Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Esther Benbassa s’occupe de « déradicalisation », c’est radicalement idiot !

La sénatrice EELV a été chargée d’une mission dans ce sens. On la savait passablement bête : ceux qui l’ont nommée le sont encore plus.

Touche pas à mon islam !

Publié le
Quand Esther Benbassa s’occupe de « déradicalisation », c’est radicalement idiot !

 Crédit MARTIN BUREAU / AFP

Esther Benbassa s’occupe – tout à fait officiellement - des jeunes radicalisés. On imagine que si elle a été désignée pour ce poste compliqué, c’est qu’on connait sa bienveillance à l’égard des sujets fragiles attirés par la douce mélodie de l’islamisme. Ce n’est pas elle qui irait signaler aux autorités les futurs et éventuels candidats au djihad.

Elle, c’est plutôt le genre maternel. « Petite, pourrais-tu de temps à autre enlever ta burka et te contenter d’un voile ? ». « Petit, pourrais-tu raccourcir ta barbe d’un centimètre ? ». Avec elle tout n’est que douceur. Sauf quand elle se met en colère.

C’est ce qui lui est arrivé quand elle a lu en détail les projets du gouvernement concernant la détection des radicalisés dans les établissements scolaires. Et là elle est sortie de ses gonds. Non, elle n’est pas une délatrice ! Non, il ne faut pas compter sur sa personne pour cautionner des procédés jugés par elle discriminatoires.

S’agissant de ses arguments, on hésite entre l’accablement et le fou rire. Citons la dans le texte pour ne rien altérer ses nobles propos : « l’autre jour, l’ennemi, c’était le migrant, aujourd’hui c’est le musulman ». Mme Benbassa a dû certainement avoir eu vent de l’existence de radicalisés catholiques, juifs, bouddhistes, orthodoxes. Pourquoi n’en parle-t-elle pas aux médias toujours très friands de nouveautés ?

Elle considère « la détection dans les écoles » comme « insupportable ». Le risque, dit-elle, est de rentrer dans « l’ère du soupçon ». Esther Benbassa donne un exemple qui nous laisse béat d’admiration. « Ce qui me fait peur, c’est qu’un jeune qui porte la barbe va se dire « je ne vais pas au club de sport, car on va me dire que je suis un fanatique ». Alors qu’il vaut mieux qu’ils aillent au sport, plutôt que de rester devant leur cité à vendre du shit ». Esther Benbassa ignore manifestement qu’il y a des cas de cumul : nombreux sont les » jeunes » qui vendent du shit et qui vont en salle de sport. Elle ignore également ce qui se passe dans les établissements scolaires. Ne sait-elle pas qu’il y a de nombreux élèves qui font un doigt d’honneur quand on leur parle de l’extermination des Juifs ?

Ne sait-elle pas aussi qu’ils ont été nombreux à protester quand on leur à demandé une minute de silence en hommage aux morts de Charlie et du Bataclan ? Peut-être qu’elle le sait quand même. Mais elle refuse d’y voir un signe de radicalisation. Pour elle il doit s’agir juste d’une manifestation un peu désordonnée d’une certaine fougue juvénile…

Un jour Esther Benbassa s’indigna du fait qu’on faisait tout un plat à propos des musulmanes voilées sans dire un mot des Juives à perruque (en cherchant bien, on peut en trouver quelques-unes). Depuis on sait à quoi s’en tenir sur elle. Mme Benbassa ne voit le monde que d’un œil. Et son œil regarde toujours dans la même direction.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 25/02/2018 - 10:33 - Signaler un abus Elle plane

    c'est insupportable .On peut la comparer à Edwy Plenel .

  • Par J'accuse - 25/02/2018 - 10:53 - Signaler un abus Est-ce de la bêtise ?

    C'est de l'idéologie, pas de la bêtise. Mme Benbassa est "judéo-musulmane", si on peut appeler ça comme ça, puisqu'elle est israélo-turque. Française à la rigueur, mais juste pour la politique. Donc, elle est forcément élue écolo (qui ne le sont que de nom); et bien sûr au Sénat, cette Chambre inutile où on est élu par les copains. Elle a une mission, divine puisqu'elle est athée de gauche: défendre les opprimés. Et les opprimés sont les musulmans. Pourquoi ? Maintenant que les juifs ont Israël, il faut uniquement défendre les musulmans contre les chrétiens, le terrorisme étant surtout de leur fait... Ben oui, quoi ? C'est bien du terrorisme d'empêcher les musulmanes libres de se voiler, non ?

