Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que les JMJ nous ont dévoilé du pape François

Le pape François a quitté Rio dimanche soir et s’est envolé pour Rome, après avoir réuni trois millions de pèlerins au cours d’une messe géante sur la plage de Copacabana.

L’épreuve du feu (de la rampe)

Publié le
Ce que les JMJ nous ont dévoilé du pape François

A Rio, le Pape François a mis en pratique ses principes : refus de la papamobile, changements de programme, proximité chaleureuse et presque tactile. avec les gens, etc. Crédit Reuters

Atlantico : Alors que les JMJ de Rio se sont achevées dimanche soir sur une messe géante qui a réuni 3 millions de personnes sur la plage de Copacabana, en sait-on désormais davantage sur le pape François et sur son style ?

Bernard Lecomte : Incontestablement ! Jusqu’à présent, le nouveau pape avait prôné la pauvreté, la proximité, la simplicité, mais tout cela, au Vatican, ne se traduisait qu’en gestes symboliques : son prénom "François", sa simple soutane blanche, son maintien dans l’hostellerie Sainte-Marthe, etc.

A Rio, on l’a vu mettre en pratique ses principes de façon parfois spectaculaire : refus de la papamobile, changements de programme, proximité chaleureuse et presque tactile avec les gens, etc. Plus personne ne peut douter que l’Eglise a désormais un pasteur au charisme exceptionnel.

Qu'est-ce que ces JMJ ont dévoilé de la personnalité du pape et de sa façon de diriger l'Eglise ?

D’abord, on a découvert que ce pape de 76 ans, qui n’a plus qu’un poumon et qui n’aime pas les voyages savait "mouiller sa chemise" et faire preuve d’un dynamisme surprenant : quelle santé ! Ensuite, on avait cru comprendre qu’il était parfois incontrôlable : eh bien, il l’est ! Dans sa façon de se comporter ou de mépriser les consignes de sécurité, il inquiète son entourage. Et quand il parle de l’Eglise, c’est parfois décoiffant : l’avez-vous entendu appeler les jeunes à "mettre la pagaille" et les prêtres à "sortir de leurs paroisses" ? 

Comment faire la part des chose entre l'opération de communication et la posture sincère ?

Son attitude est tout sauf de la com'. On l’a bien compris quand il s’est finalement décidé à parler aux journalistes dans l’avion, à l’aller puis au retour : il a vaincu sa peur de la presse, et il a parlé sans fioritures, y compris des sujets qui fâchent. Cet homme-là ne calcule pas ses "coups". Il compte sur sa propre sincérité pour faire passer directement ses messages, à ses risques et périls – une "petite phrase" ambiguë, tronquée ou maladroite est si vite arrivée, de nos jours !

Au regard des choix qu'il a faits tout au long de ces 6 jours, est-il le réformateur, voire révolutionnaire, que certains médias donnent à voir ? Jusqu'où bouscule-t-il l'ordre établi ?

Révolutionnaire, non. Quand il appelle les jeunes à s’engager en politique, notamment pour faire triompher la justice sociale, il ne prône ni la violence ni la révolution, mais le " partage" et le "dialogue constructif". Au fond, il incarne la doctrine sociale de l’Eglise telle que son lointain prédécesseur Léon XIII l’avait formulée il y a 120 ans, ce qui le fait passer aux yeux des médias pour "réformateur". Méfions-nous des étiquettes ! Ce pape-là est certainement un conservateur sur le plan doctrinal, mais il est visiblement prêt à bousculer nombre de conservatismes, notamment à l’intérieur de l’Eglise.

Quels étaient les enjeux des JMJ de Rio pour lui ? Le pari est-il réussi ?

Allait-il intéresser et dynamiser la jeunesse ? La réponse est très positive. D’abord, il a rassemblé deux fois plus de jeunes que les Rolling Stones dans leur dernier concert historique organisé à Copacabana en 2006, et qui passait pour le record du genre : 3 millions de jeunes, c’est du jamais vu ! Pensez que la seule veillée de prière du samedi soir, à Rio, a rassemblé cinq fois plus de jeunes que le mythique festival de Woodstock en 1969, qui passait pour la référence historique indépassable ! Au-delà des chiffres, il a réussi à insuffler une joie, un enthousiasme, un naturel et en même temps une profondeur qui marqueront tous les participants.

Quels message le pape François est-il parvenu à faire passer ? Peut-on qualifier les deux discours de Rio de fondateur pour la politique ecclésiale du pape François ? Quelles en sont les grandes lignes ?

Il a fait passer beaucoup de choses, et il va falloir quelques temps pour digérer tous ses discours. Mais il a surtout donné une impulsion particulière à l’Eglise, tout comme à ces jeunes qui étaient là : "Soyer des missionnaires", leur a-t-il dit. Il est derrière nous, le temps où les prêtres étaient les gardiens d’un patrimoine spirituel, théologique et ecclésial : "Sortez de vos paroisses", leur a-il lancé. "L’Eglise ne doit pas être statique, elle doit aller évangéliser de la périphérie des villes au bout du monde !" Derrière cet appel vingt fois répété, c’est un nouveau profil qui se dessine pour l’Eglise de demain.

