Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 03 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Qu’on arrête de nous pourrir le marché ! Le coup de gueule d’un grand patron de l’immobilier

Le projet de loi d'encadrement des professions immobilières de Cécile Duflot prévoit de faire baisser les frais d'agence des locataires et d'imposer une justification des honoraires. Des propositions qui, pour le président de Foncia, ne sont pas toutes à jeter, mais devraient être adaptées aux différents contextes.

Mauvaise cible

Publié le
Qu’on arrête de nous pourrir le marché ! Le coup de gueule d’un grand patron de l’immobilier

Le projet de loi d'encadrement des professions immobilières de Cécile Duflot prévoit de faire baisser les frais d'agence des locataires et d'imposer une justification des honoraires. Crédit Flickr

Atlantico : Le projet de loi de Cécile Duflot sur l’encadrement des professions immobilières parle de "tarifs injustifiés et excessifs" pratiqués par les agences de location. Ces frais ne sont-ils pas dans de nombreux cas excessifs ?

François Davy : Lorsqu'on explique aux locataires qu'ils paieront moins cher ce dont ils ont réellement besoin, on tient un discours populiste qui, souvent, "fait mouche". Sur la question de l'accès à un bien, l'enjeu central est de faire se rencontrer les attentes du propriétaire et du locataire. Le professionnel trouve sa justification dans ce besoin, même si plus d'une location sur deux se fait sans intermédiaire.

S'agissant donc d'un secteur très concurrentiel, si les tarifs étaient effectivement excessifs, nous n'existerions pas en tant qu'intermédiaires.

Concernant les honoraires de location, ils peuvent parfois paraître chers, mais ils correspondent à un travail et rémunèrent des personnes qui vivent uniquement à la commission. Comme je le disais à un haut fonctionnaire en charge du dossier, qui n'avait visiblement pas connaissance de ce point, avec la réforme proposée, pour le même travail un agent touchera donc moitié moins d'argent. Ce sont ainsi près de 20 000 personnes en France qui sont concernées, soit 10 000 emplois qui sont menacés.

Deux cas de figure se présentent :

1 – A Sedan, Charleville-Mézières ou Tulle, le locataire est considéré comme "une denrée rare". Le propriétaire compte alors sur l’intermédiaire pour lui trouver un locataire solvable. Pour ces raisons, bien souvent dans la pratique, on ne facturera pas d’honoraires de location.

2 – Sur un marché tendu comme Paris, on peut considérer que l'offre est supérieure à la demande. Le délai médian de relocation à Paris est de 30 jours, contre 50 au niveau national, mais les loyers sont à la baisse. On voit donc bien que la situation de la location à Paris est parfois trompeuse. Pour un même bien, 15 personnes peuvent se présenter, tandis que d'autres biens trouvent beaucoup plus difficilement preneur.

Puisque le gouvernement nous demande de justifier nos honoraires, qu'il prenne en compte les secteurs non tendus où nous menons un vrai travail qui doit être rémunéré, et les secteurs tendus pour lesquels nous proposerons un mandat de recherche. Ce dernier fonctionnerait ainsi : si nous avons proposé au locataire plusieurs biens, qu'il a visités, et que le délai a été raisonnable entre le moment où il a signé ledit mandat et le bail, alors la prestation vaut rémunération. Si à l'inverse un client exige un bien en particulier et qu'il l'obtient immédiatement, alors nous pourrions percevoir des honoraires moindres.

Nous abondons dans le sens d'une justification des tarifs, mais il ne faut pas oublier qu'un travail est fait : rédiger un bail, vérifier la solvabilité du locataire, assurer le lien avec le propriétaire...Tout ceci mérite une rémunération à la hauteur du travail accompli.

Vous prônez la fluidité du marché de l’immobilier. Comment concilier cette exigence avec "l’accès au logement dans de bonnes conditions" voulu dans le projet ?

