Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Desproges ridiculisait les "pétasses bitophobes"…

Vous pensez qu'il avait beaucoup d'audace ? Même pas : à son époque, on pouvait encore s'exprimer.

Paroles libres

Publié le - Mis à jour le 12 Février 2018
Quand Desproges ridiculisait les "pétasses bitophobes"…

 Crédit Roland Godefroy

Il fut un temps, quand la France était terre de libertés. Il fut un temps, quand il y avait chez nous des hommes libres. Et Pierre Desproges fut un des plus talentueux et des plus grands d'entre eux.

Un humoriste ? Oui mais pas que. Un penseur qui donnait du sens aux choses de ce monde. J'ai retrouvé un texte de lui, une des fleurons du Tribunal de Flagrants Délires. Le voici. In extenso.

Car si on peut couper un cheveu en quatre, il serait sacrilège d'en faire autant avec un diamant de la plus belle eau.

"Françaises, Français, Belges, Belges, Mon Président, Mon Chien

Savez-vous tas d’infirmes culturels sous-enseignés, Savez-vous que le fait de prononcer les mots « Françaises, Français » constitue une Totale Hérésie Grammaticale ?

Ben Oui, bande de flapis cérébraux, c’est une énorme connerie pléonasmique de dire « Françaises, Français » !

C’est comme si je disais « Belges, Belges », j’aurais l’air d’un Con !"

Ne nous arrêtons pas, car abondance de Desproges ne nuit jamais.

"Grammaticalement Connards, quand je dis « les Français » je sous-entends à l’évidence « les Français mâles et femelles » et n’allez pas de taxer de misogynie sinon j’envoie ma femme vous casser la gueule, c’est simple !

Parce-que ça, c’est le genre d’attaque qui me rend dingue.

Ça me fait penser à ces pétasses bitophobes du MLF de Kensington City en Californie qui avaient exigé qu’on changeât la devise de leur collège :

« Tu seras un homme mon fils » en « Tu seras un homme ma fille »."

C'était en 2003. Hier donc. Depuis les "pétasses bitophobes" (ce n'est pas de moi, hein ! je ne fais que citer Desporges) ont fait des petits. Même qu'elles ont traversé l'Atlantique. Dans la France de 2018, les "pétasses bitophobes" sont légion. Il y en a plein les universités, les médias, l'édition et le monde politique. 

Si Desproges vivait encore, son texte lui vaudrait d'être condamné par les "braves gens qui n'aiment pas qu'on suive une autre route qu'eux". Marlène Schiappa exigerait du CSA qu'il soit interdit d'antenne.

Et les féministes, "infirmes culturels sous-enseignés" porteraient plainte pour incitation au "féminicide". Au fait, pourquoi cet article sur Desproges ? Juste – vous l'aurez compris – pour le rare et ineffable plaisir d'écrire "pétasses bitophobes"…

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 09/02/2018 - 13:19 - Signaler un abus Grace à lui

    Les discours se sont transformés en concitoyens et connecitoyennes !

  • Par vangog - 09/02/2018 - 13:26 - Signaler un abus #balanceTaPetasseBitophobe...

    bon ben! Je commence...Chiavalpa?...ah non! Elle est simplement avalphobe! Oh putain! Je m’y perds...mais c’est peut-être le but de ces pétasses, d’occuper le terrain médiatique, et faire oublier tout le reste, les échecs de Macrouille et tout le bazar?...

  • Par LouisArmandCremet - 09/02/2018 - 14:02 - Signaler un abus Tribunal des flagrants délires....

    Il est vrai que aujourd'hui, les 3/4 des plaidoiries de Desproges au Tribunal des Flagrants Délires, ne pourraient être prononcé. J'en ai une collection sur cd que je ressort régulièrement, une grande bouffée d'air libre. Qui plus est, c'était sur une radio publique. J'imagine les demandes d'évictions le jour même de la diffusion d'un seul de ces réquisitoires aujourd'hui.

  • Par Alain Briens - 09/02/2018 - 15:40 - Signaler un abus Aaaah quel bonheur !

    Par contre, hélas et 3 fois hélas Desproges nous a quitté dés 1988, ce très beau texte ne peut donc pas être de 2003.

  • Par 2bout - 09/02/2018 - 16:35 - Signaler un abus Monsieur Brillance,

    n'en faites pas de trop, s'il vous plait !

  • Par Tande - 09/02/2018 - 16:42 - Signaler un abus hommage

    A l'instar d'un autre lecteur, je ne résiste pas au plaisir de relire Desproges aussi souvent que possible...en me disant en effet qu'une majorité de ses textes ne pourrait plus passer aujourd'hui, le PC ('politically correct', non pas le parti de feu Jojo Marchais) ayant triomphé dans notre société grisâtre.

  • Par assougoudrel - 09/02/2018 - 17:36 - Signaler un abus Ils n'aiment pas Desproges

    Ils préfèrent ceux qui "dérogent".

  • Par Deudeuche - 09/02/2018 - 20:27 - Signaler un abus Petasses bitophobes et progressistes queutards

    À mettre ensemble dans la même pièce, puis appeler le SAMU!

  • Par MIVB7 - 09/02/2018 - 21:15 - Signaler un abus Ah ! que cet article fait du bien !!!

    Mais nous n'allons quand même pas nous nous laisser enfermer, émasculer, par ces " pétasses bitophobes " . Aux armes ...!

