Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que Les Républicains et Laurent Wauquiez ont à gagner, et à perdre, à choisir Michel Barnier comme tête de liste pour les élections européennes

Les Républicains songent à Michel Barnier pour la tête de liste des élections européennes. L'idée d'une telle candidature dans le parti de Laurent Wauquiez peut surprendre.

Confus

Publié le
Ce que Les Républicains et Laurent Wauquiez ont à gagner, et à perdre, à choisir Michel Barnier comme tête de liste pour les élections européennes

 Crédit ERIC FEFERBERG / AFP

Atlantico : Selon les informations révélées par Le Monde, les LR réfléchiraient à la possibilité de confier la tête de liste aux élections européennes à Michel Barnier, actuel négociateur en chef du Brexit, et dont le profil serait également convoité par Emmanuel Macron et LREM. En quoi peut-on voir, à travers ce choix, le début des hostilités entre LR et LREM sur le terrain de la droite "humaniste" d'Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin ? Faut-il voir ce choix comme une perception, par les LR, d'un moment de fragilité de LREM au lendemain de l'affaire Benalla, et dans un calendrier qui annonce des questions comme celle du budget 2019 ?

Bruno Cautrès : Incontestablement, les élections européennes de 2019 auront une importance politique essentielle pour les différences forces politiques en France. Pour Emmanuel Macron, le cœur de la bataille sera de concrétiser un double objectif : que la liste de LREM arrive en tête et qu’elle concrétise dans sa composition (et peut-être sa tête de liste) le vaste projet dont il se dit le porteur depuis le tout début de l’aventure En Marche ! : recomposer la vie politique française autour d’un clivage primordial entre « progressistes » (favorables à l’intégration européenne et à la mondialisation comme une chance) et « conservateurs » (favorables à un retour vers la souveraineté nationale et voyant la mondialisation comme une menace). C’est en cela que le dépassement du clivage gauche-droite, renvoyé par Emmanuel Macron au « monde d’avant », lui est essentiel : c’est ce dépassement qui, selon cette analyse, permettrait de regrouper les « progressistes » de gauche et de droite, appelés à s’unir dans un ce que l’on pourrait qualifier de « parti de l’Europe ». Il faut dire que la question européenne, bien avant Emmanuel Macron, clive à gauche et à droite. La droite « humaniste », celle d’Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, qui avait vécu l’ex-UMP comme un moyen de faire tenir sous un même toit les néo-gaullistes (plus attachés à la souveraineté nationale) et les centristes ou chrétiens-démocrates à la française, partage des points en commun avec Emmanuel Macron sur les questions européennes. 
 
Ce sont les raisons qui expliquent que depuis plusieurs mois, des messages entre les lignes ont été passés entre Alain Juppé et les responsables de LREM. Il est donc assez vraisemblable que du côté de LREM on tente d’attirer des personnalités de droite pro-européenne et ainsi amplifier la recomposition politique entamée avec l’arrivée au gouvernement de Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin. Si au printemps des signes allaient dans ce sens, la baisse de popularité significative d’Emmanuel Macron au cours des derniers mois et l’affaire Benalla compliquent les choses. L’affaire Benalla a écorné l’image d’Emmanuel Macron et l’on a vu une baisse de popularité d’Emmanuel Macron auprès des électeurs de droite même si cette tendance était là avant l’affaire. Du côté de LR, la bataille pour les européennes est vitale : il s’agit de se positionner en principale force d’opposition et d’incarner en même temps une opposition très différente de celle de LFI. Par ailleurs, pour LR il est encore plus vital de ne plus céder une once de terrain à LREM en termes de ralliement de personnalités LR de premier plan ; c’est en cela que « figer » le jeu avec Michel Barnier comme tête de liste (et pourquoi pas ensuite Président de la Commission européenne soutenu par le PPE dont LR fait partie) pourrait être un évènement important pour LR : la campagne de LREM pour s’opposer à cette liste serait beaucoup moins facile. Même si Michel Barnier a davantage un profil de spécialiste de l’Europe, voire de technicien chevronné de ces questions, qu’un profil politique classique, il a un passé d’élu national qui en ferait sans doute une tête de liste difficile à combattre pour ceux qui sont des pro-européens affichés ; l’image « néo-gaulliste » qu’avait Michel Barnier dans sa jeunesse politique lui assure sans doute d’un matelas important de soutien à droite et pas seulement parmi les électeurs. 
 
