Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Que pèsent encore les Etats-Unis sur la scène internationale ?

Barack Obama s'est rendu à Cuba. De son côté, Donald Trump a donné une interview Washington Post et livré son avis sur les attentats de Bruxelles Mais, il ne faut compter sur aucun d'eux dans la guerre contre le terrorisme.

Trans-amérique Express

Publié le
Que pèsent encore les Etats-Unis sur la scène internationale ?

C’est sans doute une coïncidence,  mais en commettant leurs attentats contre l’aéroport et le métro de Bruxelles alors que le président américain Barack Obama était en visite officielle à Cuba, les islamistes ont bien choisi leur moment. Même aux Etats-Unis, ces  attaques ont éclipsé le déplacement du président américain, alors que celui-ci était « historique ».  Elles ont surtout souligné combien l’Amérique d’Obama s’est détournée de l’Europe et du Moyen Orient, pour se recentrer sur une sphère purement « américaine ».

Ce faisant, ils sont sortis de la scène internationale. Le poids des Etats-Unis est devenu symbolique, voire insignifiant, dans la crise la plus importante que traverse le monde. Et ce n’est pas prêt de changer…

L’Europe est à nouveau le centre du monde. Mais pour les mauvaises raisons. Parce qu’elle est en crise. Au bord de l’explosion. Menacée par le « Brexit » (la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne) d’une part, la fragilité économique et politique de ses Etats fondateurs d’autre part – la France et la Belgique entre autres –  l’effondrement de ses valeurs morales et une vague d’immigration a la fois transformatrice et déstabilisatrice de la société. L’Europe est aussi confrontée à sa pire vague terroriste et à sa pire situation politico-économique depuis les années trente. Pendant ce temps, l’Amérique de Barack Obama se complaît dans un petit mélodrame sentimentalo-idéologique. Elle s’occupe de rabibocher un lien avec une île tropicale dénuée de valeur stratégique depuis la fin de la guerre froide. Pour sortir de cette crise, l’Europe ne devra donc pas compter sur les Américains.

Le contraste des images était saisissant ce 22 mars. D'un coté, Barack Obama discutant en tête à tête avec Raul Castro assis dans un fauteuil en osier sur fond de jardin tropical. De l’autre des passagers victimes des attentats, les vêtements en lambeaux, la chair à nue et le visage ensanglanté. D'un côté un gentleman dilettante discutant tout sourire avec le vieux sage du village.  De l’autre la guerre des islamistes contre l’occident dans son horreur quotidienne. Des civils, systématiquement pris pour cibles parce  que dans une société libre, les protéger  tout le temps et partout n’est pas possible.

Rétablir des relations avec Cuba peut importer à l’Amérique. Après tout ce fut longtemps son petit paradis tropical privé. Un jardin des délices où la bourgeoisie conservatrice américaine allait s’encanailler en toute discrétion… Mais dans un monde post 11 septembre et à l’heure du combat contre le terrorisme islamique, Cuba est devenu un sujet périphérique. L’île castriste n’a,de toute  façon, plus d’autre choix que de se rapprocher des Etats-Unis. Elle a perdu son premier protecteur, l’Union soviétique voici vingt-cinq ans. Son second protecteur, le Venezuela, est en voie de déliquescence. Personne ne viendra plus désormais à son chevet. La main tendue d’Obama, est celle qu’on tend à un noyé sur le point de sombrer. Rien à voir avec l’ouverture de Nixon à la Chine en 1971, même si certains à la Maison Blanche ont osé la comparaison…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Liberte5 - 24/03/2016 - 15:15 - Signaler un abus Analyse assez juste de G. olivier sur le changement des rapports

    de force qui s'opère dans le monde. Les USA sont désormais plus tournés vers l'Asie que vers l'Europe.Désormais il nous appartient de ne compter que sur nous-mêmes. Pour ce qui est de la France, il ne faut pas attendre un débarquement des forces US pour nous libérer des musulmans. Nos dirigeants ayant eux mêmes organisés l'invasion de la France.Pour chasser l'envahisseur et les collabos qui le défendent, seul le peuple Français (enfin, une partie seulement) devra le faire. S'il en est encore temps car le temps travaille contre les patriotes. Sachant qu'il n'y a rien à attendre des universitaires, des médias et de la classe politique, inutile de dire que cela ne va pas être facile. Nous sommes condamnés à nous battre et à vaincre ou nous subirons la loi de nos envahisseurs. Certains quartiers sont déjà devenus des terres étrangères sur notre sol. Les coupables ne sont pas les islamistes, les coupables sont ceux qui ont organisés et permis cela.

  • Par clint - 24/03/2016 - 15:30 - Signaler un abus Obama a détruit l'Occident, le GOP y a contribué aussi !

    L'impossibilité pour le GOP de trouver des candidats crédibles a permis les deux mandats de Obama. Obama ne décide rien et s'est plu à diffuser la prise de Ben Laden bien au chaud, dans son bunker. Il n'a rien fait vraiment contre l' E.I. H. Clinton est une Juppé en âge et en prise de décisions, bon avec comme différence qu'elle dit qu'elle est baptiste (Juppé il est de quel religion ??)

  • Par Texas - 25/03/2016 - 10:33 - Signaler un abus Le seul succès d' Obama

    ..aura été la signature des Accords sur le Nucléaire militaire Iranien , qui n' est en fait que le Continuum d' une stratégie de domination du Heartland , théorisée par Mc Kinder et que tous les Potus depuis Carter ont poursuivis avec plus ou moins de succès . En même temps que les " Containments " Russe vers l' Europe et les mers chaudes ( dont Cuba ), et des Chinois en Mer de Chine , l 'islamisation de l' Europe est un épiphénomène pour l' Administration Obama et cette théorie peaufinée par Brzezinski , du moment que les intérêts commerciaux sont préservés .

  • Par Texas - 25/03/2016 - 10:38 - Signaler un abus Quand à D.J Trump..

    ...si toutefois il lui succède , il n' échappera pas à cette théorie , avec quelques variations de surface , pour être conforme à son slogan : " Make America Great Again " .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€