Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 24 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce qu’oublie vite l’Europe sur ses propres agissements en se scandalisant de la politique migratoire de Donald Trump

L'Europe et ses bien pensants ont beau hurler à la mort quand Donald Trump signe un "executive order" visant à banir les ressortissants de sept pays touchés par le terrorisme en qualifiant ce décret de "Muslim Ban", c'est un peu vite oublier que dans ce domaine, elle n'a pas de leçon d'humanité à donner.

Bouhh !!!

Publié le - Mis à jour le 17 Février 2017
Ce qu’oublie vite l’Europe sur ses propres agissements en se scandalisant de la politique migratoire de Donald Trump

Atlantico : Suite au décret pris par Donald Trump, désormais appelé "Muslim Ban", suite à à la volonté du Président de construire au mur sur la frontière mexicaine, les européens ont fortement réagi en invoquant principalement des objections morales. En posant froidement les mesures prises, et en écartant la personnalité de Donald Trump du débat, quelle est la cohérence des actes en comparaison des souhaits de l'électorat américain ? 

Laurent Chalard : Les annonces de Donald Trump correspondent pleinement au souhait de son électorat, on pourrait même dire qu’elles restent en-dessous de qu’il veut réellement. En effet, deux des principales demandes des électeurs de Trump étaient de réduire la présence mexicaine aux Etats-Unis (soit environ 35 millions d’individus en 2015), et d’empêcher la formation d’une communauté musulmane importante (à l’heure actuelle, moins de 1% des américains se déclarent de religion musulmane) de peur qu’elle conduise à la propagation du terrorisme islamiste sur le sol américain.

Concernant le premier souhait, la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique, l’une de ses promesses les plus controversées, mais aussi les plus populaires de sa campagne, s’inscrit dans l’optique d’empêcher quasiment tout passage clandestin de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, permettant aux américains de pouvoir totalement contrôler les entrées et les sorties de leur territoire, et donc de stopper les entrées clandestines, élément préalable à la réduction de la présence mexicaine aux Etats-Unis. Cette décision apparait donc comme très cohérente avec les souhaits de son électorat.

Concernant le second souhait, la limitation des flux provenant de pays à dominante musulmane à forte présence de mouvements djihadistes (Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen) ou théocratiques (Iran), s’inscrit dans l’optique de pouvoir limiter l’accès des ressortissants originaires de pays à risque aux Etats-Unis. Cependant, si l’on suit la logique de Trump, il est surprenant de ne pas voir figurer dans cette liste l’Arabie Saoudite (d’où sont originaires la majorité des pirates de l’air des attentats du 11 septembre 2001), l’Egypte, le Mali, les pays du Maghreb ou même la Russie (les terroristes des attentats de Boston étaient des citoyens russes !). C’est donc, d’un point de vue d’une analyse froide, une mesure peu efficace, très en-dessous de ce que souhaitaient les électeurs de Trump.

Record du nombre de décès en méditerranéenne, accord sur la question migratoire avec la Turquie, existence de murs en Europe, en quoi la réalité européenne peut-elle être jugée plus "morale" que les positions prises par Donald Trump ? Peut-on y voir une forme d'hypocrisie ? 

La réalité européenne n’est nullement plus « morale » que les positions prises par l’administration Trump, puisque les européens, qui se trouvent dans la même situation que les Etats-Unis, c’est-à-dire une forte immigration, en l’occurrence africaine, de plus en plus contestée par les populations natives, et un risque de terrorisme islamiste encore plus élevé qu’outre-Atlantique du fait de la plus grande proximité géographique de l’Europe avec le monde arabo-musulman, s’efforcent par tous les moyens de limiter l’afflux de migrants de ces pays. Cela passe par la construction de murs quand les frontières sont terrestres, par exemple dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sur le continent africain, et désormais entre pays européens à l’est.

C’est donc effectivement une hypocrisie totale qui ne s’explique nullement par la volonté de paraître plus humaniste, mais témoigne surtout de l’affolement des élites européennes face à la montée du populisme au sein de leur population, qui les conduit à délégitimer toute politique populiste. En effet, si les politiques de Donald Trump s’avéraient efficaces, les jours de la classe politique européenne, qui a prôné constamment l’ouverture des frontières aux migrants depuis les années 1990, seraient définitivement comptés. 

