Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"La proportion d'étrangers en France est stable depuis les années 30"... Petit argumentaire adressé à Benoît Hamon pour apprécier réellement l'ampleur de l'immigration en France

Sans qu’apparemment Benoît Hamon s’en soit rendu compte, nous avons progressé depuis les années 1980...

Retour en arrière

Publié le
"La proportion d'étrangers en France est stable depuis les années 30"... Petit argumentaire adressé à Benoît Hamon pour apprécier réellement l'ampleur de l'immigration en France

Décidément, on ne peut guère se passer des années Trente. Certains les voient ressurgir en mal à tout bout de champ. Mais ils se trouve encore au moins une personne pour y trouver une référence positive. C’est Benoît Hamon qui, le 20 janvier, lors du débat télévisé déclarait : « La proportion d’étrangers en France est stable depuis les années 1930 ». Il reprend ainsi le catéchisme des années 1980, lorsqu’on cherchait alors à instruire et tranquilliser le peuple : rien sur le front migratoire ! C’était relativement excusable alors puisqu’on n’avait guère d’autres données que celles sur les étrangers.

En 1982, la proportion d’étrangers était de 6,8 %, niveau comparable au plus haut niveau connu en 1931 (6,6 %).

Sans qu’apparemment Benoît Hamon s’en soit rendu compte, nous avons progressé depuis les années 1980, grâce à l’introduction de la catégorie immigrée, que j’ai promue à la fin des années 1980, qui a été relayée par le Haut Conseil à l’intégration en 1991 et qui est devenue progressivement d’usage courant dans la statistique publique.

Il faut donc réexpliquer à Benoît Hamon en quoi, si l’on veut rendre compte de l’immigration étrangère, il est préférable de suivre l’évolution de la proportion d’immigrés. Le nombre d’immigrés - nés à l’étranger avec une nationalité étrangère à la naissance – varie seulement en fonction des entrées et des sorties du territoire et de la mortalité. À la mortalité près, la proportion d’immigrés rend donc bien mieux compte de l’évolution de l’immigration étrangère que la proportion d’étrangers qui comprend des étrangers nés en France, dépend, en plus, de la natalité, des changements de nationalité et de la qualité (variable au fil du temps) des déclarations de nationalité des nés en France. Lorsqu’on examine l’évolution des deux proportions en France métropolitaine sur le long terme, on se rend compte que les deux séries n’ont coïncidé qu’entre 1911 et 1931. Ensuite, la proportion d’immigrés est toujours supérieure et n’évolue pas parallèlement à celle des étrangers. Si bien qu’en 2015, elle est de 9,3 % quand la proportion d’étrangers n’est que de 6,6 %. Donc, oui, la proportion d’étrangers en 2015 est bien égale à celle observée en 1931, mais cela ne dit rien de l’évolution des flux migratoires, tout particulièrement de la nouvelle vague qui démarre avec les années 2000. Ajoutons que la stabilité depuis les années 1930 invoquée par benoît Hamon est parfaitement fantaisiste puisque la proportion d’étrangers est descendue jusqu’en 1954 (4,1 %), pour remonter jusqu’en 1982, redescendre ensuite jusqu’en 1999 (5,4 %), pour remonter un peu jusqu’en 2015.

On l’aura compris, cette proportion d’immigrés dit quelque chose de l’évolution des flux migratoires, mais ne dit rien des effets démographiques s’étendant aux enfants nés en France de parent(s) immigré(s). Sur deux générations, la population d’origine étrangère a augmenté rapidement pendant les années 2000, jusqu’à représenter 20,5 % de la population en France métropolitaine en 2015.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 24/03/2017 - 09:20 - Signaler un abus Il existe des étrangers venus en France "pour de bonnes raisons"