Toutes ces hypothèses s’inscrivent dans un jeu plus complexe, qui dépasse largement les questions de court terme: il y a des questions de fond et l’Europe est un thème qui ne fait pleinement consensus chez personne et sans doute pas même au sein de LREM même si le soutien à l’UE y est fort. Il y a aussi des considérations tactiques de moyen terme : les élections municipales de 2020 constitueront un crash-test pour tout le monde autrement plus dangereux et notamment pour LR. Les leaders de la droite sont sans doute balancés, pour ceux qui se sentent proches des idées d’Emmanuel Macron, entre des considérations stratégiques de long terme (que sera la droite et que sera LREM dans 10 ans ?) et des considérations tactiques de court terme (dans quel état sera la popularité d’Emmanuel Macron en 2020 ? LREM sera-t-elle encore attractive à ce moment-là ?). 
 
 

Comment évaluer un tel choix, pour le LR, d'un point de vue électoral ? Comment évaluer ce même choix sur la question idéologique, en quoi est-elle cohérente avec la ligne Wauquiez menée depuis ces derniers mois ? 

 
Dans ce jeu complexe, chacun commence à avancer des pions avec des noms prestigieux et qui jouent un peu le contre-pied pour les têtes de liste : on annonce de PS moribond et il évoque d’aller chercher un brillant politicien et universitaire belge comme tête de liste ou d’européaniser sa liste ; on annonce une campagne à tonalité tièdement européenne de Laurent Wauquiez et LR évoque le nom de Michel Barnier, grand européen de droite, expérimenté et respecté en Europe, avec un CV européen très prestigieux… Si l’hypothèse se vérifiait pour Michel Barnier, cela enverrait un signal fort aux européens convaincus de droite que leur parti se met en marche…pour commencer une opération de reconquête de l’opinion et desserrer l’étau qui comprime LR entre une partie de son électorat tentée par Emmanuel Macron et une autre partie tentée par le RN. 
 
Au plan des questions européennes, il est certain que l’hypothèse Barnier tête de liste LR aux européennes amènerait Laurent Wauquiez à clarifier sa ligne européenne dans un sens plus « mainstream » pour la droite pro-européenne. Il a été ministre des affaires européennes sous Nicolas Sarkozy et a publié un livre sur l’Europe intitulé « Europe : il faut tout changer », donc je n’ai pas de doutes sur le fait qu’il parviendrait à donner du contenu à cette explication / clarification. 
 

Quels sont les risques de voir un tel choix permettre au Rassemblement national de constater entre les LR et LREM une unité de vision politique ? 

Quel que soit celui ou celle qui conduira la liste de LR et de LREM aux européennes, le Rassemblement national de Marine Le Pen fera campagne sur le thème : « tous des ennemis de la France et de sa souveraineté ». C’est une stratégie de campagne électorale classique pour les partis négatifs vis-à-vis de l’Europe : il s’agit pour eux d’expliquer que tous les autres partis sont en fait d’accord sur le prolongement de l’intégration européenne et que seuls eux dévoilent aux électeurs cette « vérité ». 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 21/08/2018 - 08:39 - Signaler un abus Notre impératif : leur refuser notre suffrage !

    Michel Barnier fait partie des ''crapules européistes'' qui sont directement responsables de la situation actuelle de la Grèce : après une décennie d'Austérité, la majeure partie de la population grecque s'est considérablement appauvrie, et le chômage des jeunes est à 43% : le même niveau que dans les banlieues et les provinces déshéritées françaises ! Les énormes prêts qui ont été consentis à ce pays avaient pour unique but de payer les intérêts et ainsi d'éviter l'explosion de la Bulle financière ! La dette est toujours au même montant et bien sûr, elle ne sera jamais remboursée. Les partis, que ce soit En Marche ou les Ripoublicains, qui s'intéressent à ce individu répugnant, nous montrent clairement notre impératif : leur refuser notre suffrage !