Comme pour tous les marchés, la fluidité est le meilleur remède à la crise et à la morosité. Quand un marché est simple et se régule, alors il est sain et il progresse. Plus il est régulé, plus il est rigidifié, et plus il produit des contre-effets néfastes à l'objet lui-même. Encadrer les loyers et établir un observatoire coûtant 5 millions d’euros au contribuable comme le désire Mme Duflot revient à créer une véritable usine à gaz.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:07 - Signaler un abus la coherence jusqu'au bout.....

    "Sur un marché tendu comme Paris, on peut considérer que l'offre est supérieure à la demande" si l'offre est donc supérieure a la demande . A quoi correspondent les files d'attente lors des visites et en quoi le marché est il tendu ? ou comment raconter n'importe quoi en prenant le cas des locations de produits exceptionnels comme le logis depardieu au lieu de causer des locations pour célibatiare, couples avec ou sans enfants n'ayant pas des revenus de ministres.

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:09 - Signaler un abus le chantage à l'emploi

    Donc si on comprend bien il faut continuer a pratiquer des honoraires allant toujours plus haut sans aucune cohérence avec la prestation .... mais il est vrai que toutes les garanties demandées dans tous les sens et toujours plus nombreuses , cela en fait du classement .... Au fait on se demande bien comment font les propriétaires (les 50%) qui louent en direct .....

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:11 - Signaler un abus elle est tellement grosse la ficelle venue du marché

    ce serait tellement mieux si on rendait obligatoire de passer par une agence , hein ? un bon marché organisé pour des sociétés privées comme une vraie rente avec la grande plaisanterie de la concurrence comme cerise sur la gateau de la tartufferie.

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:16 - Signaler un abus "Quand un marché est simple et se régule "

    ben tiens comme depuis 15 ans ou l'agent immbilier explique tres "simplement" que c'est comme cela et pas autrement et que si on veut discuter , on peut aller voir ailleurs ..... Non mais vraiment cela frise le foutage de gueuele. toutes ces agences qui vous regardaient de haut quand vous demandiez si elles faisaient des locations et qui vous expliquait que le prix du m2 elevé à l'achat c'etait le marché (et pas le produit en tant que tel) (et que cela partait comme des petits pains) soudain c'est le chantage a l'emploi et la complainte du dur labeur.

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:21 - Signaler un abus comment parlez d'un seul et unique sujet

    "Le propriétaire, constatant qu'il devra se débrouiller seul, cherchera à louer de particulier à particulier. En ce cas, il n'est pas garanti que les baux seront conformes, que les clauses ne seront pas abusives, ou que les surfaces seront les bonnes." Evidemment les contrats standards n'existent pas , et les obligations loi carrez n'existent pas . Mais il est vrai que le mandat de mise en location c'est aussi le potentiel de GESTION LOCATIVE sur la durée de la location ..... C'est peut etre cela le sujet en fait car là on n'est plus à la commission .....

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:26 - Signaler un abus Faites nous marrer ! refaites nous l'histoire des honoraires

    redites nous un peu de combien etaient les honoraires d'une location , il ya 30 ans . qui payait quoi et combien , a quel pourcentage sur quelle base .... Faites nous ce petit comparatif, ce sera bcp plus eloquent que tout le beau discours . Idem pour la transaction achat vente ou les taux de commissionnement n'ont pratiquement pas bougé et sont toujours appliqué sur des prix de vente qui eux ont explosé , notamment avec l'effet d'optique de l'euro . on serait encore en franc, le delire de hausse auraient été retenus. ET DE MEME POUR L'ACTIVITE DE SYNDIC

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:29 - Signaler un abus L'activité SYNDIC DE COPROPRIETE

    curieux rien a dire sur le sujet . pourtant duflot a évoqué aussi le sujet et pas pour annoncer une carence d'honoraires dans la situation actuelle , ni pour décerner des oscars de la transparence ..... ET LA CURIEUX , personne au guichet pour parler , ni meme de journaliste pour interviewer .... comme c'est etrange.... c'est dommage parce que le locataire paie aussi ces petites charges en sus de son loyer .....

