Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Qatar au ban des accusés à Paris

Depuis deux semaines, une très grave crise diplomatique et économique oppose le Qatar à ses voisins « partenaires-ennemis » du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis en tête) et à l’Egypte anti-islamiste du maréchal-président Al-Sissi.

Tous contre un

Publié le

Dans le dernier panel consacré à l’« Etat des lieux, aux finalités et à l’avenir des investissements qataris en France », et dans la suite de la communication de Philippe Kemel, Vanessa Ratignier, co-auteure avec Pierre Péan de « Une France sous influence – quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu » (Fayard), a insisté sur la complicité intrinsèque de certains hommes politiques français, de gauche comme de droite, avec les réseaux de corruption qataris. Emmanuel Razavi, grand reporter et réalisateur de plusieurs documentaires télévisés sur le Qatar, a fait un brillant exposé sur la psychologie « très particulière et schizophrénique » du régime qatari.

Il en sait quelque chose, lui qui prépare un livre-témoignage choc sur le Qatar où il a vécu plusieurs années en y dirigeant une des filiales du groupe Al-Jazira dont il a pu constater l’infiltration par les Frères musulmans.

La conclusion générale de ce colloque - qui s’est tenu à la Maison de l’Amérique Latine - revenait à son maître d’œuvre, Mezri Haddad, diplomate et philosophe connu pour sa dénonciation des Frères musulmans, du Qatar et qui ne cesse de dénoncer la compromission des pays occidentaux avec les forces islamistes totalitaires au détriment des régimes nationalistes arabes : « Nous le savons depuis bien longtemps, mais maintenant que les faits sont établis et que des preuves existent sur l’implication du Qatar dans le soutien et le financement des réseaux islamo-terroristes, on ne peut plus faire semblant de ne pas savoir ni se contenter de dénoncer. Il faut désormais instruire, traduire les dirigeants de cet émirat devant une juridiction pénale internationale et les faire condamner pour terrorisme et même pour crimes contre l’humanité en Syrie », a affirmé Mezri Haddad, président de CIGPA, prestigieux Think Tank qui s’est illustré ces dernières années par son combat sans merci contre le Qatar et ses réseaux des Frères musulmans en France et ailleurs dans le monde. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par C3H5.NO3.3 - 28/06/2017 - 14:17 - Signaler un abus combien ?

    Combien de politiciens français ont été achetés, et à quel prix ?

  • Par ANALYST85 - 28/06/2017 - 14:41 - Signaler un abus INVITE

    Merci Monsieur Del VALLE. Documenté, charpenté, clair et précis, c'est toujours passionnant. Monsieur Jack LANG était-il invité?

  • Par ISABLEUE - 28/06/2017 - 16:52 - Signaler un abus Monsieur Del Valle

    Sarkozy n'a pas inventé les "faveurs fiscales" pour les qataris. Cela existe depuis des lustres pour d'autres pays. Cela s'appelle la Haute Courtoisie Internationale à Bercy

  • Par ISABLEUE - 28/06/2017 - 16:55 - Signaler un abus Sinon article excellent

    "Nos amis les émirs" arrosent depuis des lustres nos serviles politiciens. Je rajoute qu'il faudrait interdire cette coupe du monde où tant d'ouvriers sont morts, à travailler en plein soleil, comme des esclaves.

  • Par Liberte5 - 28/06/2017 - 19:09 - Signaler un abus Alexandre del Valle nous apporte encore une fois, tous

    les éléments permettant de pointer, preuves à l'appui, le rôle majeur du Qatar dans le financement et l'aide aux mouvements terroristes. Que beaucoup de politiciens Français aient été corrompu par cet État, plus de doute possible.Aujourd'hui,comme le dit Mezri Haddad, président de CIGPA,il faut conduire devant une juridiction pénale internationale. Quel parti en France prendra la tête de ce combat.

  • Par vangog - 29/06/2017 - 00:05 - Signaler un abus L'ennemi est désigné! Fin de la politique gauchiste

    munichoise de compromission foireuse...et on passe à l'attaque, car il n'y a plus à tortiller! La meilleure façon de se débarrasser d'un nid de vipères est d'y mettre le feu...en plus, y'a du gaz partout, facile!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€