Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 20 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand des scientifiques piratent leur propre ADN pour accélérer la recherche

Afin d'accélérer les recherches sur l'ADN - difficiles à mener - , le professeur Brian Hanley n'a pas hésité à s'injecter un fragment d'ADN, souhaitant ainsi ouvrir de nouvelles pistes aux scientifiques.

Création de l'homme bionique

Publié le
Quand des scientifiques piratent leur propre ADN pour accélérer la recherche

Atlantico : Les contraintes d'expérience sur l'ADN sont nombreuses (coûts, personnel qualifié, équipements spécifiques, etc.). C'est pour cela que Brian Hanley, un microbiologiste américain qui travaille sur l'ADN, a choisi de faire un essai de thérapie de gènes. Il s'est fait inoculer des cellules d'ADN dans la cuisse. Quelles sont les finalités de cette expérimentation ? A quoi pourrait servir cette injection de fragments d'ADN sur des êtres humains ?  

Laurent Alexandre : Brian Hanley est le fondateur de Buterfly Sciences, une société qui veut démocratiser les thérapies géniques. Il pense que les contraintes réglementaires sont trop lourdes, ce qui freine la science biomédicale.

Il promeut donc le bricolage génétique sans contrôle bioéthique, ni règlementaire.

C’est le DIY (Do-it-yourself) appliqué à la génétique. Cette revendication consistant à contourner les lourdeurs bureaucratiques monte aux Etats-Unis : l’administration Trump est en train de nommer des anti-règlementations à la tête de la FDA, qui est l’organe de contrôle des médicaments aux Etats-Unis.

Hanley veut prouver qu’il est possible facilement de faire rentrer de l’ADN dans des cellules adultes. Chez lui, l’ADN a été injecté dans les muscles de la cuisse en association avec des courants destinés à favoriser la pénétration de l’ADN dans les cellules. La modification génétique vise à faire produire de nouvelles protéines aux cellules musculaires.

Le chercheur a déclaré qu'en faisant cela, il a voulu donner un coup d'accélérateur à la recherche sur les cellules et l'ADN. Mais quel pourrait être le champ d'application de ces travaux ? Quelles seraient les maladies qui pourraient être traitées ? Dans un article de la MIT Technology Review, il est évoqué la possibilité de repousser les effets de la vieillesse des cellules sur le corps et de vivre plus longtemps. Cet objectif est-il réalisable à l'avenir ? 

Si cette technique marchait, cela permettrait de modifier l’ADN des cellules pour, par exemple, corriger des maladies génétiques comme la myopathie. Mais attention, cela fait des années qu’on essaie et je doute que de telles solutions amateures marchent.

Quand à augmenter son espérance de vie avec de telles techniques, on est plus proche de Rika Zarai que de la médecine moderne. Il y a encore besoin d’énormément de recherche fondamentale avant de comprendre le vieillissement humain et de mettre au point des thérapeutiques le combattant.

Quels sont les dangers d'une telle expérience pour la santé ? Pourra-t-elle se généraliser dans un futur plus ou moins proche, de telle sorte que nous pourrions nous faire administrer des cellules nouvelles ou ayant appartenu à quelqu'un d'autre  ? 

On nage en plein délire. La thérapie génique sauvage sans validation éthique, ni médicale, est débile et pourrait être médicalement catastrophique. Toute modification génétique peut entrainer un cancer !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 05/02/2017 - 13:32 - Signaler un abus La vérité sur le programme social et libéral de MLP!

    Baisse de 33% à 24% de l'impôt sur les sociétés ( neo-marxiste?????), baisse des impôts sur les petits revenus (neo-marxiste????), baisse des taxes d'habitation et foncière (neo-marxiste????), grâce à la suppression de deux étages (pour commencer) du mille-feuille territorial, augmentations des allocations pour personnes âgées, pour adultes handicapés, grâce à une taxe de 3% sur les importations étrangères, quarante annuités pour bénéficier de la retraite avec possibilité pour ceux qui ont travaillé plus tôt de partir à 60 ans, choix de la modernité par le suffrage universel et les référendums populaires, fin de l'islamisation rampante...quel neo-marxisme?...beaucoup de choix libéraux (baisses d'impôts) et beaucoup de choix sociaux (allocations revalorisées des personnes modestes). "Social et libéral"...ça ne vous dit rien? https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2017/02/texte-chiffrage-version-finale-.pdf

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Alexandre

Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage ADN. Auteur de La mort de la mort paru en 2011, Laurent Alexandre est un expert des bouleversements que va connaître l'humanité grâce aux progrès de la biotechnologie. 

Vous pouvez suivre Laurent Alexandre sur son compe Twitter : @dr_l_alexandre

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€