Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 24 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand le chômage à 25 ans compromet la totalité d’une carrière : l’OCDE lance une alerte sur le piège qui se referme sur toute une génération européenne

Dans son rapport de 2015 sur l'emploi, l'OCDE tire la sonnette d'alarme pour dénoncer les dangers pour l'avenir que représentent le taux de chômage élevé chez les jeunes.

L'autre tragédie

Publié le
Quand le chômage à 25 ans compromet la totalité d’une carrière : l’OCDE lance une alerte sur le piège qui se referme sur toute une génération européenne

Atlantico : L'OCDE, dans son rapport de 2015 sur les perspectives de l'emploi publié très récemment, tire la sonnette d'alarme : la situation des jeunes sur le marché du travail est encore catastrophique et pourrait bien empirer si rien n'est fait. Quelle est la situation ?

Pierre-François Gouiffès : Toutes les publications de l’OCDE relatives aux politiques de l’emploi mettent en avant depuis la crise de 2008 le caractère très préoccupant du chômage des jeunes, qui reste supérieur à son niveau d’avant-crise.

Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) est tout simplement le double de celui de l’ensemble de la population active dans l’OCDE : 14,1 % contre 6,9 % fin mai 2015.

L’OCDE mesure également les 15-29 ans qui ne sont ni en formation ni en emploi « Neither in Employment nor in Education or Training » : NEET), plus nombreux aujourd’hui qu’ils n’étaient en 2007.

Ce sombre constat est d’autant plus préoccupant que l’OCDE constate que les perspectives de carrière se construisent largement au cours des dix premières années de vie active, ce qui risque de fortement limiter les opportunités professionnelles pour la génération arrivée sur le marché du travail pendant la crise.

Qu'est ce qui est concrètement mis en cause par l'OCDE ? L'OCDE porte un jugement sévère sur les politiques menées par différents gouvernements de pays développés. Quels sont les gouvernements visés et quelles sont les méthodes qui sont critiquées ?

Il y a d’abord l’effet de la crise. L’augmentation des jeunes sortis de l’emploi et des NEET est ainsi particulièrement forte dans les pays les plus fortement touchés par la récession : Grèce, Irlande, Italie, Slovénie et Espagne.

Concernant les politiques publiques, l’OCDE considère qu’il faut augmenter les efforts et limiter les coupes des budgets permettant l’accompagnement des chômeurs de longue durée et des jeunes vers l’emploi. Selon elle, certains pays (Espagne, Irlande, Italie, Royaume-Uni, Australie) ont trop réduit les budgets des politiques de l’emploi.

Mais il y a surtout le sujet des jeunes sans qualification ou en échec scolaire dont l’employabilité à long terme est problématique. On sait en France que le chômage des jeunes est radicalement différent suivant le niveau de qualification.

Des disparités existent-t-elles au sein des pays membres pour ce qui concerne le taux de chômage des jeunes ? Quelle est la situation de la France ?

Il y a en effet de grandes différences autour de la moyenne OCDE. Le chômage des jeunes atteint des niveaux quasiment stratosphériques dans certains pays notamment ceux du Sud de l’Europe : 49,7 % en Grèce, 49,3 % en Espagne, 41,5 % en Italie, 33,3 % au Portugal. En face les chiffres de chômage des jeunes concernant l’Allemagne (7,1%), le Royaume-Uni (15,7 %) ou les Etats-Unis (12,2 %) peuvent laisser rêveur. L’OCDE constate par ailleurs quelques baisses du taux de chômage des jeunes dans certains territoires (Estonie, Hongrie, Irlande).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 11/07/2015 - 14:44 - Signaler un abus l'apprentissage est la clef!

    mais ce science pipologue n'y accorde que deux mots, oubliant de préciser que les gauchistes ont torpillé l'apprentissage, en début de mandature de louis XVI...résultat? La France compte un taux de chômage élevé de 25 % chez les jeunes, pour seulement 8 % en Allemagne ou 12.5 % au Danemark, soit deux pays qui ont privilégié l'apprentissage sur les emplois aidés...cherchez l'erreur!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre-François Gouiffès

Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Margaret Thatcher face aux mineurs (Privat, 2007), Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010) et L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire française (Documentation française, 2013). Il tient un blog sur pfgouiffes.net.

Vous pouvez également suivre Pierre-François Gouiffès sur Twitter

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€