grande partie des 5 millions de pages existantes.

Cette hypothèse n'est pas acceptée par une majorité d'américain (plus d'un américain sur deux croit à l'idée d'un complot monté ou par les cubains, ou par les castristes, anticastristes, ou encore l'URSS mais aussi par le FBI, la CIA ou la mafia de Chicago). Et même si ces documents n'apportent pas de révélation, ceux qui ne croient pas en la culpabilité unique de Lee Harvey continueront à croire en un complot parce qu'il y a des documents qui ont été détruit en 1995 et l'on pourra toujours dire que la vérité se cachaient dans ces documents.

Un représentant du Conseil de sécurité nationale a déclaré au Washington post que certaines agences gouvernementales avaient récemment demandé au président de retenir certains documents. À quoi peut-on s'attendre et qui peut être embarrassé encore par le dossier Kennedy un demi-siècle après ?

Dans la loi de 1992, le président peut s'opposer à la déclassification d'un certain nombre de dossier pour une raison qui tient au "trouble à l'ordre public" : ce trouble peut être de deux nature, intérieur ou extérieur. Intérieur parce qu'il y a un certain nombre d'agent du FBI, de la CIA ou des service secrets sont toujours en vie et donc peuvent avoir une responsabilité engagée. Extérieur parce que la nature des révélations pourrait avoir un impact sur la géopolitique mondiale, pas tant dans les relations avec la Russie (la guerre froide est terminée) mais plutôt sur le processus de normalisation actuel des relations avec Cuba.
Au sujet des thèses complotistes, il y a un certain nombre de questions qui se posent et qui résistent toujours, même à la vérification. Trois exemples. D'abord on effectuer des tirs pour montrer que 3 balles en l'espace de 6 secondes, c'est possible. Deuxièmement on a montré avec le shooting reconstruction, qu'une balle a pu toucher à la fois Kennedy et le gouverneur du Texas, Connally, ce qui invalide les questions autour d'une balle magique. Troisièmement il y a cette question de la tête de Kennedy qui part en arrière : on a dit alors qu'il aurait eu un autre tireur, situé donc devant, sur la fameuse butte herbeuse. On a montré ici encore que la destruction du cerveau peut entrainer un mouvement de la tête vers l'arrière. Malgré toutes ces preuves scientifiques avancées, ceux qui sont partisans du complot continuent à voir quelque chose de louche. Pourquoi ? Dans l'heure qui suit l'assassinat, c'est la sidération : le chef de la première puissance du monde est assassiné en pleine guerre froide. Va-t-on dans une 3ème guerre mondiale ? est-ce que ce sont les russes ? les cubains ? Peut-être a-t-on voulu cacher la vérité pour éviter une réaction américaine qui aurait entrainé une guerre catastrophique. 
 
On pose aussi la question de la responsabilité de la CIA et du FBI: Lee Harvey était l'équivalent d'un fichier S, une personne très bien connue des services de sécurité et qui participait même, à certain moment, à des opérations qui menées par le FBI. Pourquoi, connaissant les projets d'assassinat qu'il avait contre Kennedy, rien a été fait ? On reproche à la CIA et au FBI d'avoir voulu couvrir des erreurs, des failles ou peut-être même des complicités volontaires. Il faut rappeler enfin que Allen Dellus, ancien directeur de la CIA, que Kennedy avait fait démissionner, était lui-même membre de la commission Warren, donc juge et parti puisque qu'à la fois ancien directeur de la CIA et co-responsable de l'enquête. La dernière chose, la plus importante peut-être, qui renforce le mystère, c'est le deuxième assassinat, celui du tueur, qui fait disparaitre les possibilités de savoir les motivations de Lee Harvey (sachant que lui-même parlait de son innocence avant de pouvoir s'expliquer plus longuement).
 

Que nous apprend la décision de Trump, de ne pas intervenir (comme la loi lui en donnait le possibilité) dans l'application de la loi, sur son action politique ?

Il faut rappeler que Donald Trump fait partie de ces américains qui ne croient pas en la version unique du tueur et qui croient à la théorie du complot. Il est un des plus célèbres partisans des thèses complotistes. On se souvient notamment qu'il a mis en question la responsabilité du père d'un de ses opposants républicains, Ted Cruz, en le soupçonnant, à propos de photo sur lesquelles il apparait avec Lee Harvey, d'avoir eu des liens avec l'assassinat !
 
Trump a toujours été l'un des défenseurs de la transparence. Il dénonce aux institutions et à l'état fédéral de "cacher des choses". Il est même l'un des pères d'un certain nombre d'idées complotistes. Cette décision est conforme à sa personnalité. Mais cela correspond aussi à un désir des américains puisqu'encore un américain sur deux ne croient pas en la thèse d'un tireur d'élite et attend des révélations supplémentaires. Le président va dans le sens de l'opinion. C'est aussi une manière de pour lui de dire qu'il est président et ne couvre aucun agissement des agences fédérales américaines. Mais il ne faut pas attendre LA vérité. LA vérité, on la connait en fait peut-être depuis 50 ans et on refuse de la voir.  
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Semper Fi - 24/10/2017 - 08:14 - Signaler un abus Liarvey ????

    LEE HARVEY !!!

  • Par Ganesha - 24/10/2017 - 08:22 - Signaler un abus Vous avez envie de connaître la vérité ?