  • Par jerem - 11/07/2013 - 11:32 - Signaler un abus Ach , la france , le pays d'exception

    " La France est le pays le plus grand d'Europe, le moins densément construit, et où l’offre de logement est la plus déséquilibrée." oui il est vrai que l'allemagne connait une densité des plus homogenes avec un marché berlinois qui n'a aucun stigmate de la decoupe rda rfa ...... les landers de l'ex RDA sont surement dans la meme densite que la rhenanie ou la baviere ..... Cherchez l'erreur. on parle pas du marché espagnol qui se porte comme un charme tellement il est harmonieusement developpé

  • Par wolfgangamadp - 11/07/2013 - 11:39 - Signaler un abus Dire que les agences se

    Dire que les agences se gavent c'est de la démagogie. Un gestionnaire locatif salarié d'un grand groupe est payé 1500 à 2000 € pour s'occuper de 600 logements, les comptables encore moins... ceux qui louent sont à la com...et c'est loin d'êtr eun boulot agréable. C'est même un boulot de chien, très conflictuel car le gestionnaire sert de fusible entre bailleur et preneur et prend les coups des 2 côtés. Encore une fois, la majorité des transactions se font de particulier à particulier, donc personne n'oblige les locataires à s'adresser aux agences... par contre en s'adressant à elles, ils ont la sécurité juridique dans le contrat et les relations contractuelles avec le bailleur : ça a un prix, celui de la compétence des professionnels. Et l'argument qui consiste à dire que les hono d'un mois ne correspondent pas à la réalité du travail car c'est toujours un mois partout en France n'est pas recevable : les couts de fonctionnement ne sont pas les mêmes à Paris (prix des bureaux, salaires, etc) et au fond de la province, c'est tout à fait normal et fondé économiquement de demander plus à Paris... Et puis si les bailleurs sont des voleurs qui se , pourquoi les locataires n'achètent pas

  • Par jerem - 11/07/2013 - 21:51 - Signaler un abus @wolfgangamadp - 11/07/2013 - 11:39

    vous avez raison ; prenons le questionnaire a retourner au notaire pour une vente; facturation 400 euros pour remplir moins de 10 chiffres en simple recopie d'une info sur systeme informatique deja payé par les honoraires annuels .... ca fait cher le quart dh'eure de remplissage .... mais c'est vrai c'est limite du lance-pierre on parle du prix unitaire de la photocopie ?

  • Par GalliaPlacida - 11/07/2013 - 22:51 - Signaler un abus Mais qu'ils arrêtent de pleurer!

    Extraordinaire le discours de ce "grand" patron! Il menace de chômage des gens qui ne sont payés qu'à la com! Mais comme ils sont sûrement très bons, un petit fixe pourrait suffire quand même, non, au XXIème siècle, quand on sait que Foncia comme d'autres fait essentiellement de l'argent en placant la trésorerie des co poropriétés qu'il gère surtout avec l'argent des locataires? avec le montant des honoraires d'agence! Mais on se marre! Surtout quand on sait que dans beaucoup de cas, le locataire paie en fait pour avoir été recherché! @wolfgangamadp - Mais être propriétaire en copropriété, ça demande beaucoup de boulot et soin surtout quand on est bailleur; et beaucoup de ceux qui investissent et sont donc propriétaires en sont tout simplement incapables, ce qui permet à des Foncia de prospérer sans beaucoup de contrôle de ses clients. D'autres dont moi pensent sagement qu'il vaut mieux attendre la fin de vie pour être propriétaire et surtout faire autre chose de son argent!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Davy

François Davy est Président du groupe Foncia. Leader européen des services immobiliers résidentiels, Foncia est présent en France, Suisse, Allemagne et Belgique. Il emploie près de 7000 collaborateurs dans plus de 500 agences. Le site de François Davy : http://www.francois-davy.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€