  • Par atlantique07 - 25/02/2018 - 11:05 - Signaler un abus La déradicalisation

    La déradicalisation est une pure vue de l'esprit....... On a "denazifié les nazis ? Non on les a combattu........

  • Par Marie-E - 25/02/2018 - 11:09 - Signaler un abus ah Esther Benbassa

    il ne manquait plus qu'elle. M. Rayski, vous dites "S’agissant de ses arguments, on hésite entre l’accablement et le fou rire". Il y a longtemps que je ne suis plus accablée mais prise d'un fou rire inextinguible quand je la vois ou l'entends parler. Avec sa triple nationalité franco-turco-israélienne, elle est cofondatrice du « Pari(s) du Vivre-Ensemble » et s'est notamment engagée sur le terrain de la lutte contre le racisme et les discriminations, et surtout pour le dialogue judéo-musulman. On voit qu'elle est née à Istambul (famille juive venue d'Espagne au moment de l'Inquisition comme beaucoup d'autres) parce que la nostalgie pour El Andalous et la bienveillance des arabes pour les juifs moi ça m'irrite au plus haut point car c'est une vision totalement fausse digne du syndrome de Stockholm pour les natifs du Maghreb. Quant à ses discours sur le conflit israélo palestinien, son analyse est plus qu'erronée ... et c'est un euphémisme.

  • Par vangog - 25/02/2018 - 14:48 - Signaler un abus Deradicalisation ou dératisation?...

    de radicaliser un rat, c’est exiger de lui qu’il ne se comporte plus comme les rat"..une perte d'identité, en somme! en matière de perte d'identité, les marcheurs sont devenus des spécialistes. Normal pour un parti sans véritable identité! Mais, comme tous les spécialistes, il ne parviennent pas tous à être d’accord...Benbassa-démange et quelques autres, sont les bêtes petits cailloux dans la chaussure des marcheurs.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 25/02/2018 - 17:11 - Signaler un abus Benabar..... C'est pas une

    Benabar..... C'est pas une Chanteuse ???

  • Par winnie - 26/02/2018 - 08:53 - Signaler un abus Quels sont les cons....

    qui ont oser voter pour elire une telle bonne femme?

  • Par ELIED - 26/02/2018 - 10:07 - Signaler un abus @Atlantique07,

    La déradicalisation est encore bien plus difficile que le dénazification, car il y a en plus l'emprise de la religion, ce qui est encore pire qu'une simple idéologie politique.Et je suis tout fait d'accord, c'est mission impossible, et un leurre dangereux pour le pays.

  • Par Contestor666 - 27/02/2018 - 14:05 - Signaler un abus Erreur radicale

    Esther Benbassa s’est enfermée dans des schémas simplistes où le musulman est le nouveau damné de la terre, le nouveau « juif » promis à une solution finale par des islamophobes occidentaux, fascistes, racistes, colonialistes… En 2016 sur Libé (http://www.liberation.fr/debats/2016/04/05/le-voile-pas-plus-alienant-que-la-minijupe-par-esther-benbassa_1444176), Esther Benbassa mettait sur le même pied voile et minijupe, sans évidemment être en mesure de citer un seul pays où, à l’instar du port du voile, la mini-jupe serait imposée et son port obligatoire contrôlé pas des brigades des mœurs ayant droit de vie et de mort sur les contrevenantes. On se rappelle aussi comment Benbassa s’était fourvoyée en 2009 dans une pseudo affaire de censure d’un chercheur du CNRS, mobilisant plus de 5 000 signatures pour une cause finalement douteuse. http://petition.liberteintellectuelle.net/ et http://larepubliquedeslivres.com/de-lemballement-des-intellectuels/ On voit mal comment, avec cette pauvreté d’imagination et de raisonnement et sa phobie de toute critique de l’islam, Mme Benbassa pourrait s’occuper de jeunes « radicalisés, mission qui exige intelligence, rigueur et impartialité

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€