Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 31 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand un djihadiste américain de l’Etat islamique se confie sur sa vie dans les rangs de l’organisation terroriste

Mohamad Jamal Khweis, un citoyen américain qui s'est engagé dans les rangs de l'EI, a réussi à s'enfuir. Après un débriefing par les renseignements américains, son expérience permettra, peut-être, de comprendre le fonctionnement interne de l'organisation.

Grandes vacances

Publié le
Quand un djihadiste américain de l’Etat islamique se confie sur sa vie dans les rangs de l’organisation terroriste

Mohamad Jamal Khweis, citoyen américain et ancien combattant de l'Etat islamique. Crédit Capture d'écran / NBC News

L'homme, un Américain de 26 ans, fils d'immigrants palestiniens installés en Virginie, se décrit comme un transfuge de l'EI. Il prétend qu'il a pris une "mauvaise décision" en suivant une jeune femme jusqu'en Irak, puis qu'il a quitté l'organisation car il ne partageait pas leurs idées. 

" Je ne les vois pas comme de bons musulmans et je veux retourner aux Etats-Unis ", a expliqué Mohamad Jamal Khweis à la chaîne de télévision Kurdistan 24. Pour raconter son odyssée, face caméra, il s'est exprimé posément, en souriant.

De l'Europe vers l'Irak, en passant par la Turquie

Son périple passe par l'Europe, où il atterrit en décembre 2015, puis direction la Turquie.

Selon NBC News, c'est là qu'il rencontre une jeune fille irakienne se disant originaire de Mossoul. " Elle m'a dit qu'elle connaissait qui pourrait nous emmener de la Turquie vers la Syrie, puis de la Syrie à Mossoul, alors j'ai décidé de l'accompagner ", résume-t-il. Ils ont alors pris un bus pour la frontière turque, puis un taxi pour la Syrie, un voyage organisé par la sœur de la jeune femme qui avait été mariée à un membre de l'EI. S'ensuit une série de séjours dans des maisons avec d'autres étrangers, principalement des Asiatiques et des Russes, où on leur retire leurs pièces d'identité tout en leur donnant des surnoms.

Un endoctrinement religieux

Après 10 heures de route en bus, il arrive à Mossoul avec dix autres hommes et leur endoctrinement débute. " Il y avait un imam qui nous a enseigné la charia et la religion ", dit-il. " Je ne suis pas allé jusqu'au terme de ces enseignements car je ne suis pas d'accord avec leur idéologie et c'est à ce moment-là que j'ai voulu m'échapper ", explique-t-il.

Alors que les Kurdes qui l'ont réceptionné l'ont décrit comme un combattant de l'EI, Mohamad Jamal Khweis n'a pas évoqué de combats, ni d'entraînements au maniement des armes. " Notre vie quotidienne se résumait à la prière, à manger et à apprendre la religion pendant huit heures. C'était assez difficile de vivre à Mossoul, ce n'est pas comme dans les pays occidentaux... Il est interdit de fumer ", raconte-t-il

Il décide de se rendre aux Pershmergas

Après un mois passé à Mossoul, Mohamad Jamal Khweis trouve quelqu'un qui lui promet de l'amener à la frontière turque et cherche à se rendre à des combattants kurdes, persuadé qu'ils l'aideraient à revenir aux Etats-Unis.

Le capitaine Daham Khalaf, l'officier des huitièmes brigades des forces Peshmergas qui l'ont arrêté, a déclaré au Guardian que le combattant djihadiste qui a approché leur position vers 4 heures du matin se cachait dans la végétation. Son unité a d'abord essayé de lui tirer dessus en supposant c'était un kamikaze mais " il est venu vers nous en criant de ne pas tirer ", a expliqué le capitaine.

Des informations de première main

Son oncle, Jamal Khweis, a confirmé l'identité de son neveu et a déclaré à NBC News qu'il était heureux de le voir renoncer à l'EI et qu'il l'attendait avec impatience sur le sol américain.
" Mon message au peuple américain, explique Mohamad Jamal Khweis, est que la vie à Mossoul est vraiment, mais vraiment, très mauvaise. Les gens qui contrôlent Mossoul ne représentent pas la religion ", dit-il.
Quant aux services de renseignement américains, ils sont extrêmement pressés d'interroger Mohamad Jamal Khweis qui pourrait avoir des informations fondamentales sur le fonctionnement de l'EI.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€