Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand l'Allemagne suit la pente de sa puissance : pourquoi l'Europe politique devrait méditer la parabole Volkswagen

Après la découverte du scandale Volkswagen, l'Allemagne est sous le choc. Elle avait fait du secteur industriel sa force et s'en trouve ainsi fragilisée, prouvant que le leader de l'Union européenne n'est pas à l'abri de la corruption et remettant ainsi toutes les élites économiques en Europe sur le même niveau.

Recherche contre-pouvoir désespérément

Publié le
Quand l'Allemagne suit la pente de sa puissance : pourquoi l'Europe politique devrait méditer la parabole Volkswagen

Dans le cadre du scandale Volkswagen, il faut savoir que ce qu'à fait l'entreprise allemande n'est pas particulièrement compliqué à reproduire. Crédit Reuters

Atlantico : Au travers de la parabole Volkswagen, on voit bien que l'Allemagne possède un leadership assumé. Elle est donc livrée à elle-même. Qu'est-ce que cela traduit de l'état de l'Europe ?

Christophe Bouillaud : Depuis au moins la fin de la présidence Delors en 1995, l’Union européenne est devenue de plus en plus clairement dominée par son aspect intergouvernemental, plus que par son aspect communautaire ou supranational. Les Présidences Santer, Prodi et Barroso ont vu l’affaiblissement progressif du pouvoir d’initiative politique de la Commission européenne. La crise économique européenne de 2008-09, puis la crise des dettes souveraines de 2009-2013, ont été de l’avis général entièrement gérées par le Conseil européen (les chefs d’Etat et de gouvernement) ou par l’Eurogroupe (la réunion « informelle » des Ministres des finances des pays de la zone Euro).

La crise des migrants n’échappe pas à cette règle nouvelle : c’est dans le collectif du Conseil européen que réside le pouvoir réel dans l’Union. Dans ce cadre de domination des exécutifs nationaux sur la décision européenne, cadre qui aurait d’ailleurs satisfait le général De Gaulle du fameux « Plan Fouchet » de 1961-62, il n’est guère surprenant que le pouvoir exécutif de l’Etat le plus puissant économiquement et le plus important démographiquement du moment finisse par avoir un poids majeur dans les décisions européennes, et par donner le ton à l’ensemble.

De fait, la situation actuelle commence à ressembler étrangement à celle de l’Empire allemand après 1871 lorsque la Prusse et leurs dirigeants donnaient le ton dans le nouvel ensemble créée par Bismarck, simplement parce que la Prusse  se trouvait être de loin le plus grand et le plus peuplé des Etats du nouvel Empire. Dans le cas présent, le déséquilibre entre Etats membres de l’Union européenne n’est pas aussi marqué, mais il s’est accentué en raison de l’incapacité nouvelle de la France à jouer de ses atouts géopolitiques traditionnels, du retrait progressif du Royaume-Uni empêtré dans le jeu des Conservateurs avec l’euroscepticisme, et aussi de la difficulté récurrente de l’Italie à assumer un rôle à la mesure de son importance réelle dans l’Union européenne – même si on remarquera que l’italien Mario Draghi,  en tant que Président de la BCE, joue sans doute l’un des rôles les plus importants actuellement dans la gouvernance de l’Union européenne. Revenir sur cette évolution qui a fait en pratique du Conseil européen la « présidence collective » de l’Union, disposant de fait sinon de droit, du monopole de l’initiative politique en Europe sera difficile, il faudrait pourtant revenir sérieusement à la méthode communautaire illustrée par un Delors, mais ce n’est pas avec un Juncker Président de la Commission que cela se fera.   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 25/09/2015 - 10:30 - Signaler un abus Enfin de l'Action !

    Apparemment, la situation d'Angela Merkel est la même que celle Napoléon Bonaparte en Juin 1815 : elle a désormais toute l'Europe contre elle. Il ne lui reste plus que François Hollande qui jappe honteusement comme un stupide petit caniche, en lui léchant les mollets !

  • Par jurgio - 25/09/2015 - 15:24 - Signaler un abus Un tel scandale n'arrivera pas en France

    puisqu'il n'y a pour le moment plus rien à en tirer.

  • Par Fredja - 25/09/2015 - 17:46 - Signaler un abus Puissance Allemande

    Petit rappel : lors de l'application de la réglementation environnementale sur les nouveaux fluides de clim dans l'automobile (application au 1/1/2012), Mercedes et Volswagen ont continué à commercialiser des véhicules non conformes en Europe. La France s'en est émue, et a fait bloquer les ventes des Mercedes non conformes sur son territoire. Il y a eu un tollé côté commission Européenne (où les Allemands dominent...), et la France a été obligée d'abandonner ses mesures de rétorsion. J'espère qu'avec ce qui arrive à VW en ce moment, ce type de passage en force ne pourra plus se faire, même en Europe. Et je confirme ce que dit l'article : les Allemands sont très solidaires, y compris dans la truande... Donc à mon avis, toutes les marques du Groupe VAG sont concernées, et peut-être même les autres Allemands aussi...

  • Par Anguerrand - 25/09/2015 - 21:16 - Signaler un abus Fiabilité des voitures du groupe VW à revoir

    Les résultats des contrôles techniques sont catastrophiques pour toutes les marques du groupe y compris des marques comme Audi. Sur un classement de 30 constructeurs celle du groupe VW arrivent toutes dans les 30 dernières. A noter les française de PSA ou Renault sont classées dans les 7 premières. Dacia est 2 eme. Il y a donc à rectifier sérieusement notre jugement sur la fiabilité allemande ( souvent fabriquée en Europe de l'est ou en Espagne). De plus comparer une Golf avec une 308 ou une Clio il n'y a pas photo, les allemandes ont tendances a etre " tape cul"

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Bouillaud

Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€