Finalement, en quoi l'attitude de Donald Trump peut-elle permettre aux européens de se "racheter" une conduite ? Quels peuvent être les effets d'une telle approche sur le débat migratoire en Europe?

L’attitude de Donald Trump, excessive liée au caractère du personnage, apparaît comme une aubaine pour les dirigeants européens, leur permettant de se racheter une bonne conscience humaniste, les européens paraissant comme « modérés » dans leur manière de gérer les flux migratoires par rapport aux Etats-Unis. En effet, désormais, ce sont les Etats-Unis qui endossent le rôle du « méchant » dans les politiques de lutte contre l’immigration clandestine et supportent les risques d’échec.

Il est trop tôt pour déterminer quelles seront les conséquences de cette approche sur le débat migratoire en Europe. Ce qui est sûr, c’est que le débat ne risque pas d’être dépassionné. Or, c’est la condition sine qua non pour mener une politique migratoire efficace qui fasse consensus auprès de la majorité de la population, y compris chez les descendants d’immigrés. Finalement, tout dépendra des résultats des politiques de l’administration Trump. Si ces dernières apparaissent efficaces, il est probable que les dirigeants européens outrepasseront leur position moraliste pour emboîter le pas aux Etats-Unis, de peur sinon d’être débordés par les mouvements populistes. Par contre, si les politiques migratoires de Trump s’avéraient être un échec, les dirigeants européens pourront justifier du fait qu’ils avaient bien raison de dire que les politiques coercitives de gestion des flux migratoires sont inefficaces et, par la même, cela leur donnerait un argument pour discréditer les discours populistes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/02/2017 - 11:06 - Signaler un abus Leçons d'humanité????

    Contrairement à ce que vous ont inspiré vos profs gauchistes, l'humanité ne consiste pas à aspirer les forces vives du tiers-monde, les seules capables de le sortir de la misère, en Occident chrétien (et un peu crétin...)! Mais l'humanité consiste à permettre aux peuples de vivre libre et heureux dans le pays de leurs racines, de leur culture, de leur religion ou croyance...l'humanité consiste à ne pas déclencher des guerres droidelhommistes qui jettent sur les routes de l'exil des millions de déracinés, à qui Soros et les internationo-socialistes ont assuré qu'il y avait de la richesse à prendre en Occident chrétien...l'humanité consiste à aider ces pays à conserver leurs forces vives, afin de les extirper de leur sous-développement. L'humanité, ce n'est pas l'international-socialisme, qui fait croire aux pauvres du tiers-monde qu'ils seront plus heureux en s'exilant vers la richesse de l'Occident. Car, contrairement à ce que croient les gauchistes, le bonheur n'est pas dépendant d'une richesse illusoire, mais il dépend de la capacité des êtres humains à vivre et prospérer dans le pays de leurs racines...

  • Par Semper Fi - 12/02/2017 - 11:09 - Signaler un abus Erreur d'interprétation !!!!

    Avez-vous lu le texte du décret ? J'en doute car si vous l'aviez lu vous auriez noté qu'il s'agit moins de limiter l'immigration en provenance de pays "à risque" que de mettre en place des mesures permettant de s'assurer de l'identité réelle des candidats. Partant de ce constat, il paraît donc logique que les ressortissants saoudiens puissent toujours entrer aux USA, puisque l'Arabie Saoudite est un pays stable où on peut estimer que l'état civil est fiable. Quant au mur... sans commentaire, il faudrait peut-être préciser que sa construction a commencé en 2006, et qu'avant le mur, il y eu le "rideau de fer" dans les années 90 qui visait à réduire les flots de "wetbacks" en provenance du Mexique.

  • Par Ganesha - 12/02/2017 - 11:45 - Signaler un abus Cessez donc de vous torturer !

    Les dirigeants européens ne vont pas ''évoluer'', ils vont tout simplement être chassés par leur population ! Le couple Sarko-Fillon a invité un million d'immigrants à venir s'installer dans notre beau pays de 2007 à 2012. Hollande et ses Socialauds se sont fait une joie d'égaler ce record ! Dans son discours (en anglais) à Berlin, Macron a promis de perpétuer la tradition. Si vous voulez vraiment un changement de politique, vous le savez, vous n'avez qu'une candidate possible. Et, cessez donc de vous torturer : la majorité de notre dette est de ''droit français'' et vous ne serez pas ruinés de votre épargne par l'arrivée au pouvoir de Marine Le Pen !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€