Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Aveugles et sourds : il est temps de poser la question de la responsabilité des dirigeants du groupe PSA Peugeot Citröen

Ce vendredi, les ouvriers de PSA ont manifesté à Metz et Rennes suite à l'annonce du plan social de l'entreprise de supprimer 8000 emplois. Cette polémique a entrainé une multitude de réactions de la part du gouvernement Ayrault qui demande des "explications". PSA est en situation d'échec, à cause des erreurs de ses dirigeants. Quelques conseils pour qu'elle se relève.

Patron / syndicat

Publié le 14 juillet 2012
 

Le Mouvement Ethic estime que la question du droit à l’échec d’un chef d’entreprise s’est posée dans le cas PSA. La réalité c’est que depuis un certain temps les présidents successifs du directoire de PSA se sont trompés du moins sur la stratégie, dans la course à la compétitivité mondiale. Qui peut être considéré comme responsable de la stratégie sinon le président ? Un président du directoire à la tête d’un tel groupe se doit d’avoir une vision. Il est même payé pour cela, et cher.

PSA n’a pas vu venir la fin du diesel, n’a pas su s’adapter aux marchés émergents, n’a pas créé de modèles qui suscitent l’enthousiasme, n’a pas choisi le niveau de ses gammes automobiles. Que peut-on contre l’erreur, qui est par définition humaine ?

Les erreurs de PSA :

1. Trop de dépendance vis-à-vis du marché français.

2. L’export. La géographie des ventes a changé : 15 millions de voitures vendues chaque année en Chine, contre 12 en Europe. Peut-on vendre des véhicules en Chine quand ils sont produits en France? 

3. Le marché s'est creusé au centre. Il existe de moins en moins de place pour les modèles de moyenne gamme (à la française) en raison de la concurrence des constructeurs asiatiques et de la perte de pouvoir d'achat des classes moyennes françaises sur les marchés dominants de PSA. 

Oui, les dirigeants de PSA ont été aveugles et sourds. Mais tout comme les gouvernements et les syndicats, qui auraient du comprendre que la conquête de nouveaux marchés supposait des délocalisations.

Aujourd’hui, que peut-on faire ?

  • Réinjecter de l’argent de l’État ? Non.
  • Changer de président ? C’est au conseil de surveillance de se prononcer et de valider les conditions de son licenciement, qui, au nom de l’exemplarité, devrait être pour le moins sévère.
  • Accepter l’inacceptable, et savoir que la fermeture d’un site est la seule garantie pour garder des emplois.

La question des sous-traitants est tout aussi dramatique mais moins médiatique. Ce sont eux qu’il faut aider car d’autres emplois « invisibles » sont en jeu. Il faut accepter la souplesse d’ajustement des licenciements faute de voir d’autres entreprises disparaitre.

L’État doit faire passer la pédagogie avant la démagogie. C’est la condition de l’adaptation de notre économie à l’implacable concurrence.

Si l’on veut que PSA reste une fierté nationale, il faut avoir le courage de tout changer, au prix d’une restructuration drastique. La destruction créatrice est inévitable, c’est la règle cruelle du « marché », inéluctable pour une croissance économique.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par iznogoud - 16/07/2012 - 09:46 - Signaler un abus Prime à la casse, la fausse bonne idée.....

    Dans le diagnostic il manque la "prime à la casse" : comme toute subvention, elle nous a coûté cher (c'est nos impôts cette prime !), et comme elle a soutenu les ventes de modèles invendables sans elle, elle n'a servi qu'à retarder les transformations indispensables, les rendant plus douloureuses encore. Sans elle il y auraient eu des licenciements plus tôt, mais il y en aurait moins eu !

  • Par le Gône - 16/07/2012 - 00:09 - Signaler un abus Comme c'est simple..avec Mme De Menton..

    surtout quand on regarde toout ca par le petit bout de la lorgnette franchouillarde..apres coup il est si facile de dire "y'a qu'a faut qu'on"...allez Madame continuez a jouer avec votre SVP ringard et a amuser la galerie sur RMC..et laisser les grands industriels prendre des décisions qui engagent des milleirs d'emplyés.

