Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce que la Chine pourrait nous apprendre en matière de management

Le modèle de management chinois s'exporte actuellement au Maroc pour la construction d'une nouvelle ville. En matière de productivité, de rapport au travail, mais également de relations, il diffère beaucoup du modèle occidental.

Prenez-en de la graine !

Publié le
Ce que la Chine pourrait nous apprendre en matière de management

Pour les Chinois, le travail n'est pas un lieu de supplice ou de punition divine : il est le moyen de contribuer au mieux-être de la communauté. Crédit Reuters

Atlantico : La Chine vient de valider avec les autorités marocaines la fondation d'une ville dans les environs de Tanger pour la somme de 10 milliards de dollars. L'objectif est d'y développer l'industrie locale sous commandement chinois. En quoi le management made in China consiste-t-il concrètement ? Dans quelle mesure est-il différent de celui que nous connaissons ?

Xavier Camby : L'Afrique toute entière est devenu le terrain d'investissement privilégié des entrepreneurs chinois : d'abondantes ressources à exploiter, d'immenses nations, moralement abandonnées par l'Occident (sauf économiquement, surtout celles qui produisent du pétrole ou du gaz...), une main-d'oeuvre pléthorique et hélas souvent désoeuvrée ou asservie. Les premiers Chinois à s'être installés en Afrique ont rapidement développé une activité bancaire parallèle, pendant que les entrepreneurs d'origine indienne se concentraient sur le négoce des pierres précieuses.

Leur implantation est donc ancienne et très solide. 

Les immenses réserves de capitaux générés par la croissance continue de la Chine (au détriment de l'économie occidentale) cherchent désormais à s'investir. L'Afrique et ses richesses, autant que ses immenses besoins d'infrastructures et de développements constituent un Eldorado agricole, minier, forestier, industriel, sanitaire... où les technologies chinoises peuvent trouver d'infinis débouchés.

Le rapport des dirigeants chinois envers leurs employés peut-il également différer ? A quoi les relations entre les différentes strates de la hiérarchie ressemblent-elles ?

Parler d'un management "made in China" me semble potentiellement réducteur et un peu risqué : il existe en Chine de très nombreuses cultures, avec des référentiels très différents et des comportements incompréhensibles pour nous. Donc autant de "styles de management". La seule chose certaine est que le positionnement individuel est premièrement collectif, par rapport à la société ou à la communauté ethnique, familiale, régionale... 

D'où trois remarques importantes :

Là où nous mettons en avant la personne et la réussite individuelle, les Chinois comme les Africains (du nord aussi) privilégient le groupe, la famille, dans une solidarité très forte, irriguée de réseaux souvent invisibles ou indécelables. Cette dimension un peu sacrificielle - pour nous - de l'individu peut faire d'ailleurs le pont entre leurs deux cultures.

Il existe ensuite, dans ces deux cultures, un goût prononcé pour l'économie confidentielle ou souterraine, qui n'est pas nécessairement frauduleuse, à base de commissionnements et d'intermédiations, ce que nous jugeons mal parfois, sans rien en comprendre.

Enfin, le respect de l'autorité leur est commun : l'ancien ou le chef a raison, même si le plus jeune ou l'employé pense le contraire. Il ne s'agit pas nécessairement de peur, encore qu'il soit fréquent de l'observer.

L'organisation pyramidale et hiérarchique y est forte. Cela peut sembler rétrograde ou autoritariste. Mais c'est l'incarnation exacte de la hiérarchie (du grec hieros, sacré et de arkhê, pouvoir, commandement) : la sacralisation du commandement. La vertu n'est pas d'avoir raison, d'inventer ou de rationaliser, mais d'obéir avec empressement et efficacité. Dans un tel contexte, les grèves sont inenvisageables et apparaissent même décadentes et immorales. Et tout le reste en découle : nul, dans une entreprise chinoise, ne s'y pose vraiment les questions d'un inutile leadership, de charisme hypothétique ni d'une introuvable assertivité ! L'organisation économique, calque de la tradition sociale, y est d'une grande simplicité de fonctionnement et d'apparence. Cependant, si en Occident des oligarchies d'écoles ou corporatistes s'efforcent de prendre et de garder le pouvoir, l'entreprise chinoise est irriguée d'obédiences discrètes et puissamment solidaires. Il n'y a pas ces plafonds de verre, si caractéristiques des blocages de nos organisations. Une plus grande place y est donc accordée aux mérites réels de chacun. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Laowai - 02/12/2016 - 09:49 - Signaler un abus Vraiment ????

    J'invite l'auteur à venir travailler en Chine, car ce qu'il dépeint est loin, très loin de la réalité... Lire des livres est une chose, vivre sur place et travailler dans des entreprises d'état ou privées chinoises, en est une autre !!!!

  • Par Demian77 - 02/12/2016 - 18:08 - Signaler un abus Je suis très surpris sur ce

    Je suis très surpris sur ce site de voir des articles qui sont le fait d'idéologues et non d'analystes de chercheurs ou de penseurs! Je ne trouve pas qu'ils aient leur place sur un site d'information digne de ce nom

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Xavier Camby

Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime également le site Essentiel Management .

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€