Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Qu'est-ce que nos smartphones pourraient bien faire de plus ?

Distancé par ses concurrents, Blackberry mise tout sur le lancement de deux nouveaux modèles Blackberry 10, sans pour autant proposer de véritable innovation technologique.

Toujours plus loin !

Publié le 31 janvier 2013
 
On rentre dans une innovation plus de continuité que de rupture car le marché s’est concentré autour principalement de Samsung Electronics et Apple qui réalisent à eux deux environ 50 % de part de marché dans le monde

On rentre dans une innovation plus de continuité que de rupture car le marché s’est concentré autour principalement de Samsung Electronics et Apple qui réalisent à eux deux environ 50 % de part de marché dans le monde Crédit Sony

Atlantico : La révolution smartphone s'est appuyée sur trois piliers : une connexion permanente à Internet, une interaction facilitée par le tactile et la puissance des applications. Aujourd'hui, les lancements de nouveaux appareils se multiplient sans pour autant offrir de nouvelles innovations. Que peut-on encore attendre des smartphones ? 

David Fayon : Les innovations vont se réaliser à trois niveaux :  le matériel, le logiciel et les données. Sur le smartphone lui-même ( l’ergonomie en particulier des smartphones souples qui pourront se ranger dans la poche), la facilité d’utilisation et la résistance aux conditions climatiques extrêmes), tout en évitant une trop grande robustesse afin de perpétuer le renouvellement du smartphone par le consommateur.

Au niveau du logiciel, il y aura des fonctionnalités liées à la 3D, à la réalité augmentée, à l’hyperconnexion avec avec une série d’applications, et surtout la notion grandissante de sécurité : actuellement les smartphones sont très peu sécurisés (antivirus faibles, mots de passe courts ou inexistants...), ce qui pose un problème de protection des données, d’autant plus que le smartphone peut dorénavant être utilisé comme mode de paiement.

Le smartphone va pouvoir faire office de trois usages : comme moyen de paiement électronique avec les technologies NFC, comme clé pour ouvrir son domicile ou sa voiture et aussi comme outil d’authentification de la personne, sorte de carte d’identité.  Il y a donc une convergence de ces clés en un seul et même outil, le smartphone va devenir un objet de convoitise et un système de sécurité devra être mis en adéquation. 

Pourquoi ne note-t-on plus d'innovation radicale, mais seulement une innovation incrémentale (qui ne bouleverse ni les conditions d'usage ni l'état de la technique, mais qui y apporte une amélioration sensible ?)

On rentre dans une innovation plus de continuité que de rupture car le marché s’est concentré autour principalement de Samsung Electronics et Apple qui réalisent à eux deux environ 50 % de part de marché dans le monde. L’innovation va être lente, guidée par des considérations marketing. 

Comment justifier la hausse constante des prix des smartphones alors qu’aucune idée créatrice de valeur n'est mise en jeu ?

Il n’y a pas vraiment une hausse des prix des smartphones. Avant, les opérateurs télécom proposaient pour une somme très faible le smartphone et se rattrapaient sur l’abonnement avec un forfait cher. Maintenant, avec l’arrivée de Free dans la téléphonie mobile, les modèles économiques sont repensés, plusieurs grands opérateurs ont lancé leur marque low-cost , notamment Bouygues, SFR et Orange. Le smartphone est moins souvent offert et est plus souvent à choisir en catalogue, selon sa communauté ( comme l'a été Blackberry chez les cadres dirigeants  ..). 

Quel produit pourra venir les remplacer ?  

Je pense qu’on va assister à une hyper-segmentation des usages : les PC fixes et mobiles vont souffrir, notamment avec la vente des tablettes qui les dépassent déjà dans beaucoup de pays. Mais le smartphone va rester, avec notamment des positionnements hybrides comme celui du Mini Ipad, entre le smartphone et la tablette. On va aussi avoir l’apparition d’objets communicants reliés à Internet comme le tableau de bord ou son frigo, sa montre ou même ses vêtements. 

                                                                                                                                                                                                                      Juliette Mickiewicz

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par géodith - 31/01/2013 - 18:38 - Signaler un abus C'est simple !

    le repassage ...

  • Par pidmerd - 31/01/2013 - 13:21 - Signaler un abus RIEN

    que du fric grâce à tous ceux qui seront assez bêtes pour les acheter. Toutes les soit-disantes nouvelles technologies ne sont que pure arnaque. En matière de logiciels de bureautique par exemple, les différentes versions imposées aux entreprises n'ont jamais amélioré les performances du travail . Il s'agit à chaque fois, et uniquement de présentation différente (grandes icones à la place des petites, listes déroulantes à la place des barres d'outils). Ces modifications parfaitement inutiles reviennent simultanément par période de 5 ans (quand les listes déroulantes disparaitront, elles seront remplacées par ... des barres d'outils et ainsi de suite). Bref un peu comme la mode, rien de créatif mais un éternel recommencement destiné à faire fonctionner la pompe à fric grâce notamment à ceux qui ont des problèmes de mémoire.

David Fayon

David Fayon est directeur de projets SI au sein du groupe La Poste et membre de l'association Renaissance Numérique. Il est l'auteur de Web 2.0 et au-delà (Economica, 2è éd., 2010) et Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 2010), de Réseaux sociaux et entreprise : les bonnes pratiques (avec Christine Balagué Pearson, 2011) et de Développer sa présence sur Internet (avec Camille Alloing Dunod, 2012).

Il vient de publier Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? aux éditions Economica.

Il anime enfin le site davidfayon.fr, sur l'actualité du Web et du numérique.

Voir la bio en entier

Fermer