  • Par MIVB7 - 09/02/2018 - 21:15 - Signaler un abus Ah ! que cet article fait du bien !!!

    Mais nous n'allons quand même pas nous nous laisser enfermer, émasculer, par ces " pétasses bitophobes " . Aux armes ...!

  • Par J'accuse - 09/02/2018 - 22:36 - Signaler un abus Mouloudji

    "Dire qu'il y a des filles, de vrais appels au viol, qui ont le derrière étonné dès qu'une main batifole. Mais comme dit ma concierge, qui écrit des chansons, c'est la faute à personne si les gens sont trop cons". Cette chanson lui vaudrait aujourd'hui un procès.

  • Par Deudeuche - 09/02/2018 - 23:30 - Signaler un abus C’est rigolo de voir la “libération” des années

    60 dévoilée pour ce qu’elle fut , la réification absolue de la femme après la liquidation des repères judéo-Chrétiens. Cette imposture explose alors bravo les filles et tant pis pour les sexoliberes même de droite. Mort de rire!

  • Par Paul Emiste - 10/02/2018 - 06:58 - Signaler un abus Non non ne riez pas!

    Les pétasses bitophobes et nos progressistes sociétaux sont les mêmes qui crient au retour de l´ordre moral à tout bout de champs (et à tout bout de chant), quand en fait ils veulent nous imposer leur ordre immoral.

  • Par artesan - 10/02/2018 - 07:42 - Signaler un abus Super merci M. Rayski

    Que l'âme de Desproches survive longtemps en nous, et que, parmi nous certains s'en inspirent pour que nous continuions à vivre. Liberté, liberté chérie

  • Par livstone - 10/02/2018 - 08:04 - Signaler un abus le poids des mots

    la justification de l'article est limpide

  • Par Borgowrio - 10/02/2018 - 08:47 - Signaler un abus Le temps (révolu) de la liberté

    Madame Schiappa est elle bitophobes ? Hola , doucement , il s'agit de sa vie privée ... Ceci dit , combien d'humoristes coluchiens seraient interdits par notre Torquemada en jupons . Racontons à nos petits enfants , combien notre pays était libre avant

  • Par siger99 - 10/02/2018 - 11:38 - Signaler un abus L’égalité des sexes s’arrête...

    « L’égalité des sexes s’arrête devant l’armoire normande à monter dans l’escalier. Les entreprises de déménageurs sont comme les monuments aux morts, il n’y règne aucune parité. » Michel Audiard

  • Par bidibul - 10/02/2018 - 13:11 - Signaler un abus @siger99

    Merci pour la citation. Je me souviens d'une féministe, certainement prof ou autre profession déconnectée du monde réel, qui avait osé dire qu'une femme peut être maçon... Je rappelle que les sacs de ciment utilisés sur les chantiers pèsent 35 kg... Pour avoir travaillé sur des chantiers comme ouvrier je peux certifier que la plupart des hommes, y compris des hommes jeunes, n'ont pas la constitution physique pour supporter ce métier. Alors les femmes... Ce qui est fou dans notre époque c'est que l'on soit obligé de supporter les débilités des bobos et que toute contestation peut vous valoir un procès.

  • Par Deudeuche - 10/02/2018 - 14:21 - Signaler un abus @bidibul

    Correct et le problème des petasses en question c’est le beurre et l’argent du beurre! Être libre (pouvoir se comporter comme une salope sans être jugée comme telle) et être traité comme une lady par les hommes qui sont priés d’etre Des princes charmants et des tiroirs caisses. Pas de pot ils font comme elles et le masculin de salope c’est salaud! Alors évidemment ça couine! En attendant elles flinguent du Bobo et c’est sympa!

  • Par Elrousa - 10/02/2018 - 14:31 - Signaler un abus Heureux temps

    Heureux temps que celui où m. Desproges pouvait parler sans éveiller les cris du petit monde des "Bien- Pensants " ....à hauteur de leur portefeuilles .

  • Par winnie - 10/02/2018 - 17:43 - Signaler un abus Les gauchistes.....

    nous ont bien fait du mal, notre civilisation, notre nation et cuite, je me demande s'il va etre possible d'inverser la vapeur vu les couhards qui nous gouvernent et nous musellent.

  • Par kelenborn - 10/02/2018 - 19:14 - Signaler un abus Ah mon Benoit

    Tu oubliES Coluche dans ses "News" (Je cite parce que c'est toi qui va te faire engueuler par Ferjou ) "Ces temps-ci, Yannick Noah hésite à monter au filet...Ca lui rappelle sa capture!"

  • Par kelenborn - 10/02/2018 - 19:18 - Signaler un abus ah2bouh

    "Monsieur Brillance, n'en faites pas de trop, s'il vous plait !" Parce qu'en plus tu te mets de la brillantine!!! manquent les pinces à vélo...je voulais dire à mobylette!

  • Par kelenborn - 10/02/2018 - 19:22 - Signaler un abus intéressant

    http://www.leprogres.fr/faits-divers/2018/02/10/critique-pour-son-enquete-sur-hulot-le-magazine-ebdo-se-defend

  • Par vangog - 10/02/2018 - 23:57 - Signaler un abus #BalanceTaPurée?

    c’est le pendant de #balanceTonPorc! Par souci d'égalitarisme...

  • Par assougoudrel - 11/02/2018 - 09:36 - Signaler un abus En ce moment les bien-pensants

    et les harceleurs donnent des leçons de "bitologie" ou de "bite au logis" gratuitement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€