Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que veut vraiment dire le mot "socialiste"

S'il est un sujet sur lequel Manuel Valls est resté particulièrement constant depuis 2007, c'est celui du changement de nom du Parti socialiste. Dans son interview à l'Obs, qui lui aussi a changé de nom, il a réaffirmé cette volonté. A nouvelle réalité, nouveaux mots.

Stricto sensu

Publié le - Mis à jour le 24 Octobre 2014

Atlantico : Dans son interview à l'Obs, Manuel Valls a proposé de changer le nom du parti socialiste, ce qui a suscité de vives réactions. Qu'est-ce que le socialisme?

Jean Garrigues : Ce n'est pas simplement une question de définition mais une question d'histoire et de pratiques qui se sont multipliées en France et dans le monde depuis le début du 19e siècle. Ceux qui ont créé le Parti socialiste en 1969 à Issy-les-Moulineaux l'ont inscrit dans une tradition de redistribution des richesses qui passe par le rôle de l'Etat. L'objectif étant de rendre les chances de chacun dans la société plus égales.

Originellement, l'objectif du socialisme est révolutionnaire, il est de rompre avec l'économie de marché. Mais depuis le Congrès d'Epinay en 1971, l'économie de marché est implicitement acceptée. Aussi, et toujours de manière très implicite, la pratique des socialistes, notamment au pouvoir depuis les années 1980, est une pratique plus social-démocrate. Elle a en effet consisté à gérer l'économie de marché dans un sens plus protecteur que la droite libérale mais dans un cadre qui n'est finalement pas si éloigné de la pratique des libéraux.

Quelle a été l'évolution des courants de pensées qui traversent le socialisme ? Quelles ont été les grandes ruptures au sein du socialisme ?

Epinay ne marque pas véritablement une rupture socialiste au sens de la doctrine. C'est une rupture stratégique initiée par François Mitterrand et dont l'objectif est d'acclimater le parti socialiste aux institutions de la Ve république. Pour en faire un parti qui pourra gérer les affaires de manières décomplexée. Epinay représente surtout une évolution vis-à-vis du PC et du rapport au pouvoir. Il s'agit de faire du PS un parti d'exercice du pourvoir. Ce qui peut poser un problème du point de la vue de la doctrine.

C'est le grand paradoxe du socialiste, notamment lors du tournant de la rigueur dans les années 1980. Le parti s'inscrit dans la pratique d'une gestion du libéralisme alors que la doctrine reste révolutionnaire. La fortune, l'argent, le capitalisme sont des mots tabous pour le socialisme alors même qu'ils négocient avec les contraintes de l'économie libérale. Finalement les socialistes n'ont jamais mis en accord leur doctrine avec leur pratique politique. Et de manière paradoxale, celui à qui on reproche un manque de courage politique, à savoir François Hollande, en mettant en œuvre le pacte de responsabilité avec Manuel Valls aux commandes, met en convergence la pratique politique et l'affirmation d'une doctrine de gestion plus ou moins libérale de l'économie de marché.

Dans ce cas, peut-on encore parler de socialisme ?

Si l'on se réfère à l'histoire de la famille socialiste depuis le début de 19e siècle jusque dans les années 1980, intellectuellement, il serait faux de parler de socialisme. Le parti qui se dit socialiste n'est plus un parti socialiste, si ce n'est qu'il se revendique de cette tradition et de ses grandes figures socialistes, comme Jean Jaurès, Léon Blum, etc. Mais ce parti n'est plus véritablement un parti socialiste. La proposition de Manuel Valls de changer le nom du parti n'est en rien absurde, elle acte simplement une réalité politique qui n'est pas neuve.

Propos recueillis par Carole Dieterich

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/10/2014 - 22:16 - Signaler un abus Le socialisme a réussi son contrat: l'égalitarisme total!

    Grâce à eux, les chances de tous les Français sont égales de trouver un travail: quel que soient les diplômes, elles sont toutes quasiment nulles! Grâce à eux, les chances de tous les Français sont égalés de voir régulièrement baisser leur pouvoir d'achat. Grâce à eux, les chances de tous les descendants de Français sont égales de rembourser la dette la plus monstrueuse au monde. Grâce à eux, les chances de tous les Français sont égales de subir la régression des valeurs, de l'enseignement français et de la Liberté de la Presse. Oui, les socialos, et toute la gauche en général, ont réussi leur contrat! L'egalitarisme nauséabond et le nivellement par le bas: tous égaux!... Et maintenant, comment on remonte la pente? Eh ben...en faisant exactement l'inverse, non?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean Garrigues

Jean Garrigues est historien, spécialiste d'histoire politique.

Il est professeur d'histoire contemporaine à l' Université d'Orléans et à Sciences Po Paris.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages comme Histoire du Parlement de 1789 à nos jours (Armand Colin, 2007), La France de la Ve République 1958-2008  (Armand Colin, 2008) et Les hommes providentiels : histoire d’une fascination française (Seuil, 2012). Son dernier livre, Le monde selon Clemenceau est paru en 2014 aux éditions Tallandier. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€