Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Qui sont ceux qui ont encore le courage de créer des entreprises actuellement ?

Alors que 50 000 entreprises ont été créées en octobre, soit un bond de 10,6% sur un mois, l’entrepreneur moyen n'est pas comme tout le monde se l'imagine. Loin du jeune loup, il a plutôt une quarantaine d'années, beaucoup préférant prendre le temps de se construire une expérience et un réseau solides avant de se lancer.

Salut patron!

Publié le 16 novembre 2012
 
L’entrepreneur moyen préfére prendre le temps de se construire une expérience et un réseau solides avant de se lancer.

L’entrepreneur moyen préfére prendre le temps de se construire une expérience et un réseau solides avant de se lancer. Crédit Alex E. Proimos

Atlantico : Apparition et disparition du mouvement des pigeons, hésitations gouvernementales, remise de rapports à répétition, publications par le cabinet Ernst & Young, le paysage entrepreneurial français a rarement connu une telle exposition médiatique. Au milieu d’une crise que ne finit pas et d’un débat sur la forme à donner à la compétitivité, qui sont aujourd’hui les entrepreneurs français ?

Philippe Hayat : Contrairement à l’idée commune de jeune loup que l’on se fait de l’entrepreneur moyen, la moyenne d’âge des entrepreneurs est plutôt autour de la quarantaine et ceux de moins de 25 ans ne représentent que 2% de la population globale des entrepreneurs. Bien que 50% des jeunes déclarent un jour vouloir monter leur entreprise, ils le font généralement assez peu. Les jeunes français sont un peu frileux sur le sujet. Cela s’explique par le fait que beaucoup d’entrepreneurs préfèrent prendre de le temps de se construire une expérience et un réseau solides avant de lancer une création ou une reprise afin de faciliter leur démarrage avec un meilleur financement et une certaine connaissance du marché. Cela démontre d’une certaine aversion des jeunes pour la prise de risques et plus généralement de la présence de verrous psychologiques liés à la peur de l’échec sociale qui est due à l’époque. Le manque d’idée reste également l’un des freins les plus importants. Celui-ci a tendance à disparaître au même rythme que le futur entrepreneur engrange de l’expérience et une connaissance. Ce sont souvent ces deux éléments qui permettent d’identifier une niche ou d’arrêter un concept précis qui donnera ensuite lieu à une création d’entreprise.

Au niveau du sexe des entrepreneurs, il est réjouissant de constater que de plus en plus de femmes se lancent dans cette grande aventure. Et même si ces entrepreneuses représentent moins de 20% de l’entrepreneuriat français, elles sont loin d’être en reste et plusieurs belles initiatives associatives qui leur sont dédiées ont vu le jour comme Paris pionnières ou Action’Elles. Si le milieu reste très masculin, il est loin d’être féministe. La seule loi est celle de la méritocratie. Les femmes sont en train de ce débarrasser du poids culturel qui les a longtemps limitées.

Cette réticence des jeunes à se lancer dans entreprenariat est-elle due à un manque de structure d’aide et d’accompagnement ? Quelles sont celles qui existent et où ?

Non en réalité, il existe de nombreuses structures pour soutenir les initiatives entrepreneuriales et particulièrement pour les jeunes. Je pense notamment au réseau Entreprendre mais aussi au nombreux concours qui sont organisés pour promouvoir les idées les plus originales ou les plus même de fonctionner. Certaines collectivités vocales ont également des politiques d’encouragements aux créateurs d’entreprises. Pour le financement, on constate qu’en général les jeunes entrepreneurs parviennent facilement à se procurer les premiers dix mille ou vingt mille euros par le biais de ce que l’on appelle le Love money, c’est à dire qui leur vient de leurs proches et de leurs familles. Il existe également la possibilité de faire appel à des business angels.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par HdT - 16/11/2012 - 21:54 - Signaler un abus On devient entrepreneur...

    ... quand on a un porjet auquel on croit et auqel on se forme (études et esprit autodidacte). Mais on devient aussi et surtout entrepreneur quand on n'a rien à espérer de la société qui est autour, c'est à dire quand on est Français non assisté, devenu handicapé de surcroît (et quand l'Etat ignore la situation de ses citoyens-"soldats" (quelques 26.000 dans ma situation, ce qui ne donne pas les dizaines de milliers d'autres cas toutes professions et ex-professions confondues sans retraite ni pension), et que l'on n'a jamais passé sa vie à regarder sans participer, sans prendre part à la vie. Vouloir entreprendre c'est avant tout une culture et un état d'esprit en soit... et miracle, assez souvent ça marche quand on prend le temps de réfléchir, de se préparer, et d'accepter les risques en étant soutenu et entouré (le plus important).

