Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La quadrature du cercle : comment redistribuer du pouvoir d’achat lorsqu’on croule sous les dettes

"Les plans de transformation du pays se succèdent au pas de charge – pauvreté, santé, etc dont le but est de faire rattraper le retard accumulé depuis des années. Emmanuel Macron a promis que les effets bénéfiques se feront sentir d’ici la fin du quinquennat, mais nos compatriotes, toujours pressés, réclament des résultats immédiats".

Edito

Publié le
La quadrature du cercle : comment redistribuer du pouvoir d’achat lorsqu’on croule sous les dettes

 Crédit ETIENNE LAURENT / POOL / AFP

Les Français ont toujours une obsession sur le plan économique et social. Sous le quinquennat de François Hollande c’était la baisse du chômage. Comme celle-ci a commencé à prendre effet, une autre revendication se fait jour qui prend de l’ampleur au fil des mois : l’amélioration du pouvoir d’achat. Elle doit être aux yeux de l’opinion la conséquence des réformes annoncées. Il est vrai que les plans de transformation du pays se succèdent au pas de charge – pauvreté, santé, etc dont le but est de faire rattraper le retard accumulé depuis des années.

Emmanuel Macron a promis que les effets bénéfiques se feront sentir d’ici la fin du quinquennat, mais nos compatriotes, toujours pressés, réclament des résultats immédiats.

Le défi est particulièrement difficile à relever. Comment peut-on redistribuer du pouvoir d’achat, énoncent les économistes orthodoxes dans un pays qui connait un double déficit tragique de 80 milliards pour les finances publiques et 60 milliards pour le commerce extérieur ? La première tâche devrait consister à réduire le train de vie de l’Etat en taillant dans les dépenses inutiles, ce qui impliquerait de mettre nos compatriotes à la diète comme le fit jadis l’Allemagne.  Connaissant l’allergie des Français au changement, le souci du maintien des situations acquises, Emmanuel Macron a refusé de s’engager dans cette voie. Il  avait cru s’en tirer grâce à une reprise de la croissance au moment de son arrivée au pouvoir, en faisant le pari que les plus-values de recettes attendues de l’expansion auraient pu éponger une partie du déficit. C’est ce qui avait pu se produire en 2017 et qui avait donné l’illusion que la France pouvait à nouveau s’appliquer la discipline européenne. Mais il faut aujourd’hui déchanter car tous les organismes internationaux annoncent des temps plus difficiles : le ralentissement de la conjoncture et à l’œuvre, au moment où la guerre commerciale s’intensifie à la suite de la politique agressive de Donald Trump, tandis que l’incapacité des Européens à trouver un accord avec la Grande-Bretagne sur le brexit fait peser une lourde menace pour l’an prochain.
 
Sur le plan français, la perspective de parvenir à une croissance de deux pour cent apparait déjà comme une chimère : on est revenu à une hypothèse plus réaliste de 1,6%, qui pourrait faire renaître le danger d’un nouveau dépassement de la barre des trois pour cent de déficit du produit intérieur brut l’an prochain. Mais le gouvernement reste inflexible sur son idée d’opérer un minimum de redistribution du pouvoir d’achat, en recourant aux pratiques habituelles de l’ancien monde, en multipliant les mini mesures qui lui permettent d’afficher un résultat concret. Alors que 2018 sera une année blanche pour le pouvoir d’achat, 2019 devrait se traduire par un bonus de cinq milliards répartis sur l’ensemble de la population. Un chiffre contesté par certains instituts de conjoncture, qui font remarquer que la suppression de certaines cotisations pesant sur les salaires , la revalorisation de la prime d’activité, la disparition de la deuxième tranche de la taxe d’habitation, seront compensées en partie par une hausse des prix de l’énergie  et quelques mini-taxes dont le pouvoir a le secret. Bref, cette impression de déjà vu, de retour à la multiplication des mini-mesures qui brouillent le paysage en donnant le sentiment d’un manque général de vision commence à faire naître un certain désenchantement dans le monde patronal à l’heure où il faudrait au contraire mobiliser les énergies.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 21/09/2018 - 09:41 - Signaler un abus Les réformes au pas de charge ??????

    Mais ou sont les réformes ?? Considérer le Plan Pauvreté comme une réforme, c'est une hérésie !!! C'est plutôt un énorme aveu d'échec de faire de tel plan. Réformer l'hôpital : mais s'adapter c'est ce que font toutes les grandes entreprises, elle s'adaptent tous les jours à l'évolution du monde, des marchés, etc. Les vrais réformes seraient d'établir un plan richesse sur les 10 ans à venir, réindustrialiser la France, dégraisser fortement le mammouth de l'administration par une numérisation nationale, mettre fin à toutes les dérives financières de l'immigration, recentrer le pays sur son développement économique, supprimer le pouvoir exorbitant des hauts fonctionnaires qui paralysent le pays depuis De Gaulle, par leur gros égo et leurs luttes de pouvoir. Le problème de ce pays, c'est justement qu'il n'y a aucune réforme. C'est du vent et le gouvernement aurait tort de tout miser sur la communication : les français ne sont pas des idiots.

  • Par zelectron - 21/09/2018 - 09:48 - Signaler un abus Les promesses ne coûtent pas cher.

    Promettez, promettez, promettez, il n'en restera toujours rien de bon.

  • Par jc0206 - 21/09/2018 - 10:11 - Signaler un abus 2018 pas terrible !

    Mais en 2019, cinq milliards à se répartir ! Vous nous prenez vraiment pour des cons.

  • Par cloette - 21/09/2018 - 10:38 - Signaler un abus Enfumage

    Première phase , Hollandé , deuxième phase Macron

  • Par gerard JOURDAIN - 21/09/2018 - 12:23 - Signaler un abus +1 @Citoyen-libre

    tout est dit... si personne ne restructure d'urgence, la Grèce sera notre modèle.

  • Par assougoudrel - 21/09/2018 - 13:02 - Signaler un abus Sans oublier la suppression de

    toutes les niches fiscales. Depuis une semaine, on commence à vouloir nous habituer aux prochaines augmentations du carburant le 1er janvier 2019, de l'électricité, du gaz etc...Et on nous parle de pouvoir d'achat.

  • Par vangog - 21/09/2018 - 20:58 - Signaler un abus La baisse du chômage commence à prendre effet?????

    Vous avez vu jouer ça où, Garibal?...seriez-vous à ce point conditionné par la propagande macroniste que vous devenez incapable d’analyser la réalité objectivement?...Le Chômage est toujours en hausse en juillet 2018: Cat A : +19.300 (+0.6%) Total 3.462.000 Cat B : +20.500 Cat C : -13.600 Cat A+B+C : +26.200 (+0.5%) Total 5.645.200 A+B+C+D+E : +31.200 => 6.253.000 + DROM (+339.000) => 6.592.000

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€