Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce qui se passe vraiment entre le FN et les homosexuels

L’arrivée au Rassemblement Bleu Marine de Sébastien Chenu, membre fondateur de Gaylib et l’outing de Florian Philippot par le magazine Closer ont suscité des remous au sein du FN et relancé un débat sur l’audience grandissante que rencontrerait le parti mariniste auprès de l’électorat gay.

Sexualité

Publié le
Ce qui se passe vraiment entre le FN et les homosexuels

Il est vrai que ces éléments ne sont pas les premiers du genre et s’inscrivent dans une série de révélations allant dans ce sens. Il y eut l’outing de Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont (et pilier du marinisme) puis des allégations reprises dans différents médias sur le nombre important de gays dans l’entourage de Marine Le Pen, ses opposants internes parlant « d’un lobby gay » sous l’influence duquel la leader du FN aurait décidé de faire profil bas lors de la mobilisation contre le mariage pour tous.

Puis lors de la campagne des municipales, Jean-François Belmondo, neveu du célèbre acteur et personnalité gay revendiquée, fut désigné second de la liste frontiste dans le 3ème arrondissement, arrondissement englobant le quartier du marais, territoire emblématique de la communauté homosexuelle. Et plus récemment, on apprenait que Matthieu Chartraire, élu par les lecteurs de Têtu, « Mister gay 2015 », affichait une proximité au FN, ce qui ne fut pas sans susciter un certain malaise au sein de la rédaction du magazine.

S’agit-il uniquement de quelques cas isolés dont certains seraient habilement exploités par le FN comme gage de la respectabilisation du parti (le fait qu’une part grandissante de la population homosexuelle vote pour le FN montrerait alors que le parti a changé et rompu avec son image sulfureuse et homophobe des débuts) ou d’une tendance sociologique plus lourde ? Et si oui, quels sont les facteurs qui ont présidé à cette évolution ?

Le vote frontiste aussi répandu dans l’électorat gay que dans l’ensemble de la population

Réalisée au début de la campagne présidentielle de 2012, une grande enquête de l’Ifop croisant les intentions de vote et une question d’auto-identification en matière sexuelle (les interviewés étant appelés à se définir comme hétérosexuel, bisexuel ou homosexuel) indiquait que les cas individuels présentés par la presse ne constituaient pas des cas isolés qui auraient généré un effet de loupe déformante mais renvoyaient à une tendance de fond. Cette enquête réalisée en octobre 2011 auprès d’un échantillon national représentatif de 9515 personnes (échantillon au sein duquel 6,5% se déclaraient gays, bis ou lesbiennes ; 3% se revendiquent homosexuels et 3,5% bisexuels) faisait ainsi apparaître que :

- Les candidats de gauche attiraient la moitié des suffrages des minorités sexuelles (49,5% contre 40,5% chez le reste des Français), sachant que, dans les rangs des homosexuels, les intentions de vote en faveur de la gauche étaient encore plus élevées : 53% ou total, dont un tiers pour François Hollande.

- Le potentiel électoral de François Bayrou était aussi un peu plus élevé dans leurs rangs (9%) que dans le reste de l’électorat (6,5%), tout comme d’ailleurs l’était le nombre de sympathisants du Modem (9% contre 7% chez les électeurs hétérosexuels).

- A l’inverse, les candidats de la droite parlementaire (Nicolas Sarkozy ou Dominique de Villepin) rassemblaient à peine 20% des intentions de vote des homosexuels et 25% de celles des bisexuels, soit un niveau largement inférieur à celui mesuré chez l’ensemble des Français (32,5%).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 29/01/2015 - 08:54 - Signaler un abus Ceux que le FN haïssait hier sont maintenant bienvenus

    MLP ratisse de plus en plus large, les homos, les gauchistes, et les musulmans sont maintenant bienvenus. Mais MLP se dit de droite( de moins en moins) donc le FN ratisse d'extrême gauche à l'extrême droite, sa politique me semble de moins en moins lisible. Elle veut dans un gouvernement Besancenot et Marion? J'ai comme un doute.

  • Par Ganesha - 29/01/2015 - 09:32 - Signaler un abus ''Rien à Branler''

    Les homosexuels sont tout simplement comme une majorité grandissante de français : ils comprennent que Marine Pen et le Front National sont les seuls à proposer des solutions réalistes, efficaces et raisonnables pour nous sortir de la crise, du profond désarroi dans lequel nous vivons ! Et comme ils ont l'habitude d'être ''ostracisés'', ils n'en ont vraiment ''rien à branler'' du ''politiquement correct'' des médias et des ''commentateurs réactionnaires'' !

  • Par vangog - 29/01/2015 - 11:28 - Signaler un abus "L'image homophobe du début"????

    Merci de citer vos sources M. Fourquet et préciser les écrits qui accréditent l'idée que le FN a été homophobe...au début?

  • Par Anguerrand - 29/01/2015 - 14:55 - Signaler un abus Aux 3 FN ci dessus

    Demandez ce que disait JMLP il y a encore qq mois sur les homos? Vous êtes impayables! Vous avez bien appris votre " bible " du FN, c'est vrai que le FN est de gauche depuis MLP.

  • Par bjorn borg - 29/01/2015 - 17:09 - Signaler un abus Hors sujet:

    François Baroin n'est pas contre la construction de mosquées. Il s'agit de les accompagner pour leur financement avoue-t-il. C'est pas un UMPS ça? Alors, vous dites quoi aux FN déjà???

  • Par bjorn borg - 29/01/2015 - 20:05 - Signaler un abus Pas d'ennemis en vue?

    bon, me voilà plus tranquille quand même. Vous êtes tous de mon avis? Bizarre...

  • Par Deudeuche - 15/04/2015 - 22:13 - Signaler un abus @bjorn borg

    totalement d'accord

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’IFOP.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€