  • Par General3Gaulle - 16/11/2012 - 19:26 - Signaler un abus Pendant que tu fais de la creation d'entreprise tes pas chomeurs

    Sa me fait doucement rigoler cette comptabilité du nombre de créateur d'entreprise car elle a un avantage énorme t'es pas compter comme chomeur. Donc on prefere envoyer des gens se casser le nez dans la création d'entreprise qui vont se planter car au moins ils sont pas compter comme chomeur et surtout apres leur echec ils auront pas de chomage.
    Ensuite que dire de l'extternalisation des salariés par le systeme des auto entrepreneurs qui est une regression sociale evidente. Bref s'agit pas de regarder le nombre de createur d'entreprise s'agit de voir la durée de vie de ces entreprises, la forme juridique, le capital de départ.
    Vu le contexte économique
    - saturation des marchés,
    - baisse du pouvoir d'achat (et encore une partie de la presse nous prepare a accpeter la baisse des salaires faut pas s'etonnner de la crise de la presse,.)
    - un recul de l'envie de consommer vu comment on nosu présente la crise. Pour moi le contrat social est brisé je refuse de consommer quand je vois comment la presse ose nous presenter de la crise en epargnant les banksters et la classe politique qui a tapiner pour elles
    - les banques qui continuent a privelegier l'economie virtuelle et pas réelle

  • Par Testezlacreationdentreprise - 16/11/2012 - 16:54 - Signaler un abus Il existe des dispositifs !

    Il existe des dispositifs d'accompagnement à la création d'entreprise, mais ils sont peu connus !
    Par exemple, les couveuses d'entreprises et les coopératives d'activités, qui permettent à des porteurs de projet de tester la viabilité économique de leurs futures entreprises avant même de s'immatriculer, en bénéficiant d'un statut légal pour facturer leurs clients. Elles proposent également un accompagnement personnalisé, un suivi, des formations, une mise en réseau avec d'autres entrepreneurs, tout pour bien préparer son projet !
    Un évènement est organisé le 29 novembre 2012 à la maison Ecocitoyenne de Bordeaux pour présenter ces dispositifs, rencontrer les structures et échanger avec des entrepreneurs accompagnés.
    Plus d'infos sur : www.testezlacreationdentreprise.com !
    Ou sur la page Facebook : http://www.facebook.com/testezlacreationdentreprise

  • Par le Gône - 16/11/2012 - 11:51 - Signaler un abus @ccompagnon

    Merci...j'ai crée une entreprise..en ai racheté une autre et l'age venu liquidé les deux et par chance sans perdre 1€..mais aussi sans en avoir gagné un seul!!..alors oui les entrepreneurs sont des heros..qui se ramassent des claques dans la gueule a longueur d'exercice fiscal!! par les clients..les "amis client" (les pires) les fournisseurs (qui ne tiennent pas leurs engagement)par les banquiers (fonctionaire de l'argent) par le fisc( d'une gourmandise de pétasse) par l'URSSAF le pire mafieu !! par les salariés enfin qui ont tous les droit et vous entrepreneur aucun!!..oui j'ai été un heros..et si je devait recommencer ca ne serait surement pas en France..ca c'est sur!!

  • Par Mtourterelle - 16/11/2012 - 11:35 - Signaler un abus Le "Français" pour tout le monde!

    Pourrais-je me permettre de vous suggérer de corriger les coquilles et les fautes d'orthographe inacceptables qui jonchent votre article?
    Mais aussi de demander au « relecteur » de se demander à son tour la différence qu'il y a entre un pronom démonstratif et un pronom réfléchi?
    Votre édition est courageuse de ne pas hurler exactement la même chanson que la majorité de ses collatéraux, c'est justement la raison pour laquelle elle se doit de ne pas perdre le sens des mots!
    Le langage structure la pensée, et permet de mieux comprendre les vices et les faux semblants de ses détracteurs, ou mêmes de ne pas être éblouis par les miroirs aux alouettes criants de confort!
    Et ce n'est bien sûr qu'une petite partie des avantages d'un langage correct!

  • Par ccompagnon - 16/11/2012 - 10:02 - Signaler un abus Des héros

    On se fout de connaître le profil type, ce ne sont que des statistiques. Et l'individu n'entre jamais dans une statistique.
    Les entrepreneurs sont juste des héros.
    Allez les gars !

Philippe Hayat

Philippe Hayat est entrepreneur et repreneur d'entreprises, professeur à l'ESSEC, cofondateur du fonds d'investissement Serena Capital, et président de l'association 100 000 entrepreneurs qui vise à l'enseignement la culture de l'entrepreneuriat aux jeunes. Il a remis a remis à Fleur Pellerin le rapport "Pour un New Deal entrepreneurial en Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Fermer