Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand Angela Merkel veut faire rentrer le TTIP par la fenêtre : l'Europe à nouveau confrontée à la question piégée du libre-échange

Le 27 juin dernier, Angela Merkel a pu se prononcer en faveur d'une relance des négociations autour du TTIP, entre l'Union européenne et les Etats Unis, alors que celles-ci avaient été "stoppées" par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis.

TTIP

Publié le

Enfin, il y a les populations et les électeurs. De fait, aussi bien à travers les sondages que l’expression électorale, il faut constater que plus la population d’un pays profite en pratique du libre-échange ou de la mondialisation en général, plus elle se montre favorable à cette dernière, et inversement. Les Danois sont ainsi plutôt libre-échangistes, et les Italiens fort dubitatifs à ce sujet. Bizarrement, les perdants du jeu du libre-échange n’apprécient guère ce jeu où ils perdent…. Et inversement.

Quelle surprise !En France, l’opposition au libre-échange est d’autant plus répandue que la majorité des Français se voient comme des perdants de la mondialisation. Et dans bien des cas, ils n’ont pas tort.

Dans une telle configuration, ne peut-on pas estimer que le TTIP constitue un horizon presque certain entre Etats-Unis et Europe ?

Effectivement, si l’on le resitue dans la longue durée de l’ouverture économique d’après 1945 en Occident, le protectionnisme proclamé de Donald Trump parait ne pas pouvoir l’emporter. Il est pur l’instant très isolé au sein du monde occidental, et même plus largement parmi l’ensemble des gouvernements de la planète.  Une fois que D. Trump ne sera plus là, ou qu’il aura trahi cette promesse-là aussi, on peut très bien imaginer que la tendance lourde à l’approfondissement du libre-échange continue, sous forme d’une autre version du TTIP.

Après, il faut bien aussi préciser qu’il peut exister des formes assez différenciées de régulation du libre-échange. L’un des reproches principaux faits actuellement à un  traité comme le CETA ou le TTIP est de privilégier exclusivement les intérêts des grandes firmes multinationales par rapport à celui des Etats, à celui des travailleurs ou des contribuables, ou à l’intérêt général de la planète. L’économiste Thomas Piketty propose ainsi pour rééquilibrer le TTIP de lui adjoindre un volet d’harmonisation fiscale. C’est vrai qu’un « fisc » unique sur l’espace euro-américain ne ferait pas beaucoup rire des Apple, Google et autre Starbucks…  Ces firmes se découvriraient peut-être farouchement protectionnistes.  On peut penser aussi à une harmonisation environnementale ou à une harmonisation sociale. L’Organisation internationale du travail (OIT), issue du Bureau international du travail (BIT) créé dès 1919,  devait promouvoir ce dernier aspect.  Il est complètement en panne actuellement, mais pourquoi ne pas aller plus loin à l’occasion de nouveaux traités de libre-échange ? Si l’Américain moyen commençait par avoir droit à autant que de congés payés ou à la même couverture sociale que l’Européen moyen, le libre-échange entre les deux rives de l’Atlantique paraitrait sans doute plus raisonnable à bien des gens.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Jean-Benoit - 01/07/2017 - 11:07 - Signaler un abus Europe = Mafia ...

    Il n'y a qu'a lire certains paragraphes du CETA pour tout comprendre le jeu de tout ces escrocs de corrompus et de lobyistes de Bruxelles ! Cette Europe là est morte . C'est l'Europe des nations qu'il faut faire pas ce bordel qui sert juste les oligarchies de tout poil et surtout l' Allemagne ! Il n'y a aucune démocratie dans cette UE , Il y a cas voir les emplois qu'on a perdus et ceux qu'on a gagnés , y a pas photos . Pour pour moi elle fait plus de mal à mon Pays que de bien !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€