Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 26 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mais quelle est la véritable clé du vote des catégories populaires ?

En l'espace de vingt-cinq ans, l'électorat populaire s'est davantage orienté vers la droite en raison notamment des politiques menées par la gauche au pouvoir, mais aussi à cause des inquiétudes identitaires et culturelles.

Revirement historique

Publié le - Mis à jour le 27 Janvier 2017
Mais quelle est la véritable clé du vote des catégories populaires ?

Atlantico : Qu'est-ce que le sondage Ifop pour Le Figaro sur la supériorité de la ligne Marion Maréchal-Le Pen sur celle de Florian Philippot nous dit des clés et de l'évolution du vote populaire ? Nous serions-nous trompés en attribuant, depuis un certain temps, le succès du FN à la ligne de Philippot ?

Jérôme Fourquet : D'abord, le sondage pour Le Figaro a été réalisé uniquement auprès des sympathisants frontistes. Il n'y a pas que des catégories populaires dans ce sondage. On s'aperçoit que, y compris dans l'électorat populaire, Marion Maréchal-Le Pen est devant Philippot.

Ce que ça nous dit, c'est que quoi qu'en pensent certains experts, le vote FN est encore structuré sur les questions d'immigration et d'identité. On peut nous parler de souveraineté, de sortie de l'Euro… Tout ça compte mais le cœur du vote, c'est l'identité. Celle qui a le discours le plus "cash" c'est Le Pen. On a en France, comme dans d'autres démocraties, un désalignement de l'électorat de gauche vers la droite depuis vingt-cinq ans. C'est lié en partie à ce que fait la gauche au pouvoir (mesures libérales, ouverture des frontières, etc.). On a aussi la montée des inquiétudes identitaires et culturelles dans toute une partie de l'électorat populaire. Du coup, ce dernier trouve un intérêt dans les discours des droites nationales. L'électorat populaire a aujourd'hui en grande partie basculé dans la demande de protection (physique, culturelle identitaire…) et de fermeture.

Jean Petaux : Difficile de répondre de manière tranchée ou manichéenne. Tout simplement parce que l’électorat FN dans son ensemble, et ce que vous avez appelez le "vote populaire" (qui est une catégorie singulièrement floue et "fourre-tout") est tout ce que l’on veut mais certainement pas homogène et mono-catégorielle par exemple.

Pour tenter de comprendre la situation au sein du FN essayons de rappeler les différentes lignes de partage qui structurent (pour ne pas dire "qui fracturent") cette formation politique. Il y a d’un côté ce que l’on pourrait appeler le "FN – Canal historique" (ou encore le "FN-Jean-Mariste"). De l’autre côté, il y a le "FN-Canal social" (ou si l’on préfère le "FN-Mariniste"). Le" FN-Jean-Mariste" est en train de devenir un "FN-Sociétal" ou, pour parler en termes de leadership, le "FN-Marioniste". La filiation entre le grand-père et la petite-fille est bien plus forte qu’entre le père et la fille. Certes, Jean-Marie Le Pen n’a jamais été une "grenouille de bénitier". Celui qui le connaissait bien, car il l’avait connu étudiant à la "Corpo de Paris" et qu’il avait fait moultes "coups" avec lui, le cinéaste Claude Chabrol, fin analystes des êtres et de leurs petites histoires, a dit un jour à la télé, dans les années 2000, qu’avoir peur de Le Pen était une pure ineptie et que Le Pen était un grand-guignol provocateur qui avait mille envies sans doute mais certainement pas une : prendre le pouvoir. Toute la vie politique de Jean-Marie Le Pen le confirme. Pour employer un vocabulaire cher à Georges Lavaud : seule la fonction tribunitienne intéressait le "Menhir" de Montretout. Mais pour avoir eu une vie très libre, Jean-Marie Le Pen n’en a pas moins été fasciné par les valeurs traditionnelles de la France (ou, à tout le moins, par les valeurs que ce passionné d’histoire, à la culture générale très "classique", s’imagine être celles de la France, de Clovis à l’Algérie française) dans lesquelles les valeurs chrétiennes sont placées, par lui, au premier rang. Sa petite-fille, pour l’instant peu intéressée par l’exercice du pouvoir (au moins central puisqu’on a vu qu’elle s’est très bien comportée dans la conquête revendiquée de la présidence de la région PACA) est aussi sensible aux "valeurs sociétales traditionnelles". Bien que divorcée, elle exprime clairement et publiquement son attachement au catholicisme et a très clairement pris position comme étant "anti-soixante-huitarde".

