Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 10 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand un microbe de l'estomac d'Otzi, l'homme des glaces, nous éclaire sur l'histoire des migrations humaines

Dans les années 1990, Ötzi avait permis aux scientifiques de remonter le temps de 5 300 ans et de découvrir comment vivaient nos ancêtres. Aujourd'hui, comme le révèlent les scientifiques, la momie nous en dit plus sur l'évolution de l'Helicobacter pylori, une bactérie responsable de nombreuses infections gastro-intestinales.

Voyage dans le temps

Publié le
Quand un microbe de l'estomac d'Otzi, l'homme des glaces, nous éclaire sur l'histoire des migrations humaines

Ötzi souffrait-il de douleurs d'estomac ? C'est la question que ce sont posé des chercheurs en découvrant dans le corps de cet "Homme des glaces" momifié naturellement et retrouvé dans un glacier en 1991 à la frontière italo-autrichienne, une bactérie nommée Helicobacter pylori, responsable de nombreuses infections gastro-intestinales.

A l'époque, Ötzi avait permis aux scientifiques de remonter le temps de 5 300 ans - âge établi grâce à la datation au carbone 14 - et de découvrir comment vivaient nos ancêtres, les vêtements qu'ils portaient ainsi que les outils qu'ils utilisaient.

Aujourd'hui, comme le révèlent les scientifiques de l'Académie européenne de Bozen/Bolzano, la momie nous en dit plus sur l'évolution de ce microbe ancestral.

Le H pylori, la bactérie qui permet de retracer les flux migratoires à travers le monde

En 2003, une étude indiquait que la connexion entre l'Helicobacter pylori et les humains était si forte, qu'elle permettait de retracer les différentes migrations humaines à travers le monde. L'équipe de chercheurs menée par le biologiste Franck Maixner, savait donc que le H pylori est un faux-ami de l'humanité depuis près de 100 000 ans, qu'il est responsable de 80 % des ulcères gastroduodénaux et qu'il résiderait dans les entrailles de la moitié des personnes vivant actuellement sur la planète.

Mais comme s'en étonne Francis Mégraud, le directeur du Centre national de référence des campylobacters et hélicobacters dans les colonnes du  Monde, "ce qui est plus remarquable, c’est que les outils d’analyse génétique aient permis d’en retrouver la trace sur une momie aussi ancienne, au point même de déterminer la souche à laquelle elle appartenait".

Ötzi, décongelé au bout de 20 ans

En 2010, le corps d'Ötzi avait été décongelé pour permettre aux chercheurs d'effectuer de nouvelles analyses. Si les spécialistes de cette bactérie souhaitaient confirmé leur théorie sur les flux migratoires, d'autres scientifiques ésperaient en savoir plus sur le développement du cerveau, de la prostate ou encore des organes vitaux. En outre, la décongélation d'un homme mort il y a 5 300 ans fut un évenement surréaliste pour le monde scientifique.

"Nous étions tous comme dans une salle d’opération, avec le harnachement qu’on peut imaginer"pour éviter les contaminations, a expliqué Francis Mégraud au quotidien. Mais ce n'est que plus tard, en utilisant de nouvelles techniques d’analyse de l’ADN ancien, que la bactérie contenue dans l'estomac d'Ötzi a pu être comparée à celle des temps modernes.

L'âge de la souche européenne actuelle du H pylori découvert

Et contre toute attente, comme le rapporte l'étude publiée dans la revue Science le 8 janvier, alors que la souche du H pylori provient aujourd'hui des lignées africaine et asiatique, celle prélevée chez notre "Homme des glaces" est uniquement d'origine asiatique. "Nous avons dû séparer les bactéries Heliobactor d'autres bactéries, et ce fut comme chercher une aiguille dans une botte de foin", a expliqué Thomas Rattei de l'Université de Vienne.

"On savait qu’il y avait eu un mélange entre populations africaines et asiatiques, à l’origine de la souche hybride actuelle en Europe, mais on ignorait quand est-ce qu'il avait eu lieu", a de son côté spécifié Yoshan Moodley de l'Université de médecine vétérinaire de Vienne. "On sait maintenant qu’à l’époque de l’Homme de glace, les migrations qui allaient apporter la part de l’héritage de ces H. pylori depuis l’Afrique n’avaient pas eu lieu".

Les scientifiques ont également découvert que l'intestin d'Ötzi semblait avoir contenu une souche virulente de la bactérie - qui pourrait potentiellement causer des maux d'estomac ou même des ulcères - et qu'il y avait des marques de protéines associées à une réponse immunitaire. Compte tenu qu'il est mort après avoir reçu une flèche et non à cause du H pylori, les chercheurs ont tout de même affirmé qu'en l'état, il était difficile d'affirmer qu'Ötzi avait présenté de quelconques symptômes.


 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€