Propos recueillis par Nicolas Hanin

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 30/07/2013 - 09:59 - Signaler un abus Euh....

    « L’Eglise ne doit pas être statique, elle doit aller évangéliser de la périphérie des villes au bout du monde ! » Par "périphérie des villes", il veut aussi dire les banlieues françaises ? ;-)

  • Par Jackturf - 30/07/2013 - 12:50 - Signaler un abus MESSAGE A TOUS LES CATHOPHOBES DU GOUVERNEMENT

    Bien content d'une telle marée humaine qui nous réconcilient avec une jeunesse que nos gouvernants corrompus et dépravés voulaient entraîner dans leur Sodome et Gomorrhe spirituel... Tel ne sera pas le cas, les consciences se sont enfin éveillées grâce à ce Type formidable qu'est le Pape François que la gauche a essayé de salir dès son arrivée au trône de Saint-Pierre...Quelle claque il leur renvoie...Jouissif de voir cette jeunesse les renvoyer à la préhistoire, y a pas d'autres mots ! Lire ce bel article : http://www.ndf.fr/poing-de-vue/29-07-2013/le-triomphe-des-jmj

  • Par Jackturf - 30/07/2013 - 12:54 - Signaler un abus PAPE FRANCOIS N'A PEUR DE RIEN

    Tous les jours que Dieu fait, Il nous surprendra, soyez en sur, il n'hésitera pas à aller aucun Pape n'a encore jamais été. Et même si un fou peu toujours surgir, il n'a pas peur, sur de sa foi, sur d'agir pour le bien de l'humanité. Quelle exemple pour notre jeunesse a qui il dit de renverser des montagnes...N'ayez pas peur...

  • Par Jackturf - 30/07/2013 - 12:55 - Signaler un abus PAPE FRANCOIS N'A PEUR DE RIEN

    Tous les jours que Dieu fait, Il nous surprendra, soyez en sur, il n'hésitera pas à aller ou aucun Pape n'a encore jamais été. Et même si un fou peu toujours surgir, il n'a pas peur, sur de sa foi, sur d'agir pour le bien de l'humanité. Quelle exemple pour notre jeunesse a qui il dit de renverser des montagnes...N'ayez pas peur, agissez leur dit-il, soyez dans la rue... Voilà qui ne va pas plaire à Flamby !!!!

  • Par gliocyte - 30/07/2013 - 16:06 - Signaler un abus Il est une évidence

    Quand on voit la couardise de tous les gaucho au pouvoir, avec en point d'orgue, celle de FH qui tremblent tous devant des pacifistes, on mesure à quel point ils sont petits et comme leur croyance en leur doctrine n'est que façade, trompe l'oeil. Ils ne croient en fait à rien si ce n'est au pouvoir de l'argent qu'ils se mettent dans la poche. D'où leur peur et le danger que celle-ci fait peser sur le peuple.

  • Par sheldon - 30/07/2013 - 16:33 - Signaler un abus Merci Pape François !

    On n'a plus l'image d'une Eglise de "vieux" qui a peur du monde et qui, enfin, se rappelle que si ce n'est elle qui saura transmettre l'enseignement du Christ au monde ? Et pour les chrétiens, n'oublions pas que le Christ, Dieu qui s'est fait homme, est beaucoup plus qu'un prophète de l'Ancien Testament.

  • Par Stef - 30/07/2013 - 18:04 - Signaler un abus Force est de constater

    Que ce François est sympathique à bien des égards. Dommage qu' il soit un homme d' église...

  • Par Thot7 - 30/07/2013 - 20:59 - Signaler un abus Jesuite !

    Il le représente bien, comme lui, il aime tout le monde en semant de l'amour et non de la haine. C'est merveilleux de voir ces jeunes plein d'enthousiasme ! Merci à lui.

  • Par ciceron - 30/07/2013 - 22:34 - Signaler un abus Combien sur la plage ? Hum !

    La préfecture de police, le gouvernement et le parti socio-coco n'en compte que 3 000 à la louche..... et en étant sympa. Encore une toute petite manif de rien du tout.....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bernard Lecomte

Bernard Lecomte est un journaliste qui a été chef de service étranger à La Croix. Grand reporter à l'Express et rédacteur en chef du Figaro Magazine, il vit aujourd'hui en Bourgogne où il se consacre à l'écriture et à l'édition. Il a notamment écrit Les derniers secrets du Vatican, publié en 2012 chez Perrin. Envoyé spécial permanent de l'Express à Moscou dans les années 1980, il fut le témoin, jour après jour, de l'épopée de Mikhaïl Gorbatchev à la tête de l'URSS. En 2014 et après trois années de recherches complémentaires, il lui consacra une biographie publiée chez Perrin.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€