Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 14 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que vérifier vos emails toutes les 5 minutes fait à votre cerveau

Actualiser sa boîte mail trop fréquemment n'est pas un geste sans conséquences sur le cerveau.

Surprise

Publié le
Ce que vérifier vos emails toutes les 5 minutes fait à votre cerveau

Consulter ses mails ferait perdre 10 points de QI. Crédit Pixabay.com

Atlantico : Les salariés français sont ceux qui consultent le plus leurs mails professionnels durant leurs congés, selon un sondage réalisé par l'entreprise Expedia dans 24 pays du monde. Quelles peuvent être les conséquences sur le cerveau ? 

André Nieoullon : Il y a deux conséquences à cette attitude. La première est l'aspect de la modification de la relation au travail. Celle-ci impose, compte tenu de la pression, une disponibilité quasi permanente. Ce qui entraîne du stress. La seconde concerne plus spécifiquement le cerveau, du moins d'un point de vue de le neuroscience. Il y a dans ce comportement, une forme d'addiction.
Cette dépendance est surprenante par la facilité avec laquelle elle a été créée suivant la modification de nos habitudes. 
 

Consulter ses mails ferait perdre 10 points de QI, est-ce possible ? Consulter régulièrement ses mails rendrait plus bête ?

Il faut d'abord relativiser la notion de QI qui est un indicateur qui n'a de sens qu'en psychologie et encore. Ce qui est certain est que la mobilisation des ressources attentionnelles va clairement se faire au détriment de l'utilisation de ces ressources pour d'autres objectifs. Le message délivré sera moins profond que lors des transmissions par courrier. Si le destinataire a plus de temps pour répondre à la question posée comme c'est le cas lorsqu'il s'agit de demandes via courrier postal, sa réflexion sera plus poussée que si la demande était faite par mail. Lors d'une question par mail, l'expéditeur s'attend à une réponse rapide, le destinataire a donc moins de temps pour répondre à la question que lors des courriers papiers, la réponse sera moins profonde et moins travaillée. 
 

Consulter un mail alors que l'on réalise une autre tache ferait perdre 20 minutes. Comment expliquer cela ? Cette durée baisse t-elle avec l'habitude ? Peut-on avoir des problèmes de concentration à long terme ? 

Tout dépend de la relation de l'employé à l'entreprise et de l'attente de la hiérarchie. Des entreprises nord-américaines sont en train d'adapter un nouveau mode de communication avec leur personnel, elles ne veulent plus de réponse instantanée mais une ou deux par jour. Cette décision traduit le fait que, selon elles, se fixer sur une boîte de messagerie déconcentre l'employé qui ne peut se concentrer sur d'autres tâches. 
 

Diversifier ses taches, faire plusieurs choses à la fois permet-il de stimuler le cerveau ou au contraire, l'affaiblit-il ? 

Deux choses sur ce point. Le fait de pouvoir effectuer plusieurs taches à la fois est une capacité du cerveau et de ce point de vue, l'entrainement va contribuer améliorer nos performances
Le problème est quand une personne est fatiguée, malade ( Parkinson, dépression...) ou âgée. Dans ces cas, la personne aura de plus en plus de difficultés à effectuer des tâches en parallèle. Elle passera d'un mode de traitement en parallèle, soit plusieurs taches à la fois, à un mode de traitement sériel, soit une tache à la fois. 
 

Si l'on décide de fermer sa boite mail pour quelques heures ou quelques jours, le cerveau peut-il ressentir un manque ? Une dépendance s'est-elle créée ? 

On est clairement dans l'addiction aux nouvelles technologies. Il y a une forme de dépendance, à un certain niveau, ne plus consulter ses mails va créer une forme de manque. Prenons le cas des managers de haut niveau, souvent sollicités. Dès que leur nombre de mails faiblit, ils ont l'impression d'être dans une position moins dominante, ils se sentent dévalorisés. 
 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

André Nieoullon

André Nieoullon est Professeur de Neurosciences à l'Université d'Aix-Marseille, membre de la Society for Neurosciences US et membre de la Société française des Neurosciences dont il a été le Président.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€