A contrario de sa tante Marine qui est une vraie "soixante-huitarde" quant à elle. Elle aussi divorcée (à croire que c’est une tradition dans la famille), Marine vit maritalement avec Louis Alliot et a montré plus que du scepticisme face à "La Manif pour tous" que Marion, sa nièce, a soutenu ostensiblement. La tendance "sociale" de Marine Le Pen, très officiellement défendue par Florian Philippot et tout l’état-major du FN, n’est pas du tout la ligne dominante parmi les adhérents frontistes. Ce qui ne veut pas dire que les électeurs, eux, n’y sont pas sensibles surtout dans des zones géographiques en forte déprise sociale comme les Hauts-de-France, l’ancienne Lorraine, et la région PACA. Il faut se rappeler ici que dans les élections internes au FN, pour la désignation des membres du Conseil national du Parti, c’est Marion Maréchal-Le Pen qui a fait un score "à la soviétique" avec un soutien considérable des adhérents. Elle s’est classée première à cette désignation par le biais d’un vote préférentiel. Evidemment devant Philippot.

Et puis, il reste une autre dimension. Non dite. De l’ordre du refoulé. Il n’est pas interdit de penser que pour l’électorat FN (au moins le noyau dur, adhérents, militants et sympathisants très actifs) le fait que les tenants du "FN social" soient ouvertement connus comme homosexuels ne les desserve en termes de soutiens ou d’adhésions à cette ligne. La base du FN, "parti de machos" (termes exactement employés par une élue départementale en mars 2015 qui a démissionné du FN tout en continuant de siéger au Conseil général de Gironde, en qualifiant ainsi l’attitude de son "binôme"), résolument hostile aux évolutions des mœurs, défendant activement l’hétéroparentalité et l’hétérosexualité, ne voit certainement pas d’un bon œil ces "homos qui gouvernent" au FN et à l’égard desquels Marine Le Pen (la "Cheftaine") est d’une tolérance totale et, sans doute à leurs yeux, coupable.

L’électorat populaire auquel vous faites allusion, celui qui est venu voter FN alors qu’il ne votait pas auparavant ou qu’il votait plutôt à la gauche de la gauche, explique son vote par sa volonté de "sortir des sortants" et de renvoyer chez eux tout ce qui, de près ou de loin, ressemblent aux "membres d’une élite" (politique, sociale, intellectuelle, économique, financière, etc.). Tous ces "privilégiés" (en tous les cas considérés comme tels par le "peuple") sont condamnés à disparaitre. Et si, de surcroît, ils sont "homos", (le terme employé par les militants "FN – Canal historique"  pour désigner ces personnes n’est certainement pas aussi "neutre" que celui-là) alors cette "pratique", ce "choix de sexualité", va être un élément supplémentaire de rejet des tenants de la "ligne Philippot" par un redoutable syllogisme : "Philippot = homo = déviant dans sa vie privée = déviant dans ses idées politiques = faux FN (ou "FN dénaturé")". Personne ne sait ce que c’est qu’un "FN naturel » ou un "FN originel", mais ce qui est sûr c’est qu’un homo ne peut pas être "porteur d’un esprit FN authentique".

Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que Marion Maréchal-Le Pen apparaisse comme le "défenseur" de la "vraie croix Jean-Mariste". Quand on se souvient de la "saillie" du grand-père à l’égard d’un opposant qui avait osé le chahuter dans la rue en mars 1997 à Mantes-la-Jolie, hurlant devant les caméras : "J’vais te faire courir petit rouquin, tu vas voir ! Pédé !..." et quand on relit Cohen et Péan sur l’obsession homosexuelle de JMLP, on comprend comment, encore aujourd’hui, les tenants de la ligne Philippot-Briois, défendus par Marine Le Pen, ne sont pas proches de Marion Maréchal-Le Pen et de son aïeul.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 22/01/2017 - 10:08 - Signaler un abus Evolution vers la droite de l'électorat

    Voilà une heureuse nouvelle............si elle se confirme dans les urnes et pas au bénéfice du seul FN.

  • Par Anguerrand - 22/01/2017 - 10:47 - Signaler un abus Le problème du FN

    Ce parti s'est l'argement gauchisé ( économie et islam) au point que certains étaient contre sa présence à La réunion des droites, les vraies, qui ne sont pas socialistes. Les français eux se sont droitisés contrairement au FN. Seule MMLP est crédible pour suivre la droitisation voulue par le peuple. Le problème comme en convient JMLP c'est bien ce gauchiste de Philippot qui est arrivé comme un cheveu sur la soupe et qui fera certainement perdre le FN avec son retour au franc, la retraite à 60 ans, ne pas toucher aux fonctionnaites, des idees bien de gauche.

  • Par edac44 - 22/01/2017 - 10:54 - Signaler un abus Le bon sens ne saurait avoir de parti politique mais ...

    Le bon sens ne saurait avoir de parti politique mais de nos jours, c'est plutôt une "denrée" rare et même en voie de disparition. Droite-gauche, même combat, il faut surtout promettre ce qu'on a pas les moyens de tenir mais que la "populasse" (De Gaulle parlait "de veaux") a envie d'entendre. Résultat, cinq ans à gauche, cinq ans à droite et on recommence et pour aller ......nul part!... Le zigzag en politique, c'est assurément la faillite en économie. Si les médias ont à ce jour, les moyens de retourner très rapidement les opinions publiques et manipuler les électeurs, à la demande, qui aujourd'hui a les moyens d'appréhender l'incohérence des choix économiques quand ces derniers ne relèvent uniquement que du discours politique ??? et ce ne sont pas les médias aux ordres de leurs financiers respectifs qui vous proposeront un éclaircissement sinon intelligent du moins impartial à l'heure des "choix" !... Et si certains vous disent "la France a les dirigeants qu'elle mérite" sous entendu "aussi nuls à chier soient-ils", on serait tenter de rajouter "la France a aussi les électeurs qu'elle mérite" et intellectuellement, ce n'est pas brillant non plus.

  • Par Jardinier - 22/01/2017 - 11:12 - Signaler un abus En fait ce qu'on constate vote apres vote,

    Et c'est quand même mieux qu'un sondage, c'est que la ligne "Philippot" fait exploser les scores du FN, et ça c'est indéniable. La différence avec JMPL et ses nostalgiques, c'est que eux veulent le pouvoir, et sans changer en fait radicalement la ligne. Sur l'immigration, c'est strictement la même, sur l'euro, l’Europe, aussi, totalement. Et ce sont les deux sujets principaux, qui éclipsent en pratique tout les autres. S'ils réussissaient ça, ce serait déjà formidable. Et comme la droite classique ne voudra jamais d'eux, quelle que soit leur évolution, la stratégie de Marion Maréchal Le Pen de compétition à droite serait suicidaire. En plus avec la déliquescence du PS, il y a de grande possibilité de récupérer leurs électeurs populaires, effrayés par Fillon, le candidat qui veut faire payer les pauvres pour aider les riches (et ce n'est même pas de l'ironie).

  • Par cloette - 22/01/2017 - 11:13 - Signaler un abus Il n'empêche

    que le FN est haut . Et je ne pense pas que les " homos " dérangent , les gens s'en fichent ils ont manifesté pour les enfants et la filiation , le reste est passè dans le banal . Y a t il clivage pour des raisons de choix économiques ? Je n'en suis même pas sûre , et au contraire de l'article je crois que Philippot est pour beaucoup dans le score , mais aussi Marion et surtout Marine . Il s'agit d'une offre politique nouvelle , peut être est ce là aussi la raison du succès ?