  • Par bobocleaner - 15/07/2012 - 15:49 - Signaler un abus faudrait savoir

    si Varin a pas fermé assez vite Aulnay il est incompetent et quand il veut fermer Aulnay il est pas jusitifié à le faire
    Et si on laissait justement le conseil de surveillance de Peugeot en décider ? qui est Sophie de Menthon pour juger de cela ?
    Elle siégeait au comité de Direction de Peugeot quand les discussions stratégiques et notamment le plan de recomposition du disposittf industriel ont été tenues ?
    Quelle compétence particuliére a t elle pourapprécier si la vitesse a laquelle cette adaptation s'est fate ne lui a pas été prescrite par ses actionnaires de référence.
    qui rappelle que ce dirigeant a pris il y a peu à l'échelle industrielle ses responsablités
    et Madame de Menthon se présente comme représentant les entreprises et les dirigeants ...
    elle tient les propos légérement édulcorés des politiciens
    que l'UIMM nous préserve de ce genre de "représentants" pour les entreprises !

  • Par maty - 15/07/2012 - 11:09 - Signaler un abus incapables

    ces journalistes, lors de l'itw n'ont pas capté qu' Hollande à côté de la plaque sur le dossier psa... Hollande dit il ne laissera pas faire psa pour ne pas faire comme Jospin, "l'état ne peut pas tout faire" nous savons ce que cela lui a couté. L'ancien gouvernement aide psa depuis 2009, le chomage partiel payé à 90 % mis en place par Bertrand.. aidé avantageusement les ouvriers en période de crise, ils n'ont perdu que leur prime de déplacement .. Certains sites de psa font comme les patrons allemands se concertent et travaillent ensemble. ces salariés ont admis des efforts ce que Aulnay et Sochaux, cgt majoritaires ont refusé, ces derniers viennent d'accepter les conditions du directoire de psa.. sans doute on til vu que leurs grèves et leurs arrets de production sur des chaines de montage ont couté chers à l'entreprise.. Chazal et Delahoussse beni oui oui devant leur monarque n'ont pas tiqué non plus que les 5 mds l'état a perçu de les 950 millions d'euros la gauche a force de critiquer, taper sur le gouvernement ne connait rien du chomage partiel il veut lancer le système mis en circulation depuis des années

  • Par cloberval - 14/07/2012 - 23:36 - Signaler un abus L'Europe peut produire 20 millions d'automobiles

    elle en vendra 12 millions en 2012.
    Si Peugeot est en surcapacité ils ne sont pas seuls dans ce cas.

  • Par mistral30 - 14/07/2012 - 21:24 - Signaler un abus Ca fait trop longtemps que

    Ca fait trop longtemps que vous n'avez plus mis les pieds dans une entreprise ....
    retourner avec vos copains socialistes a la radio et ailleurs et arrêter de parler de choses que vous ne connaissez pas

  • Par eheime - 14/07/2012 - 20:33 - Signaler un abus Peugeot a été bien dirigé et continue a l'etre

    La stratégie a été bonne jusque là. La preuve ? Ils existent encore alors que l'Angleterre a perdu toutes ses marques. La seule erreur de Peugeot , c'est de maintenir des emplois dans ce pays de cinglés où l'Etat se permet de "demander des explications" alors qu'il ferait mieux de s'occuper de son propre travail éxécuté de façon pire que lamentable. Quant à Madame de Menthon, malgré certaines compétences dans le domaine entreprenarial (contrairement au gouvernement) elle se permet de juger un peu vite à mon avis : l'automobile est un marché particulier, complexe, changeant, nécessitant de lourds et longs investissements. Les choix fait par Peugeot n'étaient peut-être pas les meilleurs, mais ils étaient loin d'être stupides. De plus, en virant 8000 personnes, ils montrent qu'ils réagissent à temps, avant de se laisser emporter. Donc l'équipe dirigeante n'est pas mauvaise. Enfin, tout le monde sait que la suppression de ce site en particulier n'est pas du au hasard. Si on ajoute la conjoncture et la politique résolument antivoiture (vitesse, retraits de points à tout va, parkings, création volontaire de bouchons, etc ...) il est clair que c'est la bonne décision.

  • Par pithylion - 14/07/2012 - 19:56 - Signaler un abus Excellent.

    Tout est dit et bien dit.

  • Par Nico Attal - 14/07/2012 - 19:32 - Signaler un abus Aveugles et sourds les dirigeants de PSA?

    Rien n'empêche les commentateurs qui n'ont que cela à dire de rester muets!

  • Par NiCoRe - 14/07/2012 - 19:32 - Signaler un abus Pendant ce temps...

