Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand les applis santé font plus de mal que de bien

Les applications santé sur les smartphones ont la cote. Un certain nombre d'entre elles présentent des avantages objectifs, cependant leur utilisation peut avoir des effets pervers : réaliser des diagnostics erronés, encourager l'automédication et transformer les utilisateurs en une génération d'hypocondriaques.

Effets indésirés

Publié le
Quand les applis santé font plus de mal que de bien

Atlantico : Quels sont les problèmes engendrés par une utilisation importante des applications santé ? Les risques de voir l'automédication devenir de plus en plus courante sont-ils accrus ?

Jean-François Thébaut : Plus que des problèmes les applications santé devraient apporter des solutions. Mais à plusieurs conditions, d’abord que la qualité des promoteurs, des algorithmes et des sources scientifiques documentaires soit précisée et accessible, que l’information sur l’utilisation soit claire, simple et ergonomique, que la confidentialité soit respectée et que  la sécurité du produit soit assurée et suivie. Afin d’éviter une automédication ou une prise en charge dangereuse, il est indispensable qu’en cas d’utilisation par une personne malade, cela se fasse en accord et en concertation avec son médecin traitant ou son professionnel de santé habituel.

Quels risques ces application présentent-elles concernant la confidentialité des données ?

En France l’utilisation, le stockage et la transmission des données de santé à caractère personnel sont très encadrés et doivent répondre à des normes explicites. Ce qui est très différent dès que l’on sort du champ de la médecine pour rentrer dans celui du bien-être qui ne relève alors que du champ réglementaire de l’e-commerce et donc très général du consumérisme. De fait, de nombreux promoteurs français d’applications ont recours à des hébergeurs agréés de santé, contrairement bien sûr aux applications étrangères. Mais ce n’est pas l’application qui caractérise sa spécificité mais l’usage qui en est fait. La même application peut par exemple être utilisée pour surveiller l’activité ou les performances d’un sportif bien portant ou celle d’un cardiaque en phase de réadaptation. Les règles d’utilisation seront alors très différentes et ainsi que les  dangers d’utilisations commerciales non éthiques

Dans quelle mesure peuvent-elles générer une angoisse chez les utilisateurs ? Va-t-on voir apparaître une génération d'hypocondriaques ?

Là encore, ce n’est pas l’application qui en elle-même sera anxiogène, sauf défaut de conception avec publication de messages alarmistes ou inappropriés, mais l’usage qui en sera fait. Les informations, les conseils, les mesures ou les calculs qu’elle produira  doivent avoir un substrat scientifique fondé et ne pas représenter seulement l’opinion du concepteur et encore moins être un cheval de Troie qui peut amener l’utilisateur vers un site commercial voire malveillant ou sectaire qui pourrait exploiter l’angoisse de l’usager.

Existe-t-il encore à ce jour des vides juridiques autour de ce phénomène encore naissant ? A quelles situations problématiques peut-on être confronté ?

C’est bien pire, il n’y a aucun encadrement actuel réglementaire, sauf pour de  rares applications de télémédecine considérées comme des dispositifs médicaux, devant avoir alors la norme CE  et une autorisation de l’ANSM. Il est donc impératif que la puissance publique mette à disposition des guides d’évaluation permettant aux usagers, patients ou médecins ou à des tiers d’évaluer ces applications selon des référentiels éthiques, scientifiques et techniques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/01/2015 - 14:27 - Signaler un abus Et pourtant

    Et pourtant, c'est bien la médecine officielle qui semblerait avoir de sérieux problèmes. 70% des interventions chirurgicales sont inutiles, 85% des évaluations statistiques dans les 15 revues médicales les plus prestigieuses sont fausses, les erreurs médicales et les complications médicamenteuses sont la deuxième cause de mortalité à égalité avec le cancer... Pinailler sur les dangers des erreurs de compte du nombre de pas me semble extrêmement futile

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-François Thébaut

Jean-François Thébaut est cardiologue, membre du Collège de la Haute Autorité de la Santé, président de la Commission amélioration des pratiques professionnelles et de la sécurité des patients.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€