  • Par Ganesha - 21/08/2018 - 09:17 - Signaler un abus Point Godwin

    En fait, cet article me fait, une fois de plus, me poser la question : Atlantico serait-il, en réalité, en train de faire campagne pour Marine Le Pen ? La photo qui illustre cet article évoque inévitablement un autre souvenir célèbre : la poignée de main entre le maréchal Pétain et Adolf Hitler à Montoire ! Je vous laisse deviner qui est qui, dans la version 2018 !

  • Par cloette - 21/08/2018 - 09:19 - Signaler un abus La moutarde me monte au nez

    " La mondialisation comme une chance " Est-ce une vérité révélée ? Un dogme ? chaque principe a ses avantages et ses inconvénients .La mondialisation crée du chômage, et c'est la plaie de notre pays aujourd'hui pour ceux qui en sont victimes . On inflige à des quantités de gens d'être assistés à vie, bravo! Les inégalités augmentent avec la mondialisation, les plus riches s'enrichissent et les plus pauvres s'appauvrissent, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond !

  • Par Citoyen-libre - 21/08/2018 - 09:57 - Signaler un abus L'espoir !!!!!

    C'est tout ce qu'il reste au peuple, qui sur le bord de la touche, avec femmes et enfants, regarde, le monde évoluer, sans qu'il puisse (ou à la marge) le moins du monde modifier quoi que se soit. Alors que la mondialisation a permis au plus riches de s'enrichir, maintenir l'espoir des 99 % autres, c'est sans doute la seule vertu, ou le travail, que je reconnais aux politiques. Voire en MLP, le bouleversement tant attendu, c'est un peu croire au Père Noël, mais comme chaque année, on attend ça avec impatience....D'ailleurs, toutes le religions ont transformé Noël à leur petite sauce, comme les politiques vont transformé les européennes à leurs petits avantages, sonnants et trébuchants !!!! Surtout n'oublions pas d'aller voter......

  • Par assougoudrel - 21/08/2018 - 10:00 - Signaler un abus Exemple de mondialisation économique

    Le maillot de l'équipe de France avec la deuxième étoile. Dans le pays délocalisé, au départ, il était fabriqué à 5 euros; comme c'était encore trop cher, Nike a trouvé une autre ville dans le même pays où il était fabriqué à 3 euros. En arrivant en France, le maillot coûte 140 euros. C'est une chance uniquement pour Nike et les autres du même genre, mais pas pour nos entreprises et pour les gens qui se retrouvent au chômage quand elles ferment les unes après les autres (ni pour l'ouvrier-esclave où il a délocalisé). Quand à Barnier, je ne vois pas ce que Wauquiez irait faire avec cette crapule. C'est lui qui trouve normal que quand une banque à des difficultés, qu'elle bloque les comptes et se serve dans la cagnotte des clients, ce qui est prévu par Bruxelles. Ce mec est un fumier de la pire espèce et il est le représentant de tous ceux qu'on déteste dans cette Europe.

  • Par assougoudrel - 21/08/2018 - 10:03 - Signaler un abus Pardon

    où il est fabriqué à 3 euros

  • Par l'enclume - 21/08/2018 - 10:13 - Signaler un abus Tout en gueule, rien dans la musette

    Mon pauvre Ganesha, qui est le plus courageux, votre Castafiore du RN, qui beugle sans bouger de la France, afin de solliciter les gogos de leur donner quelques piécettes pour ne pas déposer le bilan où Wauquiez qui sans faire de bruit, sans com, est allé visiter incognito Mossoul en Irak dévasté par les fadas de l'E.I, et apporter une aide aux chrétiens d'Orient. Bien entendu aucun torchon n'en a parlé, à l'exception de Paris Match.