    Le petit article publié hier, dans les pépites, n'a été que peu lu et commenté. Alors, on nous sort aujourd'hui un texte de propagande et ''d'entubage'', rédigé par un ''journaliste star des médias'' ! En fait, la seule question qui se pose, c'est : avez-vous vu le petit film de Zapruder, le seul qui montre ce qui s'est réellement passé ? Le seul document supplémentaire utile, qui n'a jamais été publié, parce qu'il est déterminant, ce sont les photos d'autopsie. Si vous avez un minimum de connaissance en la matière, par exemple, parce que vous suivez les séries policières à la télé, vous savez qu'une balle, tirée de face, ne provoque qu'un minuscule orifice d'entrée dans le visage, par contre, à la sortie, c'est toute la calotte occipitale qui est arrachée ! Sur le film de Zapruder, on voit précisément cela : Jacqueline Kennedy, dans un geste désespéré, va récupérer la calotte crânienne de son mari sur le coffre arrière de la voiture ! Contrairement aux explications vaseuses du brillant plaidoyer de notre ''expert vedette des plateaux'', les vrais tueurs étaient donc de face, sur le pont de chemin de fer !

  • Par Nin@ - 24/10/2017 - 09:03 - Signaler un abus LEE HARVEY !!

    Vous corrigez plus les fautes ?

  • Par perceval - 24/10/2017 - 09:25 - Signaler un abus Liarvey? Collony? Alain deloeuf?

    Il me semble que, ou ce monsieur devrait connaître son sujet avant d'en parler ou se relire. De plus il nous assène des certitudes dont bien peu se sont fait les hérauts. Au total aucun intérêt.

  • Par perceval - 24/10/2017 - 09:25 - Signaler un abus Liarvey? Collony? Alain deloeuf?

    Il me semble que, ou ce monsieur devrait connaître son sujet avant d'en parler ou se relire. De plus il nous assène des certitudes dont bien peu se sont fait les hérauts. Au total aucun intérêt.

  • Par Ganesha - 24/10/2017 - 12:11 - Signaler un abus Semper Fi, Nin@, Perceval

    Moi aussi, les incohérences orthographiques d'Atlantico m'énervent ! En fait, le directeur de ce site en a confié la typographie à son neveu, un adolescent scolarisé dans le 9-3. Mais cela ne m'empêche pas d'essayer d'analyser les textes qui nous sont proposés. Ce que mr. Durpaire essaie de nous faire comprendre, à mots couverts, ce sont les incohérences de la ''version officielle. Il y a la fameuse ''balle magique'', et puis, dans le film de Zapruder, il y a le mouvement de la tête de Kennedy, qui est violemment projetée en arrière. Il paraît que la CIA a essayé une ''version modifiée'', avec inversion de deux images. Mais le résultat doit alors paraître peu crédible : comme si le président se réveillait brusquement d'un sieste !

  • Par cloette - 24/10/2017 - 12:25 - Signaler un abus Complot

    c'est fort probable, mais qui ? la mafia ( avec laquelle il avait des soutiens pourtant ) ? qui gênait il ?

  • Par Ganesha - 24/10/2017 - 12:55 - Signaler un abus Cloette

    Cloette, d'après Wikipédia, ''de nombreux livres et documentaires ont apporté des éléments soutenant l'hypothèse selon laquelle Johnson aurait fait partie des commanditaires du meurtre de John F. Kennedy. C'est également l'opinion de l'épouse de ce dernier, Jacqueline Kennedy''. Kennedy était en campagne pour sa réélection, et il n'était pas certain de reprendre Lyndon Johnson comme vice-président. Celui-ci fut cependant un bon président : il créa Medicare et Medicaid et défendit les droits civiques des noirs. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Lyndon_B._Johnson

  • Par cloette - 24/10/2017 - 13:44 - Signaler un abus j'avoue

    que cela me dépasse !

  • Par cloette - 24/10/2017 - 13:48 - Signaler un abus cependant

    Je crois qu'il est probable que la vérité soit connue . Pour un truc aussi énorme l'enquête faite a du aboutir , mais la vérité cachée .

  • Par LouisArmandCremet - 24/10/2017 - 13:55 - Signaler un abus Tir

    "D'abord on effectuer des tirs pour montrer que 3 balles en l'espace de 6 secondes, c'est possible. " On a bien fait des essais sur un fusil à culasse mobile (rechargement manuel avec la main forte, celle qui était sur la détente), et les tirs sont restés avec le même niveau de précision ?

  • Par moneo - 24/10/2017 - 17:43 - Signaler un abus qui ça peut gêner?

    les démocrates par exemple....mais comment la déclassification nous garantirait que certains documents n'ont pas déjà été classés verticalement et depuis longtemps

  • Par philippe de commynes - 24/10/2017 - 18:36 - Signaler un abus Des Barbouzeries

    C'est l'opinion de De Gaulle rapportée par peyrefitte, et comme ce genre de barbouzes étaient connus pour à l'occasion être employés par la cia, on aura enterré l'affaire pour que l'américain moyen ne se dise pas "ce sont des barbouzes, et on veut nous faire croire que cette fois ci ce serait différent, que la CIA n'y est pour rien, pour qui nous prennent ils ?

  • Par moneo - 26/10/2017 - 09:11 - Signaler un abus des barbouzeries ?

    je vous crois De Gaulle était un expert -:) il y en a un qui peut se faire du souci :TRUMP ...il doit bien y avoir quelques illuminés à manipuler au pays des cow boys... A suivre sans illusion

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Durpaire

François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.

Il est président du mouvement pluricitoyen : "Nous sommes la France" et s'occupe du blog Durpaire.com

Il est également l'auteur de Nous sommes tous la France : essai sur la nouvelle identité française (Editions Philippe Rey, 2012) et de Les Etats-Unis pour les nuls aux côtés de Thomas Snégaroff (First, 2012)

 


Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€