    pour y travailler, pour y fonder un foyer francais, avec une langue française prééminente, voire exclusive, pour se fondre dans le peuple français, avec passion...ces étrangers devenus plus français que français sont principalement ceux que nous avons connus avant le "gauchisme à tous les étages"...puis la lèpre s'est répandue peu à peu sur la France à l'immunité affaiblie: les politiciens veules et de personnalité collabo, ont décidé de pomper les forces vives du tiers-monde afin de -croyaient-ils- renforcer celles de la France. Alors, ils édictèrent des lois de soumission, droit du sang, lois sociales plus favorables aux étrangers, regroupement familial, ou se soumettèrent à des lois veules telles que les directives travailleurs détachés, les délires de la CEDH...ces lois ont sélectionné des étrangers venus "pour de mauvaises raisons", grâce à l'aubaine de ces lois veules, sans amour pour la France...ces politiciens et ces lois fabriquent les futurs frustrés, les Coulibaly, Meklat, Merat, Théo, qui haïssent la France et n'attendent qu'une chose: qu'elle ait le dos tourné pour la poignarder! Les responsables? Pas ces minables, mais les irresponsables LRPSECOLOCOCOS et leurs lois

  • Par Deudeuche - 24/03/2017 - 09:41 - Signaler un abus Réponse à l'article

    Complaisance idéologique des journalistes!

  • Par Djib - 24/03/2017 - 09:47 - Signaler un abus les petites magouilles statisticiennes de l'INSEE

    1/ Le comptage des étrangers: L'INSEE considère tous les enfants nés en France de parents étrangers comme français alors qu'ils n'obtiendront la nationalité française qu'à leur majorité (et sous condition de résidence) ou à 13 ans (déclaration) au motif qu'"ils ont vocation à devenir français". Merci qui pour cette petite entourloupe? 2/ le regroupement familial. L'INSEE distingue le regroupement familial "stricto sensu" qui comptabilise les parents étrangers rejoignant un étranger en France du regroupement familial au sens large comptabilisant aussi les parents étrangers rejoignant des immigrés ayant acquis la nationalité française. Merci qui pour cette petite magouille qui permet de faire chuter les chiffres du regroupement familial de 50 000 à 12 000 environ en privilégiant le premier chiffre? 3/ Les mariages mixtes. Là on est dans une logique idéologique commandant de faire l'inverse, c'est à dire de montrer l'aspiration des individus "à se mélanger" en gonflant le nombre des mariages mixtes. Dès lors l'INSEE considére comme "mixte" le mariage d'un immigré français avec une cousine "blédards" alors qu'il témoigne au contraire de l'enfermement dans une communauté.

  • Par Eric ADAM CVD - 24/03/2017 - 10:29 - Signaler un abus Nous étions tous des juifs allemands en 1968!

    Nous serons sans doute tous des musulmans islamistes en 2050, puisque la majorité des "migrants" vont dans un seul sens et qu'il y aura sans doute un "Etat Islamiste au Levant" d'ici peu! Comme quoi, on peut voir l'histoire à l'aune de l'économie géo-politique avec sérénité! Au moins, lorsque ce sera effectif, nous n'aurons plus à craindre du "terrorisme" puisque nous serons convertis! PÔVRE FRANCE! MAIS IL N'Y A PLUS DE NATION FRANÇAISE! Eric Adam, CRD-CVD Porte Parole des Forces Combattantes de la Résistance Démocrate du PEUPLE de FRANCE: " Combattants pour les Valeurs de la Démocratie " https://www.facebook.com/OfficielCVD/?ref=br_rs

  • Par aixcalibur 13 - 24/03/2017 - 10:53 - Signaler un abus L'intox puissance 1000

    Sauf que les statistiques sont fausses quand on a pas le droit justement de faire des statistiques ethniques...c'est la même chanson que la météo nationale entre la température officielle et la température ressenti...les Frzncqis n'ont pas la même sensation et le vote Lepen est là pour rappeler à tout ce petit monde coupe des réalités que la vérité est tout autre...

  • Par Almotasim - 24/03/2017 - 11:11 - Signaler un abus Ce que tout le monde ressent mais que seule Madame Tribalat dit

    Je voudrais rendre hommage au travail exceptionel et courageux de Mme Tribalat. Elle fait partie de ces intellectuels integres qui nous aident a garder espoir en notre pays! Maintenant, la politique n'est pas uniquement de la demographie. Je veux dire qu'il n'y a qu'un partie en France qui sonne la cloche au sujet de l'immigration. Donc dire que personne ne dit rien ou n'a rien a opposer au mensonge d'etat a l'oeuvre derriere l'immigration est un mensonge. Le politiquement correct meurt et ne se rend pas...