    PSA s'est planté sur sa stratégie et la famille Peugeot a écarté toutes les alliances industrielles au fil des ans. Elle est victime du manque de vision stratégique. Mais...
    Le groupe Renault dont un des actionnaires de référence est l'état investit dans des usines à l'étranger et fait dans le low cost.
    On entend moins le ministre de l'ineptie improductive et Ban Kim Flamby sur la nécessité de mettre au pas cette entreprise antisociale pour réindustrialiser la France.
    Ceci dit avoir Mollusque premier président ca n'a pas de prix, ca aura juste un coût que nous aurons tous (ainsi que nos enfants) à payer...
    Bienvenu en République Populaire de Hollandie

  • Par patagonie - 14/07/2012 - 17:42 - Signaler un abus et oui !!!

    bien vu arny
    les chefs d'entreprise sont tous à mettre au pilori dans ce pays pourri qu'est la france....
    et bien que les chefs d'entreprise se mettent en grève, comme ça on ne leur reprochera plus rien

  • Par Arny - 14/07/2012 - 17:27 - Signaler un abus La belle affaire! (suite)

    L'Europe, qui pour l'instant ne sert qu'à légiférer à outrance et à renflouer les caisses des banques sur le dos de ses gentils contribuables, ferait mieux d'apprendre à protéger son marché intérieur et extérieur. La Chine et les autres pays émergents ne tiennent que parce-que les USA et l'Europe tiennent. Oui la Chine rachète de la dette Américaine et Européenne parce-qu'elle sait que si nous n'achetons plus chinois, qui le fera? Sarkozy (rip) parlait à la fin de son mandat de rééquilibrage du rapport de force face à la Chine (taxes, droits, etc.). Certains diront que le protectionnisme est néfaste... Je leur répondrai: allez visiter les usines étrangères implantées en Chine, mais de nuit. Vous y verrez à l'heure où elles sont sensées être endormies le système chinois de contrefaçon, de vol de brevets en plein travail.
    Bref, le sujet est vaste... Je pense donc qu'une entreprise qui espère être protégée par son pays et par l'Europe (?) pour un marché loyal ne fait pas d'erreur puisque c'est le job des gouvernants. On veut jeter l’opprobre sur les patrons de PSA parce-qu'ils attendaient ce que toutes les entreprises attendent de ces élus de pacotille? La belle affaire!

  • Par Arny - 14/07/2012 - 17:02 - Signaler un abus La belle affaire!

    Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)... la bonne affaire, en quoi Peugeot est une entreprise à taille humaine? Bref!
    A lire l'article, il faudrait condamner les dirigeants de Peugeot à la bastonnade, comme si aucune des autres entreprises du CAC 40 ne tirait la langue en voyant sa profitabilité chuter. Oui, il y a eu des erreurs de stratégies de la part des dirigeants et non ils ne sont pas les premiers à blâmer.
    Les patrons d'entreprises souffrent non seulement d'un contexte de crise, mais surtout d'une concurrence déloyale qui laisse de marbre le gouvernement. Non seulement la Chine, pour ne parler que d'elle, produit à moindre frais, mais elle biaise le marché mondial en faisant pression sur les taxes à l'importation, elle invite les entreprises étrangères sur son sol pour s'approprier les brevets et ainsi copier nos avancées, etc (cf: EADS, et tant d'autres). Peugeot n'a jamais souhaité offrir sur un plateau sa technologie et maintenant on le lui reprocherait presque de ne pas l'avoir fait? Et l'Europe?

  • Par patagonie - 14/07/2012 - 16:52 - Signaler un abus LUCIDE SOPHIE DE MENTON

    Comme toujours SDM est trés lucide mais à mon sens pas assez pédagogique et pas assez agressive.
    Aurait-elle des liens avec ce gouvernement?
    Je m'explique : une société privée est une société privée, rien à voir avec Air France par exemple et en aucun cas l'état n'a à s'ingérer dans des affaires privées. Combien PSA a -t-il payé d'impots pendant des dizaines d'années, et pourquoi ne dit-on pas que le prêt que lui avait fait l'état a été remboursé et que l'état à gagner de l'argent sur cette opération? Quant à l'argent des créateurs d'entreprises, ils en font ce qu'ils veulent.
    Si l'on en croit le gouvernement, si l'on en croit les syndicats, si l'on en croit tous les médias, tous ces gens là laissent à penser que tous les dirigeants virent leurs employés par plaisir et pour s'en mettre encore plus dans la poche. CELA EST ENTIEREMENT FAUX, et il faut le hurler.
    PSA joue sa survie, consolide sa présence pour les années à venir.
    D'ailleurs le président ( puisqu'il faut l'appeler ainsi ) ne répond pas sur le fléau des charges sociales et sur les nouvelles taxes aux entreprises.
    Sophie de Menton, nous avons besoin de votre lucidité, les GG sont trop mous et trop consensuels.

