Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que Le dernier Jedi révèle de la crise politique de l’Occident

Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.

Disraeli Scanner

Publié le
Ce que Le dernier Jedi révèle de la crise politique de l’Occident

Londres, 

31 décembre 2017

Mon cher ami, 

J’ai fait comme vous, je suis allé voir « L’épisode VIII ». Nous sommes d’une génération qui aura vu tous les épisodes lors de leur sortie en salle. Et comme vous, j’appréhendais d’être déçu. Si Star Wars est « Le Ring » du XXè siècle finissant (ne trouvez-vous pas que Wagner aurait fait un bon compositeur hollywoodien; né un siècle plus tard, il aurait évité de devenir le mégalomaniaque de Bayreuth), alors nous en sommes déjà au double d’épisodes par rapport à la saga wagnérienne.

On peut imaginer des ratés. 

Eh bien, je n’ai pas été déçu, loin de là. Je pardonnerai volontiers quelques longueurs et une ou deux faiblesses, sans conséquence, de l’intrigue, pour une oeuvre qui jette un jour crû sur les tourments actuels de la conscience occidentale. 

Pourquoi la liberté est-elle si fragile dans notre Galaxie ? 

Je l’avais déjà pensé lors de l’épisode précédent, Le réveil de la Force: la Galaxie aura attendu moins d’une génération pour replonger dans le malheur et la menace impériale. Il faut se rappeler que Le retour du Jedi est du milieu des années 1980. Nous arrivons à la fin des années 2010. L’épisode VII nous a montré lHan Solo (Harrison Ford) vieillissant et se sacrifiant en tentant vainement de sauver son fils. Et l’épisode VIII était la dernière occasion de voir Carrie Fisher, l’interprète de la princesse Leia - l’actrice est entretemps décédée. Comment expliquer que ni Leia, ni Luke Skywalker ni Han Solo n’aient pu léguer l’héritage sans partage de la liberté à leurs enfants? Voilà qui en dit long sur la crise de la liberté en Occident. Les épisodes IV, V et VI de la saga, les premiers à avoir été tournés, étaient contemporains de la dernière phase de la Guerre Froide. A l’époque, non seulement nous nous identifions à la Résistance, aux Jedi, mais nous n’aurions pas été complètement surpris de voir Ronald Reagan prendre conseil auprès de Maître Yoda ou de découvrir le visage de Gorbatchev sous le masque de Darth Vador réconcilié avec son fils. Les épisodes I, II et III, montrés entre 1997 et 2004 respiraient encore franchement l’optimisme d’un Occident qui avait la bonne conscience du vainqueur de la Guerre froide. Evidemment, c’est l’époque où nous commencions à douter de l’Occident. Nous étions réceptifs à l’idée que le côté obscur pouvait emporter certains des nôtres. J’aurais bien vu Donald Rumsfeld arrachant son masque de respectabilité pour revêtir la robe d’un Seigneur Sith. Et j’avoue que je ne suis jamais entré dans l’hémicycle du Parlement européen sans qu’il me rappelle - le réel imite l’art aurait dit Oscar Wilde - la terrifiante salle du Sénat de la République où les parlementaires deviennent si anonymes qu’ils sont facilement la proie de Palpatine. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Disraeli Scanner

Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de Londres" signées par un homonyme du grand homme d'Etat.  L'intérêt des informations et des analyses a néanmoins convaincus  l'historien Edouard Husson de publier les textes reçus au moment où se dessine, en France et dans le monde, un nouveau clivage politique, entre "conservateurs" et "libéraux". Peut être suivi aussi sur @Disraeli1874

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€