Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 03 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Qatar : ce qui s'est vraiment joué avec le changement soudain d’émir

L’annonce à la télévision qatarienne de la démission de l'émir Sheikh Hamad bin Khalifa Al Thani au profit de son fils de 33 ans le 25 juin marque un changement stratégique dans la région.

Succession

Publié le
Qatar : ce qui s'est vraiment joué avec le changement soudain d’émir

Si tout cela s’avère exact, le transfert du pouvoir du père au fils serait effectivement annonciateur d’un changement stratégique et pas seulement tactique. Crédit Reuters

Annoncée dès le 5 juin dernier par l’hebdomadaire Le Point uniquement, l’éclipse de l’émir du Qatar au profit de son fils était un secret de polichinelle…bien gardé. Comme si les intrigues de cour à Doha relevaient de la Raison d’Etat en France, à l’instar des manœuvres à la Cour de Louis XVI jadis et naguère !

Tout le monde savait mais personne ne voulait prendre le risque de le dire avant l’annonce officielle des autorités qataries. C’est désormais officiel depuis mardi 25 juin 2013. Dans un communiqué, le palais a en effet précisé que les Qataris sont invités mardi et mercredi à "prêter allégeance à son altesse cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, comme émir du pays".

Cheikh Hamad  Ben Khalifa Al-Thani a donc abdiqué au profit de l’un de ses nombreux fils, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. C’est une bonne nouvelle pour les sujets de sa majesté, et pour le PSG dont il est le propriétaire ! Agé de 33 ans, le nouvel homme fort de cette oligarchie qui a 42 ans d’existence est donc un homme jeune, passionné de football et diplômé de l’Ecole militaire de Sandhurst au Royaume-Uni. Seraient-ce des qualités et des indications suffisantes pour présager d’un grand changement politique au Qatar ? Un basculement vers la démocratie ? Un printemps arabe à la qatari ?

La réponse est à chercher dans les raisons qui ont poussé l’émir déchu à abdiquer le pouvoir au profit de son fils. Si on laisse de côté la maladie diplomatique qui ne trompe personne, il y a à mon sens deux raisons essentielles. Primo, son échec cuisant en Syrie. Il y a deux ans, il avait promis à ses alliés occidentaux que le régime de Bachar Al-Assad ne tiendra pas six mois. Secundo, la marge de manœuvre qu’il s’est octroyée dans l’appui aux islamistes, dépassant ainsi le seuil de tolérance américain. C’est que le Qatar est allé trop loin dans le soutien financier et militaire à des salafistes qui sont encore considérés par l’administration américaine comme étant des groupes terroristes. Notamment Al-Qaïda, et pas seulement en Syrie, mais en Irak, en Libye, au Mali et en Somalie.

Des indices viennent renforcer cette hypothèse. Avant même son intronisation officielle ce mercredi 25 juin, le nouvel émir cheikh Tamim a pris trois décisions en rupture avec les orientations politiques de son père. Il a "invité" le chef du Hamas, Khaled Mechaal, et cinq autres de ses compagnons à quitter le Qatar pour l’Egypte. Il a limogé le puissant Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, cheikh Hamad Ben Jassem, qui cumulait ces deux fonctions depuis 2007. Il a mis fin à l’activisme tous azimuts de Qatar Charity, qui, selon certains rapports des services occidentaux, a parfois confondu travail humanitaire et assistance logistique aux terroristes, aussi bien dans certains pays arabes qu’en Afrique. Selon certains quotidiens libanais, il aurait même retiré la nationalité qatarie à Youssef Qaradaoui, prédicateur officiel d’Al-Jazeera et guide spirituel du wahhabisme qatarien nonobstant son appartenance aux Frères musulmans !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par léonard simon - 28/06/2013 - 08:15 - Signaler un abus Si ces propos sont exacst

    Si ces propos sont exacst c'est une bonne nouvelle. Est-il vrai que le nouvel émir est proche de Sarko ?. Ne serait-ce pas pour ridiculiser un peu plus François-Pépère 1er dit le benêt intelligent, l'homme de la transparence qu'on ne voit plus ?

  • Par ntzsch - 28/06/2013 - 14:56 - Signaler un abus Est-il vrai que le nouvel émir est proche de Sarko ?

    @léonard simon, Sarkozy, en tout cas, se flattait d'être proche de l'ancien. Il l'a fait bénéficier de substantielles déductions fiscales et l'actuel gouvernement s'est bien gardé d'y toucher.

  • Par Ravidelacreche - 28/06/2013 - 15:04 - Signaler un abus le changement soudain d’émir

    Quoi !!! L’émir du coït est devenu l’émir du queutard ...Eh béeee!

  • Par le Gône - 28/06/2013 - 15:57 - Signaler un abus Il est trop fort "pépère 1er"

    Visite officielle , comme a son habitude couille molle en jette !! cravate de travers, faux plis au pantalon, discours imbécile, et tout ca avec le pére qui abdique 2 jours plus tard! quel con ce Président c'est pas croyable

  • Par Le Lampiste - 28/06/2013 - 16:55 - Signaler un abus Prudence.

    L'éviction des responsables d'un échec permet au système de s'affranchir de sa responsabilité. Fusibles à haut niveau, car l'échec est cuisant et pourrait déclencher une perte de crédibilité, d'où un risque de troubles ou surtout de révolution de palais. N'oublions pas Iznogoud.... Cela ne signifie pas forcément un changement des objectifs, si cela donne l'impression d'un changement de stratégie. La prudence voudrait qu'on prenne des distances en attendant de voir quelles seront les modifications réelles, sur le terrain. Surtout que l'échec en Syrie apparait patent. Ça, ce serait vraiment étonnant, vu le niveau chez nous... et qu'on a voulu se ranger du côté des extrémistes islamiques les plus fanatiques arriérés. Question d'intelligence, suffit pas d'avoir un crâne d'oeuf bien lisse.

  • Par gliocyte - 28/06/2013 - 20:50 - Signaler un abus Monsieur Amir-Aslami

    Pour avoir lu attentivement vos propos, et regrettant d'ailleurs de ne pas avoir eu de réponses aux questions que je vous ai posées, je reste circonspect. Tous vos propos, jusqu'alors,n'ont été que pour plaider la cause de l'Islam, avec des arguments parfois tendancieux. Permettez que votre joie à l'annonce de cette excellente nouvelle pour vous, ne soit pas reçue avec autant d'enthousiasme que le vôtre. Je reconnais volontiers que les Qataris sont très intelligents et très fins, aussi je me permets de penser qu'ils peuvent aussi passer en dessous ce qui était trop voyant quand il était au dessus.

  • Par Grwfsywash - 29/06/2013 - 00:03 - Signaler un abus @ Gône - 28/06/2013 - 15:57

    Vous avez raison pour Hollande, mais enfi: mieux vaut Quatar que jamais!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€