  • Par J'accuse - 22/01/2017 - 11:24 - Signaler un abus Les cultes déchus de la personnalité et du slogan

    Fillon n'a aucun charisme, mais Le Pen pas davantage, et personne ne s'intéresse à leur slogan. Ce qui marchait hier ne marche plus, parce qu'on a compris qu'on s'était fait avoir par des discours. On veut du cuir, comme chantait Souchon, pas des envolées lyriques, pas du peep-show. La presse s'amourache de Macron parce qu'il a du charisme et un slogan, mais il ne passera pas pour ces raisons. L'identité et la sécurité sont des thèmes majeurs pour les peuples, que la gauche peut oublier quand ils sont assurés; mais ce n'est plus le cas.

  • Par Michèle Plahiers - 22/01/2017 - 11:30 - Signaler un abus Filiation.

    Fillon n'est pas un vendeur de carpettes. Les français ont aussi compris que les "carpettes" sont souvent dangereuses quand elles glissent,...

  • Par cloette - 22/01/2017 - 11:45 - Signaler un abus @j'accuse

    Nous verrons bien .Après cinq ans de cet étonnant quinquennat ( à tout point de vue y compris les morts et les colonnes de migrants ) tout est possible, l'air du temps est aux surprises !

  • Par vangog - 22/01/2017 - 13:24 - Signaler un abus Une science pipologue gauchiste et un sondeur...

    pour nous expliquer le Front National...decidemment, Atlantico est en train de sombrer dans le journalisme d'opinion le plus médiocre et le plus "avant-mur"! S'ils veut comprendre le Front National, premier parti de France, qu'Atlantico invite des patriotes dans ses colonnes: ils évoqueront pour rien (aucun besoin de subvention) l'unité de tous les patriotes FN, unis autour du même dessein, du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest, qui est celui de la France...la France sociale, la France canal-Historique, la France tout-court. Pas de courants, pas de contradictions, pas d'éléphants, pas de baronnies chez nous! Et Atlantico n'aura pas besoin de payer, trop cher, ces fantasmes d'étudiants attardés, car les patriotes le feront pour rien, par simplement plaisir de remettre les pendules d'Atlantico à l'heure...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/01/2017 - 13:45 - Signaler un abus Le FN a bien compris que pour

    Le FN a bien compris que pour avoir une chance d'arriver au pouvoir il lui fallait avoir un discours plus populiste que Mélanchoouille afin de récupérer les voix des feignasses assistées.... Et c'est pour ça qu'ils ont débauché le Philippot à vapeur, car si en plus il pouvait leur apporter les voix des homos ce serait le "jackpot "........Et .bientôt la promesse du revenu universel

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/01/2017 - 13:49 - Signaler un abus Je voulais dire..... le

    Je voulais dire..... le "Jackphilippot" c'est plus correct !

  • Par bd - 05/02/2017 - 23:52 - Signaler un abus "En Marche" a désormais DÉPASSÉ le PS en nombre d'adhérents!

    https://fr.wikipedia.org/wiki/En_marche_! --- https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_socialiste_(France) ... Et sans AUCUN soutien financier de l'état! --- NON, "En Marche" n'est pas une "bulle" mais une vague... Une lame de fond qui émerge!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Petaux

Jean Petaux est docteur habilité à diriger des recherches en science politique, ingénieur de recherche, politologue à Sciences Po Bordeaux, grande école dont il est depuis 27 ans le directeur de la Communication et des Relations extérieures. Auteur d’une dizaine d’ouvrages,  il dirige aux éditions « Le Bord de l’Eau » la collection « Territoires du politique » et y a publié en avril 2017 un livre d’entretiens avec Michel Sainte-Marie, ancien député-maire de Mérignac  intitulé « Paroles politiques ».  Parmi ses publications antérieures il a  codirigé aux Editions Biotop, en 2010,  Figures et institutions de la vie politique française.

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€