  • Par Ganesha - 21/08/2018 - 10:41 - Signaler un abus Gardiens du Libéralisme

    La Chine a connu les ''Gardes Rouges'', de sinistre mémoire, et l'Iran a ses ''Gardiens de la Révolution''. Ici sur Atlantico, nous avons un petit groupe de riches capitalistes qui gèrent leur portefeuille d'appartement en location et qui spéculent sur le marché de l'or. Ils se reconnaîtront... Ces gentlemen se considèrent comme les ''Gardiens du Libéralisme''. Une bande un peu disparate de schizophrènes et de sociopathes. Ils viennent régulièrement nous affirmer que seul le Libéralisme peut rendre un continent puissant. Un des commentaires les plus grotesques que j'ai lu ces derniers jours, nous affirmait que ''Trump est un pur Libéral'' ! Ceci explique sa politique de mondialisation sans entraves du commerce international ?

  • Par J'accuse - 21/08/2018 - 11:09 - Signaler un abus Les crabes s'agitent dans le panier

    L'Europe, personne n'en a rien à cirer, et l'UE n'est qu'un prétexte pour prendre du fric et du pouvoir là où il y en a. Le fric du peuple, et le pouvoir que le peuple devrait avoir; mais il a de moins en moins le premier, et n'aura jamais le second. J'irai cracher sur vos urnes.

  • Par gerint - 21/08/2018 - 11:54 - Signaler un abus Hors de question de valider Barnier pour moi

    Je le tiens pour un fonctionnaire froid, inhumain, hautain, tout ce que j'éxècre

  • Par GP13 - 21/08/2018 - 12:00 - Signaler un abus Petites ou grandes combines......

    Et tout continue comme avant: il s'agit moins de servir un projet politique, que de prendre des places. Si LW devait confirmer Barnier, alors il est foutu et LR avec.

  • Par zen-gzr-28 - 21/08/2018 - 12:04 - Signaler un abus Est ce la bonne solution

    Est ce la bonne solution de privilégier BARNIER chez LREM ? Pour quelles bonnes raisons valables ? Cela pourrait être un enjeu stratégique à envisager le duo Wauquiez & Barnier

  • Par Anouman - 21/08/2018 - 12:36 - Signaler un abus Barnier

    Mauvais choix mais ils verront bien.

  • Par cloette - 21/08/2018 - 12:47 - Signaler un abus Barnier ?

    Mais quelle mouche a piqué Wauquiez ?

  • Par Poussard Gérard - 21/08/2018 - 13:07 - Signaler un abus Que Barnier l'homme d'avant aille avec Juppé

    et raffarin, Estrosi chez EM...Il a fait son temps et doit après le Brexit prendre sa retraite.. Une chance pour monsieur Wauquiez de faire émarger un nouveau visage, et qui porte haut et fort, les couleurs de droite..tel Abad, Aubert, Guirous, saillet des gens de qualité et qui sont loyaux..Dommage pour

  • Par vangog - 21/08/2018 - 13:37 - Signaler un abus Barnier est convoité par les socialauds-macroniste...

    comme par les ripoublicains...ce qui prouve que les LR se rapprochent des politiques gauchistes. Ils feraient mieux de faire liste commune, cela serait plus simple, et permettrait aux patriotes RN de combattre le mondialiste Barnier, ennemi de l’émancipation des Nations. Ce type exècre la démocratie, et refuse aux Anglais le droit de choisir le pôle libéral intelligent de l’UE, le marché libre, tout en refusant le pôle socialiste et technocratique, les frontières poreuses, l’immigrationnisme, la dictature de la CJUE, de la CEDH, des normes débiles... Mais c’est pourtant ce qui arrivera, car l’UE n’aura pas d’autre solution, après sa défaite, en 2019...

  • Par Jean-luc laffineur - 21/08/2018 - 14:29 - Signaler un abus Nous sommes tous Européens

    Excellente idée !!! S’ils y arrivent, quel coup ce serait aux soi-disant « Européens » de LREM et des constructifs-juppéistes!!!!

  • Par Jean-luc laffineur - 21/08/2018 - 14:29 - Signaler un abus Nous sommes tous Européens

    Excellente idée !!! S’ils y arrivent, quel coup ce serait aux soi-disant « Européens » de LREM et des constructifs-juppéistes!!!!