  • Par sam84 - 14/07/2012 - 15:02 - Signaler un abus Si je vous comprends bien

    Peugeot est coupable a vos yeux de n'avoir pas délocalisé pour fabriquer des véhicules low cost Pitoyable pitoyable Les dégâts et les conséquences , de la mondialisation nié a ce point ,c'est plus que navrant ,c'est pitoyable

  • Par ZOEDUBATO - 14/07/2012 - 15:01 - Signaler un abus FH a la même mentalité que la CGT : tuer l'entreprise plutôt

    que de perdre un pouvoir et une source de financement
    Le grand tort de PSA a été de vouloir pratiquer le patriotisme industriel en maintenant des fabrications en france (alors que la RNUR délocalisait)
    Un plan social se prépare longtemps à l'avance mais le Président SARKOZY avait réussi à le faire suspendre grâce à la TVA anti-délocalisation qui baissait le coût du travail
    L'annulation de ces dispositions, l'augmentation des prélèvements sociaux et des impôts ont fait basculer dans le rouge les 2 usines les moins performantes car tout effort de productivité étaient bloqueés par les syndicats qui ne voulaient perdre ni pouvoir ni financements
    Refuser le plan social c'est conduire PSA à ne plus être à la hauteur de compétition internationale.
    Comme le personnel licenciés va être pris en compte par les aides et assurances, plutôt que de consacrer des sommes importantes à ce soutien ne pourrait-on pas s'en servir pour baisser les coûts de fabrication et redevenir compétitif sans prise de participation Etatique (quitte à compléter les économies sur l'aide social par des économies structurelles sur les budgets dévoreurs de moyens) ?

  • Par kim yong zéro - 14/07/2012 - 14:49 - Signaler un abus nimporte awak

    en quoi peugeot est il coulé?l'entreprise possède des montagnes de cash.la surcapacité en europe touche tous les constructeurs(bientot mercedes et bmw)il est normal de fermer une usine dans ce cas.en quoi est ce un drame national?tous les jours il y a 1000 chomeurs de plus et on n'en fait pas une catastrophe de ceux la,pas question que l'etat les aide.alors deux poids deux mesures?

  • Par Rhytton - 14/07/2012 - 13:52 - Signaler un abus "Quand on n'a pas de courage, on est toujours puni" (R. Barre)

    A l'heure de la globalisation, avec un lion qui craint de sortir de sa taniere pour satisfaire comme les autres ses appetits internationaux, ca craint. Enfin on n'a que ce qu'on merite, nous voila a preparer l'eloge funebre de la marque: si seulement Peugeot avait pense a se diversifier comme Yamaha ou Honda dans les activites moteurs pour rentabiliser des brevets y ayant trait! Le constructeur fabrique bien des moulins a poivre et des deux-roues: pourquoi pas des moteurs de hors-bord, du matos agricole, des eoliennes ou des maremotrices, bref des trucs dont nous aurions besoin quotidiennement en France via la police maritime, nos agriculteurs et EDF? C'est de la croissance horizontale qu'il faut pour sauver Peugeot.
    N'etes vous pas choquee de tondre le gazon de votre propriete sur un John Deere? J'habiterais en France, je ferai comme Hessel, je m'indignerai de ne pas voir de tondeuse Peugeot... Bon d'accord, il y a Outils Wolf mais comme c'est Alsacien, ca a failli compter pour du beurre.

  • Par maty - 14/07/2012 - 13:17 - Signaler un abus resuite

    Varin a eu tort d'être plus optimiste pour la crise européenne.. Il l'a annoncé dans les sites, la crise européenne a plombé une partie des ventes et de leurs investissements. Psa a perdu en espagne, en italie ou la crise s'accentue, certains sites sont pénalisés et doivent faire face à ce manque. de commandes.. psa vu l'embargo sur l'iran a du changer de cap, plus de commandes quelques centaines de salariés ont du être mutés vu les décisison de l'ue une grande perte.. l'argentine et la chine boste psa, et sont des valeurs sûres.

