Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

À quelques milliards près... les mauvais calculs ISF du président Macron (mais qui serait encore capable de maîtriser la fiscalité française ?)

L'État a-t-il atteint un degré de sophistication et de complexité tel qu'il ne peut plus être gouverné autrement que par les techniciens de Bercy ? Les révélations des Échos sur le produit de l'ISF par Emmanuel Macron après sa réforme prévue en loi de finances pose une nouvelle fois la question....

Complexe

Publié le
À quelques milliards près... les mauvais calculs ISF du président Macron (mais qui serait encore capable de maîtriser la fiscalité française ?)

On sait depuis longtemps qu'Emmanuel Macron veut changer l'assiette de l'Impôt sur la Fortune. Son propos consiste à sortir de l'assiette les éléments de financement de l'économie, comme les valeurs mobilières. L'ambition du candidat président est de recentrer cet impôt compliqué et emblématique sur la taxation de la rente, en "libérant" l'investissement.

Sur le papier, l'intention n'a probablement pas fait l'unanimité, mais elle répond à une cohérence économique qui se défend. Du point de vue intellectuel, elle incarne de façon quasi-pure l'oeuvre de l'imagination fiscale, un sport très prisé des élites françaises: on combine "en même temps" plusieurs objectifs pour inventer un impôt sophistiqué, qui permet de courir plusieurs lièvres à la fois (taxer les riches, être juste, financer l'économie).

Comment l'Impôt sur la Fortune ne rapportera plus rien

Ce faisant, les Échos révèlent que, selon les dernières estimations, le futur impôt concocté par le candidat Macron rapportera moins de 1 milliard€ par an. Il rejoindra ainsi la galerie des impôts et taxes compliqués, coûteux à lever pour une somme insignifiante. C'est l'estimation des valeurs immobilières qui conduit à cette révision de l'estimation: elle montre que la législation fiscale a atteint un degré de complexité tel que seuls quelques spécialistes bien équipés peuvent aujourd'hui la manier. 

Du coup se posera bien entendu la question de la légitimité de cet impôt lui-même: pourquoi dépenser autant pour lever si peu? Le coût de la perception en France est déjà très élevé. Emmanuel Macron a manifestement l'intention de préserver cette tradition très française qui consiste à mettre en branle des marteaux piqueurs pour chasser des moustiques. 

La machine étatique est-elle encore maniable?

Au-delà des péripéties qui ne manqueront pas d'intéresser les assujettis, c'est la question de la complexité propre à notre stratégie fiscale qui est en cause. Car l'impôt en France ne vise pas seulement à financer les dépenses publiques. Il cherche aussi à redistribuer les richesses et à favoriser la croissance économique. Trois lièvres à poursuivre pour un seul épagneul!

D'où des impôts biscornus, avec des taux très élevés qui tétanisent tous les Occidentaux, mais une foule d'exonérations, d'exceptions, que plus personne ne comprend. Si elles nourrissent très correctement des armées de conseillers et d'experts fiscaux, ces règles incompréhensibles ont deux effets majeurs. 

D'abord, elles détournent les Français de leurs impôts, qui sont autant de montagnes infranchissables qui dissimulent l'horizon économique.

Ensuite, elles empêchent la bonne gouvernance de l'État. Celui-ci ressemble à une machine complexe dont personne ne connaît vraiment le mode d'emploi, et que seuls quelques spécialistes peuvent approcher sans encourir un danger létal immédiat. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 22/09/2017 - 10:03 - Signaler un abus Difficile de réparer quarante ans de socialisme!

    À force de vouloir terroriser quelques-uns (les moins-votants gauchistes) afin de privilégier quelques-autres (les mieux-votants gauchistes), les socialauds (dont Macron-Rothschild), ont cassé l'égalité face à l'impôt. À force de se gargariser de solidarité sans la promouvoir réellement, ils ont cassé l'appareil productif Français et la croissance. Macron-Rothschild est parfaitement fidèle à ce processus gauchiste morbide, avec ses exonérations injustes de taxe d'habitation et des revenus des actionnaires. Il fallait, au contraire promouvoir l'égalité de lotus face à l'impôt, et supprimer cet ISF mortel totalement!

  • Par Atlante13 - 22/09/2017 - 10:09 - Signaler un abus Bien résumé

    il faudrait supprimer Bercy, repère de cerveaux malades, supérieurement intelligents et en même temps schizophréniques. Depuis quand peut-on gérer un pays avec des gogos?

  • Par moneo - 22/09/2017 - 10:09 - Signaler un abus Pour aller dans votre sens ...le pire est devant nous

    Et le pire est à venir semble t il sur l'assurance vie http://www.leblogpatrimoine.com/assurance-vie/la-flat-tax-sur-lassurance-vie-applicable-avant-8-ans-pour-les-versements-superieurs-a-150-000e-personne.html#comment-619255 l'auteur est généralement bien informé et les commentateurs généralement des professionnels ça fait peur

  • Par 2bout - 22/09/2017 - 15:20 - Signaler un abus Et aussi, à quelques pour-cents près ...

    me dis-je en songeant à mon contrat de retraite complémentaire, un contrat dont on vient de m'aviser par courrier recommandé que les prochains versements effectués sur ce compte seront rémunérés à hauteur de 0% ... brut !

  • Par gerint - 23/09/2017 - 12:20 - Signaler un abus Il faut bien employer les énarques

    Et ils compliquent la vie des Français: plus ils y parviennent plus leur barmètre monte

  • Par l'enclume - 23/09/2017 - 17:57 - Signaler un abus Mort aux cons, vaste programme

    Atlante13 - 22/09/2017 - 10:09 - Vous confondez intelligence et instruction, les brèles de Bercy pour la plupart sont instruits, répètent tels des perroquets ce qu'ils ont appris dans les grandes écoles. Je préfère de loin l'intelligence du brave paysan plein de bon sens.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€