Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Que pèsent encore les Etats-Unis sur la scène internationale ?

Barack Obama s'est rendu à Cuba. De son côté, Donald Trump a donné une interview Washington Post et livré son avis sur les attentats de Bruxelles Mais, il ne faut compter sur aucun d'eux dans la guerre contre le terrorisme.

Trans-amérique Express

Publié le

Hillary Clinton, si elle est élue présidente, ne changera rien à cet état de fait. Malgré sa réputation d’interventionniste. Entre les pays musulmans clients de l’Amérique, et l’idéologie « droit-de-l'hommiste » de l’ancienne secrétaire d’Etat, il subsistera peu d’espace pour lutter efficacement contre l’Etat islamique. Il y aura plus de gesticulations qu’avec Barack Obama, mais à l’arrivée, sans doute guère plus d’action.

Quant à Donald Trump,il a déjà prévenu qu’il ne ferait rien. A part « fermer les frontières aux musulmans » et frapper l’Etat islamique de loin.  Ironie du sort le jour des attentats était-il avait choisi pour confier ses ambitions en politique étrangère aux journalistes du Washington Post.

Dans un long entretien, Trump se révèle avoir une connaissance limitée des enjeux géopolitiques globaux, et une vision encore plus limitée du rôle de l’Amérique face à ces enjeux. Pour lui les Etats-Unis ont beaucoup donné pour la défense de leurs alliés et du monde libre et n’ont pas été payés en retour. N’étant plus aussi puissants, ou aussi riches qu’ils ont pu l’être, leur priorité est de se recentrer sur eux-mêmes avant de s’occuper des autres…

Dans ses discours de campagne, Trump promet souvent de « faire pleuvoir l’enfer sur l’Etat Islamique ». Ici il se montre plus prudent : « Les généraux du Pentagone ont récemment déclaré qu’il faudrait entre vingt mille et trente mille hommes sur place,en Iraq, pour confronter l’Etat Islamique. Il me serait très difficile d’accepter de déployer autant de nos soldats. Je suis prêt à donner aux autres pays de la région un appui aérien déterminant mais je mettrais la pression sur ces pays, pour qu’ils déploient leurs soldats dans la lutte contre l’Etat islamique… »

En clair, pas question que des Américains aille se faire tuer pour protéger le Moyen Orient et l’Europe de l’Etat islamique.

Face à la menace d’attentats sur le sol américain, il campe sur sa position de campagne : « Le problème musulman est très sérieux… Il existe une  haine très dure à notre égard… C’est un problème temporaire mais sérieux qu’il faut traiter… Nous (Les Américains) devons  être prudents, on ne peut pas laisser entrer chez nous des gens sans savoir qui ils sont ni d’où ils viennent. Il a été question d’accepter 55 000 migrants Syriens, ou même dix mille, mais je ne pense pas que nous devrions en prendre un seul. Ils n’ont pas de papier, pas de document, rien.»

Ce recentrage sur la seule protection des frontières et des intérêts américains s’applique aussi aux autres questions internationales concernant l’Europe et l’Asie.

Favoriser l’évolution démocratique de telle ou telle région du monde, le fameux « nation building » voulu et tenté par l’administration de George W. Bush, n’est plus à l’ordre du jour.  « Il faut abandonner l’idée de reconstruire des pays. Ça ne marche pas et nous ne sommes plus en mesure de le faire. Nous avons une dette de 19 mille milliards. C’est les Etats-Unis qu’il faut reconstruire. Notre pays est dans un sale état…En Iraq nous avons construit des écoles qui ont été détruites par des attentats une fois deux fois, trois fois… Mais nous ne sommes pas capables de construire une école à Brooklyn… »

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 24/03/2016 - 15:15 - Signaler un abus Analyse assez juste de G. olivier sur le changement des rapports

    de force qui s'opère dans le monde. Les USA sont désormais plus tournés vers l'Asie que vers l'Europe.Désormais il nous appartient de ne compter que sur nous-mêmes. Pour ce qui est de la France, il ne faut pas attendre un débarquement des forces US pour nous libérer des musulmans. Nos dirigeants ayant eux mêmes organisés l'invasion de la France.Pour chasser l'envahisseur et les collabos qui le défendent, seul le peuple Français (enfin, une partie seulement) devra le faire. S'il en est encore temps car le temps travaille contre les patriotes. Sachant qu'il n'y a rien à attendre des universitaires, des médias et de la classe politique, inutile de dire que cela ne va pas être facile. Nous sommes condamnés à nous battre et à vaincre ou nous subirons la loi de nos envahisseurs. Certains quartiers sont déjà devenus des terres étrangères sur notre sol. Les coupables ne sont pas les islamistes, les coupables sont ceux qui ont organisés et permis cela.

  • Par clint - 24/03/2016 - 15:30 - Signaler un abus Obama a détruit l'Occident, le GOP y a contribué aussi !

    L'impossibilité pour le GOP de trouver des candidats crédibles a permis les deux mandats de Obama. Obama ne décide rien et s'est plu à diffuser la prise de Ben Laden bien au chaud, dans son bunker. Il n'a rien fait vraiment contre l' E.I. H. Clinton est une Juppé en âge et en prise de décisions, bon avec comme différence qu'elle dit qu'elle est baptiste (Juppé il est de quel religion ??)

  • Par Texas - 25/03/2016 - 10:33 - Signaler un abus Le seul succès d' Obama

    ..aura été la signature des Accords sur le Nucléaire militaire Iranien , qui n' est en fait que le Continuum d' une stratégie de domination du Heartland , théorisée par Mc Kinder et que tous les Potus depuis Carter ont poursuivis avec plus ou moins de succès . En même temps que les " Containments " Russe vers l' Europe et les mers chaudes ( dont Cuba ), et des Chinois en Mer de Chine , l 'islamisation de l' Europe est un épiphénomène pour l' Administration Obama et cette théorie peaufinée par Brzezinski , du moment que les intérêts commerciaux sont préservés .

  • Par Texas - 25/03/2016 - 10:38 - Signaler un abus Quand à D.J Trump..

    ...si toutefois il lui succède , il n' échappera pas à cette théorie , avec quelques variations de surface , pour être conforme à son slogan : " Make America Great Again " .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€