  • Par flogo - 14/07/2012 - 13:15 - Signaler un abus Vous devriez vous poser la bonne question :

    Le groupe PSA a voulu à l'inverse de RENAULT garder le maximum d'emplois en France ...
    Évidemment pour ceux qui jugent à postériori, cette décision est un erreur...
    Surtout pour celle qui vire la casaque avec le vent...QUOIQUE : une girouette ne tourne pas c'est le vent qui tourne...!

  • Par maty - 14/07/2012 - 12:46 - Signaler un abus n'importe quoi

    madame Menthon, les derniers patrons de psa ont coulé l'entreprise, les héritiers peugeot, en pagaille n'ont pensé qu'à leurs actions au fric... Varin a été obligé de redresser l'usine en faisant des plans sociaux, ces plans gpec dans certaines usines depuis 3 ans Plus d'intérim, les salariés psa sont restés ou mutés dans d'autres sites.. Varin a viré des incapables payés à rien foutre et pire la liste est longue.. Les licenciés de sites ne sont pas des opérateurs chère madame, mais des étam, cadres, etc.... pire que dans la fonction publique. Varin est ce patron qui a reçu un fort bonus et l'a distribué l'année dernière à tous ces salariés, aulnay en a profité largement... Ce que tous les sites de psa savent et ne disent publiquement c'est Aulnay ne marche pas pour divers raisons, mauvaise gestion, c3 en chute libre.. etc.. la cgt par rapport aux autres sites est majoritaires est impossible de rénové comme d'autres sites metz, trémery, valenciennes qui sont épargnés. un petit exemple un degré de plus ou une demi heure de travail demandé , arrêt de la production.. Les grèves d'aulnay et sochaux ont couté cher à psa. ces comité d'entreprise et syndicats ripoux.;

  • Par luc.b - 14/07/2012 - 11:59 - Signaler un abus Peugeot n'a versé AUCUN dividende à ses actionnaires pour 2011.

    L'Assemblée Générale des actionnaires de Peugeot S.A. s'est réunie le 25 avril 2012 sous la présidence de Thierry Peugeot, Président du Conseil de Surveillance. L'Assemblée Générale a adopté l'ensemble des résolutions présentées par le Directoire et le Conseil de Surveillance.
    Elle a notamment approuvé la proposition de ne pas verser de dividende au titre de l'exercice 2011 compte tenu des résultats du Groupe en 2011 et afin d'affecter en priorité les ressources financières au développement du Groupe.
    Peugeot n'avait déjà pas versé de dividende au titre de l'exercice 2008 et 2009.

  • Par Ravidelacreche - 14/07/2012 - 11:33 - Signaler un abus Aveugles et sourds

    Toutes les qualités requises pour faire de bons présidents !

  • Par Utique - 14/07/2012 - 11:29 - Signaler un abus Encore et toujours n'importe quoi

    Le seul but viable pour une entreprise est de maximiser les profits à long terme. Dans le cadre d'un marché automobile destiné, à long terme, à se réduire sous la pression des éconazis, la réduction du nombre de sites de production est la seule stratégie responsable de la direction de PSA.
    En tant que spécialiste du télémarketing et des délocalisations de centres d'appel, l'auteur ne peut pas ignorer cela.

  • Par Alex de M. - 14/07/2012 - 11:28 - Signaler un abus Ayraut "oublie" ses premières mesures de démago !

    C'est tout de même extraordinaire de mauvaise foi de la part de ce gouvernement et de ses séides d'oublier l'impact de leur premières mesures sur la trésorerie d'entreprises déjà malmenées par la démagogie ambiante.
    Ces choix démagogiques ont à minima doublé le nombre de licenciements nécessaires.
    Que la direction de Peugeot ait anticipé la victoire socialiste est probable, qu'il aient attendu que la catastrophe soit certaine, pour prendre à contre cœur les mesures nécessaires à la survie de l'entreprise est tout à leur honneur !
    Hélas les premiers actes du gouvernement, fondateurs de ce quinquennat, ne laissent à un chef d'entreprise raisonnablement clairvoyant aucun espoir quant à l'effondrement programmé de l'économie et de la démocratie dans ce pays.
    Lequel ne traduit pas aujourd'hui les discours et les actes posés par "Sauve qui peut, ils sont fous furieux !" ?

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Elle est aussi l'une des personnalités qualifiées membres du Conseil Economique, Social et Environnemental.

Sophie de Menthon intervient régulièrement sur iTélé dans l'émission « On ne va pas se mentir ».

Voir la bio en entier

Fermer