  • Par lima59 - 21/08/2018 - 14:36 - Signaler un abus Lauret W, je retourne ma veste encore une fois....

    Haha Barnier, bon choix de Laurent W. M.L.P. se frotte les mains. Elle a dit, L.W est dans le discours pour piquer nos électeurs. Après le discours blanc de L.W. je retourne ma veste et fait le contraire. Très bien. Comme Trump, M.L.P. fera ce qu'elle dit. Elle ne s'associe pas avec des partis, combinazione, pour arriver au pouvoir. Elle n'est pas corrompu comme toute la classe politique. Avec elle il y aura du changement pour sur. Les convictions sont plus fortes que la soif du pouvoir, chez M.L.P.

  • Par celajun - 21/08/2018 - 15:54 - Signaler un abus Au secours !

    Si Wauquiez s'associe à un des pires membres de la nomenklatura europeiste foncièrement anti-française comme l'illusion Macreux, c'en est fini de lui.

  • Par Liberte5 - 21/08/2018 - 16:47 - Signaler un abus Selon les informations révèlées par Le Monde.........

    Que valent ces informations? Rien , absolument rien du tout!! C'est une sonde lancée par ce journal de gauche pour voir la réaction. Elle sera négative dans l'électorat LR, qui après s'être débarrassé de Sarkozy, Juppé ne va pas cautionner une candidature de cette fausse droite sans conviction.M. Barnier c'est le triomphe de l'incompétence. Il est bête. Ce n'est pas dans mes habitudes de juger ainsi, mais là c'est vraiment ce que je ressens.C'est un carriériste, un chiraquien qui a vécu avec l'argent public depuis toujours. L. Wauquiez se tirerait une balle dans les 2 pieds en prenant ce triste sire comme tête de liste aux Européennes. Ma conclusion, la solution sortira pour la fin de l'année, et sera à mon avis,une solution qui ira vers une Europe des nations. Dans le courant de ce qui se passe en Europe actuellement.

  • Par Cervières - 21/08/2018 - 18:36 - Signaler un abus Précaution

    Pour l'inventeur réel du principe de précaution (Michel Barnier et son coté réactionnaire), il convient de le mettre en service et de l'éliminer. Sa gestion du Brexit étant lourdement misanthrope et ultra-technocratique, cela ne sera pas difficile.

  • Par ajm - 21/08/2018 - 19:12 - Signaler un abus Pire choix possible.

    Barnier serait le pire choix pour LR. Ou alors il s'agirait d'une tactique cynique de Wauquiez, peu confiant dans ces elections, de laisser aller au casse pipe la branche LR qui lui est hostile, lui ne se mouillant pas dans l'histoire. Mais c'est trop tordu pour réussir.

  • Par gerint - 21/08/2018 - 19:39 - Signaler un abus @Cervières

    Il ne faut pas demander à Barnier une gestion intelligente du Brexit. Il en est bien incapable.

  • Par Liberte5 - 21/08/2018 - 23:07 - Signaler un abus @ajm: pour imaginer un pareil coup aussi tordu...

    il faut être parfaitement tordu. L. Wauquiez n'est pas à ce niveau et les électeurs L.R non plus.

  • Par cloette - 22/08/2018 - 10:46 - Signaler un abus @ajm, L Wauquiez subit sans

    @ajm, L Wauquiez subit sans doute des pressions des "instances" qui voient que Macron est cuit et ne bissera pas de quinquennat, reste donc Wauquiez qu'il faut mettre dans le rang . Eh bien il y a là de quoi faire une grosse déprime .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Cautrès

Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes portant sur la participation politique, le vote et les élections (Panel électoral français de 2002 et Panel électoral français de 2007, Baromètre politique français). Il a développé d’autres directions de recherche mettant en évidence les clivages sociaux et politiques liés à l’Europe et à l’intégration européenne dans les électorats et les opinions publiques.  En 2014 il a publié Les européens aiment-ils (toujours) l'Europe ? aux éditions de La Documentation Française.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€