Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

De quoi la confusion idéologique dans laquelle baigne la vie politique française est-elle le symptôme ?

Dans un théâtre parisien lundi 2 octobre, Florian Philippot s'est retrouvé à débattre avec Dominique de Montvalon et Jean-Louis Bourlanges, respectivement journaliste assez favorable à Emmanuel Macron, et député européiste (critique mais convaincu). Loin de s'écharper, même civilement, sur les sujets politiques divers qu'ils durent aborder lors de cette soirée, "Le Monde" a rapporté que les différents intervenants sont presque toujours tombés d'accord.

Purée de pois

Publié le
De quoi la confusion idéologique dans laquelle baigne la vie politique française est-elle le symptôme ?

Atlantico : Comment expliquer cette anomalie et confusion des idéologies ? Qu'est-ce que cela dit de la perte de repère idéologique des hommes politiques?

Vincent Tournier : Il faut relativiser l’importance de cet événement, même s’il s’agit peut-être d’un premier pas de la part de Florian Philippot pour effectuer une reconversion politique ou trouver un point de chute, ou peut-être même pour lancer un nouveau mouvement. Pour l’heure, ce n’était qu’un débat confidentiel, qui s’est tenu sans caméras de télévision, entre gens de bonne compagnie. Organiser un tel débat n’était pas très risqué, surtout pour quelqu’un comme Philippe Tesson, le directeur du théâtre, qui n’a pas peur de provoquer.

De plus, Florian Philippot ayant quitté le FN, il a perdu une bonne part de son aura de pestiféré, laquelle était de toute façon limitée puisqu’il incarnait une ligne plus proche du gaullisme ou du chevénementisme que du FN historique. Et puis Philippot est quelqu’un de cultivé, de pondéré ; il est donc très à l’aise dans les débats feutrés et policés, surtout face à un public qui a acheté sa place 26 euros.

Du coup, est-ce qu’il faut voir ce débat comme un signe de recomposition idéologique ? On peut faire l’hypothèse inverse : c’est justement parce que quelqu’un comme Philippot s’en va que la diabolisation et le rejet du FN vont connaître une nouvelle jeunesse. Les opposants du FN vont en faire des gorgées chaudes pour prétendre que le FN est un parti irrécupérable. La preuve : les modérés s’en vont.

Comment un souverainiste ex-FN anti-Europe peut-il se trouver sur la même ligne que Jean-Louis Bourlange et Dominique de Montvalon ?  Faire parti d'une famille idéologique a-t-il encore vraiment un sens aux yeux des Français ?

Encore une fois, il serait mal venu d’accorder trop d’importance à ce qui reste pour l’heure un micro-événement. Les participants de ce débat ne sont que des seconds couteaux de la vie politique. On pourra vraiment épiloguer si Florian Philippot se rapproche de Laurent Wauquiez ou d’Arnaud Montebourg.

Par ailleurs, Bourlanges et Philippot ne sont pas encore sur la même ligne. Au cours du débat, Jean-Louis Bourlanges a bien rappelé que l’Europe constitue un point de clivage très important entre eux. Pourtant, ce dialogue est peut-être significatif d’une inflexion autour de l’idée européenne. On voit bien que, avec le Brexit ou Trump, le principe des souverainetés nationales revient en force. On pourrait aussi citer l’Espagne puisque la défaite des séparatistes est finalement une victoire éclatante des souverainistes. En tout cas, le projet européen a du plomb dans l’aile. Même les partisans les plus forts de l’intégration européenne, dont Jean-Louis Bourlanges fait partie, sont conscients que le projet ne peut plus continuer comme avant. L’ironie de l’histoire, c’est que les principaux blocages viennent aujourd’hui des pays de l’Europe de l’Est, ceux-là même dont l’intégration en 2004 avait été saluée comme une victoire définitive de l’Europe. Aujourd’hui, le désenchantement est sensible. Même si Emmanuel Macron entend donner une place solennelle au drapeau européen, on voit bien que le vent tourne. Il y a encore dix ans, aucun leader de gauche n’aurait osé s’en prendre aussi frontalement au drapeau européen, même si Jean-Luc Mélenchon a été astucieux en laissant planer un doute sur la nature de sa critique : est-elle menée au nom de la nation ou au nom de la laïcité ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/10/2017 - 14:02 - Signaler un abus Commentaire

    La dernière phrase de cet article est la seule vraiment intelligente ! ''il est encore trop tôt pour savoir si les partis qui vont organiser les élections de 2022 seront exactement les mêmes que ceux qui ont organisé celles de 2017''. La plus présomptueuse, erronée et stupide : ''On pourrait aussi citer l’Espagne puisque la défaite des séparatistes est finalement une victoire éclatante des souverainistes''

  • Par vangog - 12/10/2017 - 14:44 - Signaler un abus "L'UE est un point de clivage très important entre eux"

    a précisé Jean-Louis Bourlange...le Front National, lui, accepte de négocier à propos de l'UE et est moins catégorique sur la sortie de l'Euro. Ceci signifie que le Front National est devenu vraiment un parti de centre modéré, alors que Philippot s'est radicalisé, contrairement à ce que tente de faire croire cet article d'un science pipologue inversé...

  • Par pasdesp - 12/10/2017 - 17:23 - Signaler un abus Tout le monde n'est pas Melenchon

    pour qui les insultes ont remplacées le dialogue democratique entre tendances opposées (comme pour toute la conosphere). Il est bon pour une démocratique que des adversaires puissent discuter et s'affronter lors d'un débat de bon aloi . Je trouve hallucinant qu'on puisse parler de confusion ideologique

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€