  • Par bgbret - 24/03/2017 - 11:27 - Signaler un abus Que des aveugles!!!!

    Les statistiques sont faites par des gens qui vivent certainement sur une autre planète , ou alors de mauvaise foi . J'habite en Bretagne et je me déplace beaucoup en France et à l'etranger. Il suffit de regarder autour de soit pour se rendre compte de l'immigration. Selon les régions ou les pays la différence est notoire. Dans les villes , je ne voyais jamais par le passe autour de gens du sud la couleur de peau démontre qu'e ces gens ne sont pas nés ici , les musulman,ns ont envahi l'espace public , dans les avions au retour de Tunisie , du Maroc et ailleurs , que voit on? des familles entières qui vient ou rentrent ici, , dans certains endroits des villes au terrasse de café il faut s'asseoir et regarder , j'ai honte pour Hamon , comment peut on mentir avec autant d'aplomb?.

  • Par bd - 24/03/2017 - 11:54 - Signaler un abus Les électeurs du second tour à la pêche? Le rêve de Marine!

    François Fillon perdrait car avec lui, la gauche irait à la pêche. Hamon ou Mélenchon perdraient car avec eux, la droite irait à la pêche. ... Et s’abstenir, c’est aussi favoriser Marine Le Pen.
 Emmanuel Macron est le seul qui peut battre Marine Le Pen.

  • Par lafronde - 24/03/2017 - 14:14 - Signaler un abus La République a bradé la citoyenneté française.

    Il existe trois moyens pour les français de se libérer de la colonisation. Soit prendre le pouvoir au moyen d'un coalition électorale patriote. Soit faire sécession du régime par autonomie ou indépendance locale, comme en Corse. Soit obtenir un régime libéral-libertarien, avec Etat-minimum et où l'individu s'agrège en communauté choisie (ou s'il préfère, héritée). Je ne crois guère au succès en France de la solution libertarienne, bien qu'elle soit absolument pacifique et préserve la liberté de chacun. Pour la prise de pouvoir électorale au plan national, ces élections de fin de mandat vont nous éclairer. Reste la solution autonomiste-indépendantiste. Réclamer l'indépendance pour obtenir l'autonomie. Elle aussi préserve la Liberté, du moins si la collectivité autonomiste est à taille humaine : département ou ville moyenne. Viable, ces collectivité locale autonomes laisseraient au citoyen le choix de sa collectivité. Or l'optimum de gestion se fait lorsque la communauté (affinité de groupe) se reconnait dans la collectivité (forme légale).

  • Par francisquinze - 25/03/2017 - 08:32 - Signaler un abus La même méthode statistique que pour le chômage

    Evidemment, les Français issus de l'immigration mais non intégrés sont considérés comme Français pur jus, tout comme les inactifs non demandeurs d'emploi qui ne sont pas considérés comme chômeurs... Les statistiques sont superbes, mais la réalité hélas, est toute autre. En bon socialiste, Hamon n'est pas plus convaincu de sa générosité que le peuple ne commence à l'être de sa propre colère. Et au cas ou cet argument statistique fallacieux ne suffirait pas on joue aux marionnettistes en agressant et en caricaturant nos deux finalistes, Marine et Fillon. Pour la faire plus courte, il nous prend vraiment pour des cons en nous faisant gober qu'être Français se réduit à être en attente ou en possession de Carte Nationale d'Identité.

  • Par Atlantica75000 - 25/03/2017 - 09:44 - Signaler un abus aAutre mode de calcul !

    Il existe un autre test : demander à un collégien de banlieue quelle est son équipe nationale de football : jamais entendu répondre : celle de France !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michèle Tribalat

Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française vient d'être publié (éditions de l'Artilleur). Son site : www.micheletribalat.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€