Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 26 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Purification sociale : Anne Hidalgo présente sa capitale toute en métro, vélos, bobos, fachos

Lentement mais sûrement, le chaos routier s’installe à Paris comme la ville n’en avait probablement plus vu avant que Haussmann n’intervienne massivement.

Boulot vélo dodo

Publié le
Purification sociale : Anne Hidalgo présente sa capitale toute en métro, vélos, bobos, fachos

Article initialement publié sur le blog Hashtable

Partout en France, c’est la rentrée. Pour certains, ce sera l’occasion de longuement tester la qualité du rail SNCF sur la LGV Bordeaux-Paris : la ville de Juppé n’étant plus qu’à deux heures de la capitale, certaines familles ont décidé de s’installer à Bordeaux plutôt que continuer à supporter la vie parisienne et ses aléas de circulation. En revanche, pour les Franciliens (assumés ou obligés), les galères continuent de s’empiler.

Il faut dire que la mairie a vraiment mis les petits plats dans les grands : Anne Hidalgo, obstinément décidée à rendre infernale la vie des navetteurs, s’est attelée à créer à chaque rentrée de nouveaux obstacles et embarras de circulation pour la voiture, ce moyen de transport qu’elle honnit pour les autres (mais qu’elle laisse pratiquer à son chauffeur avec assiduité).

Et, soyons honnête, elle réussit plutôt bien cette mission : lentement mais sûrement, le chaos routier s’installe à Paris comme la ville n’en avait probablement plus vu avant que Haussmann n’intervienne massivement ; lorsqu’on place le dogmatisme et l’idéologie en position de pouvoir, on obtient toujours des résultats phénoménaux et la jolie progression de Paris dans le palmarès des capitales les plus sales et les plus embouteillées doit beaucoup aux efforts déployés par l’actuelle socialiste.

Mais voilà : ce qui semble la réjouir provoque quelques petits prurits auprès d’une population de plus en plus large. Apparemment, les visées écologico-boboïdes et la syntonisation précise de la capitale avec Gaïa par le truchement de ses joyeux cyclomanes entraînent de fâcheux effets de bord. Certes, on ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs (bios, bien sûr), mais l’omelette prend des proportions inquiétantes.

Surtout depuis la fermeture aux voitures des voies sur berge pour permettre à des millions de frétillants cyclistes (avec ou sans moule-burnes en lycra) de s’égayer dans la capitale : la disparition d’artères pourtant très fréquentées entraîne des bouchons de plus en plus compacts et multiplie les temps de trajets pour les automobilistes. Au passage, les chauffeurs de taxi, les livreurs ou les coursiers se retrouvent directement impactés par ces nouvelles dispositions : combien ces mesures vont-elles directement sucrer d’emplois ? Ne vous inquiétez pas : celui d’Anne Hidalgo n’est en tout cas pas menacé.

Mais le constat reste : ça grogne très fort chez les usagers, au point que certains ont même poussé l’impudence jusqu’à s’en ouvrir, directement, auprès de la responsable de ce foutoir magistral, ce qui a eu le don de tout l’agacer.

Parallèlement, l’opposition politique, ici facilement incarnée par Valérie Pécresse, patronne de la région Île-de-France, s’est réveillée pour réclamer des parkings. Les passes d’armes entre la maire et la présidente sont, comme d’habitude, une excellente illustration du cynisme politique appliqué aux transports routiers : ni l’une, ni l’autre élue ne semblent en mesure de trouver une solution à un problème dont l’issue aurait pu (dû) être planifiée depuis des mois, et dont la source repose essentiellement sur l’idée aussi sotte que grenue qu’on peut débarrasser Paris de ses voitures, de préférence en écrabouillant les classes laborieuses dans l’opération.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par patafanari - 09/09/2017 - 11:39 - Signaler un abus Les provinciales

    Gloire à toi!, oh! Anne Hidalgo! qui fait souffrir les parigots, têtes de veaux, imbus d'eux-mêmes, Continue donc, belle andalouse, pour nous tu n'es pas un problème, mais de Paris la tendre épouse.

  • Par patafanari - 09/09/2017 - 15:40 - Signaler un abus Variation marseillaise

    Continue donc, belle ibère, pour nous tu n'est pas un problème, mais de Paris la bonne mère.

  • Par Atlante13 - 09/09/2017 - 19:38 - Signaler un abus Elle est socialiste, elle est de gauche,

    elle l'a toujours dit, a fait carrière en politique, et a toujours montré ses limites. Elle s'emploie à transformer la capitale en bidonville, et ma foi y réussit fort bien, mais passe ses journées avec les plus grands magnats de la finance de France, avec ses facho-gauchos. Et dans 30:40 ans l'Ile-d'Afrique englobera Paris. Mais rien à dire, les parisiens l'ont choisie.

  • Par vangog - 10/09/2017 - 00:50 - Signaler un abus Je connais un bled à 550 km de Paris...

    où il ne passe pas de voiture trois jours durant. Ce bled cherche un maire. Une Maire qui a déjà servi pourrait quand-même faire l'affaire...

  • Par Poussard Gérard - 10/09/2017 - 08:42 - Signaler un abus purification banlieusarde aussi

    Car cette ayatollah des bobos ne veut a Paris que des blancs cadre supérieur gays et veut éliminer les autres.... Lamentable. ..

  • Par Paul Emiste - 10/09/2017 - 13:19 - Signaler un abus Ludwig von Mises

    Le socialisme est monopoleur. Entre autres monopoles, il prétend constituer celui de l'intelligence et de l'humaine bonté. La doctrine la plus informe, la plus indigente, la construction théorique la plus anémique, le raisonnement le plus plaisant, se parent de prestiges, lorsqu'ils peuvent revêtir l'uniforme socialiste.

  • Par jurgio - 10/09/2017 - 13:49 - Signaler un abus À Paris, en vélo...

    Je me prends pour un facho À Paris, en vélo Je suis le roi des bobos

  • Par Deudeuche - 11/09/2017 - 09:42 - Signaler un abus Brave gens fuyez cet endroit

    Et réfugiez vous en France, loin de cette sorte de ville!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€