Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l’extrême pauvreté mène au commerce de bébés…

Ce commerce sordide de la misère pourrait rapporter jusqu'à 12 000 euros aux trafiquants.

Trafic de nourrissons

Publié le
Quand l’extrême pauvreté mène au commerce de bébés…

Une pauvreté endémique et une coruption qui touche tous les pans de la société bulgare poussent des familles à vendre leurs nouveaux-nés en Grèce pour les faire adopter. Un phénomène qui est un avatar d'une réalité sordide malheureusement mondialisée : le commerce d'enfants, des plus pauvres de la planète au profit des plus riches.

Bébés bulgares à vendre

"Iliana est partie enceinte en Grèce. Elle est rentrée en affirmant avoir perdu son bébé à la naissance. C'est le troisième bébé qu'elle vend », témoigne une femme d'Ekzarh-Antimovo, un village à 40 kilomètres de Bourgas, à un journaliste de l'AFP.

Le trafic de nourrissons s'est développé dans les ghettos roms de cette région il y a une quinzaine d'années, mais s'étend désormais dans d'autres provinces. Cette activité criminelle est favorisée par le cadre législatif de l'adoption en Grèce. En effet, parallèlement à l’adoption publique, plus encadrée et supervisée par la justice, subsiste un système d’adoption privé qui prévoit un accord signé devant notaire entre la mère naturelle et les parents adoptifs. Toute transaction financière est proscrite mais des délinquants, avocats, notaires, médecins, se sont engouffrés dans la brèche.

Selon la chaîne de télévision bulgare Nova, "trois ou quatre trafiquants tiennent le marché grec, vendant 5 à 6 bébés par mois. Le chef de réseau empocherait 12 700 euros par transaction, dont 3 500 euros destinés à la mère biologique, somme très importante en Bulgarie où le salaire moyen est de 470 euros par mois".

En 2015, 27 personnes ont été inculpées pour le trafic de 31 femmes enceintes soupçonnées d'avoir vendu 33 bébés au cours des dernières années. Trois procès sont en cours mais des peines avec sursis sont généralement prononcées, sauf en cas de récidive. En Grèce, des réseaux sont aussi démantelés et jugés. En 2014, dans le centre du pays, les policiers sont intervenus au moment de l'échange d'un bébé de 21 jours contre 10 000 euros. En 2015, le rapport du Département d'Etat américain sur le trafic d'êtres humains citait la Bulgarie comme "une des principales sources"de l'Union européenne.

Un trafic mondialisé

Mais la Bulgarie, tout comme la Roumanie, ne sont évidement pas les seuls pays à être confrontés à ces trafics de bébés et d'enfants. Selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), dans son rapport 2014, les mineurs représentent la majorité des victimes en Afrique et au Proche-Orient.

Et dans certains pays, comme l'Inde, l'Egypte, l'Angola ou le Pérou, ils peuvent représenter plus de 60 % des victimes. Les enfants et les adolescents ne représentaient que 20 % des cas connus de trafic pour la période 2003-2006, rappelle l'Office. Dans le monde, 70 % des victimes de trafic sont de sexe féminin, contre 84 % il y a dix ans. La part des femmes a chuté à 49 %, contre 74 % en 2004, mais celle des fillettes et adolescentes a explosé : 21 %, contre 10 %, dix ans plus tôt. Ce rapport, basé sur les donnés fournies par 128 pays, ne permet de percevoir que "la partie émergée de l'iceberg", souligne l'ONUDC. L'organisation déplore que dans beaucoup de régions du monde le trafic d'êtres humains reste "une activité peu risquée et très lucrative pour les criminels".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 01/03/2016 - 14:47 - Signaler un abus Merkel

    En Allemagne, une dame nommée Angela Merkel, vient d'importer, au péril de leur vie, un million de ''travailleurs esclaves'' pour ses usines, ses fermes, ses abattoirs et le service dans ses maisons de retraites....

  • Par Orchidee31 - 01/03/2016 - 15:40 - Signaler un abus Non je ne crois pas.....

    Même si l'on est très pauvre, que l'on soit obligé de vendre son enfant Il faut aussi la mentalité et l'envie de le faire - pour preuve celle qui en est à la vente de son 3e enfant - elle les fabrique donc pour les vendre - C'est ignoble -

  • Par cloette - 01/03/2016 - 21:27 - Signaler un abus C'est la pauvreté

    qui est la cause des prostitutions vente d'enfants trafic d'organes et trafics en tout genre , on pourrait croire que la pauvreté a été éradiquée ou au moins a diminué au 21 eme siècle , il faut croire que non .

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Coder

Eric Coder est journaliste.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€