Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 02 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quelle stratégie économique pour la Chine dans la deuxième phase de la mondialisation ?

La transformation que proposent les émergents, Chine en tête, commence par sa demande interne et celle des émergents.

Bonnes feuilles

Publié le
Quelle stratégie économique pour la Chine dans la deuxième phase de la mondialisation ?

La Transformation que proposent les émergents, Chine en tête, commence par sa demande interne et celle des émergents

La Chine doit changer, pour deux raisons. D’abord, croître par l’export n’est plus possible pour elle, en réprimant sa demande interne. Ensuite, faire croître sa demande interne, plus celle des autres pays émergents, notamment de la région, devient sa vraie stratégie économique et politique. La politique de croissance chinoise par l’export et l’investissement interne (logement et infrastructures) n’est plus possible pour atteindre la croissance officielle de 7 % l’an. À l’exportation, le monde est en décélération, particulièrement chez les pays industrialisés tandis que la Chine est en perte de compétitivité, notamment dans sa région.

Pour les infrastructures, il s’agit bien souvent d’un surinvestissement, corruption oblige, qui fragilise le système financier. Pour la construction résidentielle, outre la corruption et les surinvestissements manifestes, on assiste à des bulles, faiblesse des systèmes de surveillance des banques oblige. Ces bulles mettent sous pression le système bancaire et le shadow banking. Continuer est non seulement plus difficile, c’est surtout bien plus risqué. Surtout, la Chine voit bien que la nature des marchés de masse est en train de changer chez les pays développés et doit changer chez elle, pour satisfaire sa propre demande. Elle fera ainsi sa croissance de demain. Cesser l’opposition demande interne contre demande externe, largement celle des industrialisés, en satisfaisant mieux sa demande interne, lui permettra de mieux satisfaire la demande spécifique des pays émergents.

>>>>>> A lire aussi : Nouvelle phase de la mondialisation : pourquoi les entreprises vont devoir s’habituer à des taux de marges structurellement faibles

La Chine commence cette Transformation par un new normal chaotique

Pas facile de changer pour la Chine, même si on a de bonnes raisons et si on prévient : le bateau est si gros, il n’est pas habitué à cette mer interne. L’histoire de ces problèmes commence avec les informations contradictoires qui circulent sur la croissance chinoise. Elle « reste » à 7 %, ou baisse un peu, à moins qu’elle ne baisse plus ! Nous avons eu la bulle boursière de Shanghai avec sa hausse fulgurante fin 2014, puis son explosion en août 2015. Nous avons eu les interventions des autorités pour freiner le ralentissement économique, notamment par des baisses successives de taux d’intérêt en 2015, baisses destinées à arrêter la crise boursière et à soutenir la demande interne. Nous avons vu, venant des autorités, des aides bancaires, achats de titres et injonctions directes (comminatoires) aux opérateurs/spéculateurs pour qu’ils « cessent » leur krach boursier. Surtout, nous avons eu la décision d’août 2015 de faire baisser le Yuan par les autorités monétaires chinoises, alias les plus hautes autorités du pays, puis de le faire remonter (moins). Cette série de décisions dans les deux sens, mais avec une baisse finale, a fait brusquement et violemment reculer tous les changes de la région par rapport au dollar, plus toutes les bourses. Elle a affaibli les pays industrialisés exportateurs de matières premières, Canada et Australie notamment.

Compte tenu de son caractère stratégique, on peut penser qu’elle ne vient pas d’un stagiaire de la Banque centrale chinoise. D’abord, « on » nous explique que la décision de la baisse du Yuan est la réponse « normale » à la demande officielle du FMI. Pour que le Yuan entre dans le panier des DTS (droit de tirages spéciaux du FMI, à côté du dollar, de l’euro, de la Livre et du Yen), il faut montrer que c’est une monnaie flexible. Elle pourra alors servir indirectement de monnaie de réserve mondiale, puisqu’on lui fera confiance dans les bons et les mauvais jours. La décision d’acceptation devait être prise cette fin d’année, puis repoussée en fin 2016, les révisions étant normalement quinquennales. On comprend l’enjeu. Le FMI mène une série d’études à ce sujet, techniques mais pas seulement. Il commence par indiquer que le Yuan n’est pas/plus nécessairement sous-évalué. C’est très nouveau, et c’est une précondition obligatoire pour entrer dans le DTS. Surtout, ce jugement contredit la doctrine américaine de manipulation de la devise. Le FMI note ensuite que le Yuan est encore trop peu utilisé dans le monde. Ce n’est pas une surprise, compte tenu de la place du dollar et de l’euro dans les échanges et les réserves. Son entrée dans le panier de devises est précisément faite pour réduire cette polarisation sur les deux devises des pays industrialisés. Le FMI ajoute qu’une monnaie internationale doit être flexible et liquide, ces deux aspects étant liés pour pouvoir entrer dans le panier. La flexibilité, la Chine a commencé. La liquidité est décisive pour être vraiment flexible, autrement dit la Chine doit internationaliser sa monnaie. C’est là un immense changement. La Chine va continuer à suivre ces demandes, même si cela sera chaotique. Il faudra s’y faire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pig - 06/02/2016 - 13:56 - Signaler un abus Alala, ce style !

    Il aurait fallu vous relire plusieurs fois, et vous faire relire aussi !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il vient de publier La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€