Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 29 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce qui se joue derrière le regain de tensions entre la Turquie et la Syrie

A la frontière turque, les tensions restent vives après la mort, mercredi, de cinq civils turcs dans le village d'Akçakale. Samedi, l'armée turque a une nouvelle fois riposté à un tir d'artillerie venu de Syrie.

Escarmouches

Publié le

Nous sommes rentrés dans une nouvelle étape de la crise syrienne, le 3 octobre dernier, lorsqu’un obus lancé depuis le territoire syrien (et dont l’origine n’est pas certaine) a causé la mort de cinq personnes (une mère et ses quatre enfants), côté turc. La riposte immédiate ordonnée par Ankara consistant en des frappes ciblées dans le nord de la Syrie signifie, du moins symboliquement, l’éventuel premier épisode d’un conflit qui deviendrait un conflit armé en quittant désormais le seul terrain diplomatique.

Cette riposte turque a d’ailleurs pris la forme de bombardements tactiques visant des cibles militaires du gouvernement syrien, alors que ce dernier a insinué que les forces rebelles seraient responsables du tir d’artillerie.

Pourtant, malgré les apparences et le vote à l’Assemblée nationale turque, lors d’une séance à huis clos, d’une motion autorisant la conduite d’opérations militaires, il serait hâtif de conclure à l’imminence d’une guerre ou à des opérations d’envergure extra frontalière de la part de la Turquie. 

Alors que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu interprètent largement le rôle que les États-Unis voudraient faire jouer à la Turquie et qu’ils poursuivent leur rêve de voir ce pays devenir une véritable puissance régionale, la politique syrienne de la Turquie ressemble de plus en plus à un faux départ. Au fil des longs mois où s’est prolongée la crise syrienne il est devenu évident, d’une part, qu’une intervention militaire collective occidentale n’était pas envisageable et, d’autre part, que Bachar el-Assad jouissait d’un soutien populaire et militaire beaucoup plus solide que ses homologues tunisiens et égyptiens dont la chute a été expéditive. La Turquie ne dispose pas d’une marge de manœuvre diplomatique suffisante pour se lancer dans une telle aventure militaire, avec comme seuls véritables alliés le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Par ailleurs, cet enthousiasme du gouvernement de l’AKP (le Parti de la justice et du développement) est loin de faire l’unanimité au sein de la Turquie. Non seulement tous les principaux partis d’opposition sont contre une intervention, mais le gouvernement aurait également beaucoup de peine à faire accepter celle-ci à l’opinion publique, malgré l’importance de son électorat. Alors que la situation au Sud-Est de la Turquie était déjà extrêmement tendue avec les affrontements entre l’armée et les militants kurdes du PKK, la grande majorité de la population est contre une nouvelle guerre avec la Syrie, qui constitue la plus longue frontière terrestre de la Turquie. De plus, depuis le début de la crise syrienne, et le soutien indirect d’Ankara aux forces rebelles syriennes, le peuple turc voit d’un très mauvais œil les centaines de militants armés, entre autres des djihadistes venus du Pakistan, de l’Afghanistan et de Égypte, qui rôdent au sud de la Turquie, créant un désordre constant.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cbrunet - 07/10/2012 - 09:34 - Signaler un abus la pu !!!

    Je dit toujours aux enfants que la pub est la pollution de l'esprit ! MAIS VIREZ DONC CETTE PUB PEUGEOT ! Franchement, quand on à les moyens on n'achète pas un Partner !

  • Par Gégé Foufou - 07/10/2012 - 10:17 - Signaler un abus Si

    B. Arnaut en a acheté un pour emmener ses Neuros en Belgique car le coffre de sa Ferrari était trop petit.

  • Par Lepongiste - 07/10/2012 - 14:52 - Signaler un abus Qui peut croire que les Syriens auraient bombardé

    les Turques !!! Dans quel but ? "Cette riposte turque a d’ailleurs pris la forme de bombardements tactiques visant des cibles militaires du gouvernement syrien, alors que ce dernier a insinué que les forces rebelles seraient responsables du tir d’artillerie" J'aime bien le '' insinué '' que les forces rebelles..... La manip est à son comble.....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alican Tayla

Alican Tayla est chercheur à l’IRIS, spécialiste de la Turquie et des problématiques identitaires. Il contribue également à l’Observatoire de la Turquie et de son environnement géopolitique.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€