Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Piéger le net pour donner une leçon à ses élèves... L’Education nationale est-elle une autiste du web ?

Afin de prouver à ses élèves qu'ils utilisent sans discernement Internet, un professeur de Français les a piégés en disséminant sur le web de fausses informations sur le thème d'un devoir qu'il leur avait donné à faire à la maison. Pédagogique, vraiment ?

Canular 2.0

Publié le

Jeudi dernier, un enseignant en Lettres, Loys Bonot, a déposé sur Rue 89 un article stupéfiant où il se vante d’avoir disséminé sur Internet, notamment sur Wikipédia, une série de fausses informations. L’objectif ? Piéger ses élèves de lycée dans un devoir à peu près infaisable qu’il leur avait demandé de rendre. Il s’est ainsi aperçu que la majorité de ses élèves utilisait Internet sans discernement et répétait sans esprit critique les informations qu’ils copiaient-collaient sur la Toile. Et l’enseignant de conclure que les élèves ne sont pas mûrs pour utiliser Internet comme objet de savoir.

Cet article, qui a attiré 300 000 visites et suscité de nombreuses réactions, laisse vraiment perplexe quand on y lit : «Avec cette expérience pédagogique j'ai voulu démontrer aux élèves que les professeurs peuvent parfois maîtriser les nouvelles technologies aussi bien qu'eux, voire mieux qu'eux.» Merveilleuse «expérience pédagogique» que celle où les enseignants disséminent des mensonges pour prouver à leurs élèves qu’ils sont meilleurs qu’eux, et pour ensuite avoir le plaisir sadique de les coller quand ils répètent les âneries qu’on leur a apprises.

Loys Bonot a cette conclusion qui en dit long sur l’obscurantisme en vigueur chez un grand nombre d’enseignants français : «Pour ma part je ne crois pas du tout à une moralisation possible du numérique à l'école. Et je défends ce paradoxe : on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui.»

En une phrase très ramassée, il vient de délivrer le meilleur diagnostic sur la faillite de l’Education nationale à laquelle nous assistons. Alors que nos enfants naissent et grandissent dans un univers numérique, l’enjeu de certains, l’enjeu de beaucoup d’enseignants est de maintenir l’école à l’écart de cet univers, au nom d’une prétendue «morale». Pour vivre dans un monde numérique, il ne faut pas que l’école nous y prépare.

Je propose à M. Bonot un exercice de mise en situation pour souligner l’effrayante bêtise de son comportement, totalement contraire aux principes même de l’école républicaine. Il y a cinq cents ans, lorsque Gutenberg a inventé l’imprimerie, aurait-il eu l’idée d’éditer un livre truffé de mensonges pour prouver que, en dehors des incunables copiés par les moines, tout accès à la culture était dangereux ? Aurait-il cherché à montrer, par une manœuvre vicieuse comme celle qu’il a utilisée sur Internet, que les masses ne peuvent avoir accès au savoir par le livre, car elles ne sont pas assez mûres pour le digérer ? Aurait-il soutenu que, pour être un esprit cultivé, il faut avoir été formé sans lire de livre imprimé, mais seulement en pratiquant les exemplaires cachés dans les bibliothèques monastiques ?

Ces exemples ne sont pas des caricatures. Pendant des siècles, le clergé catholique s’est opposé à la lecture directe de la Bible par les fidèles, sous prétexte que ceux-ci n’étaient pas capables de l’interpréter correctement. Il est vrai que le clergé avait alors le monopole de l’enseignement, et entendait bien conserver ce monopole à son profit. Autoriser les fidèles à apprendre en dehors de lui, à apprendre librement, c’était perdre son pouvoir et son utilité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guigou - 27/03/2012 - 06:53 - Signaler un abus merci pour les autistes

    Les autistes et leurs familles vous félicitent d'associer un trouble du comportement qui affecte profondément leur vie en insulte. Vous concluez en citant vos "valeurs d'humanisme de tolérances" ! FAIL...

  • Par Sos6 - 27/03/2012 - 07:49 - Signaler un abus Apprenez à lire

    La lecture en diagonale est certes plus rapide mais comme vous n'avez pas l'air d'un surdoué vous devriez passer un peu plus de temps à essayer de comprendre les mots ! Ce professeur n'est pas en guerre contre le Web, il souhaite juste que ses élèves lisent l'œuvre qu'il leur a proposée plutôt que de prendre de mauvais raccourcis, comme vous si je puis me permettre ! Il leur apprends aussi qu'il faut se méfier de ce qu'on lit sur le Web (vous en êtes un autre exemple), vraiment quel article stupide et gratuit , quand je pense que j'étais sortie de Yahoo pour avoir des textes plus intelligents, j'en suis pour mes frais !! (c'est une expression courante, même quand on a pas payé), bon allez j'ai fini mon café , bonne journée et sachez qu'il n'est jamais trop tard pour l'apprentissage de la lecture, il y a de supers applis sur le Web

  • Par Eric Verhaeghe - 27/03/2012 - 08:28 - Signaler un abus Je confirme

    @sos6 Je crois que c'est vous qui n'avez pas correctement lu l'article de M. Bonot (ni le mien d'ailleurs). M. Bonot reconnaît que ses élèves ont BIEN lu le texte d'un poète inconnu (et hors programme de l'Education Nationale) qu'il leur avait donné à commenter. En revanche, il se plaint que ses élèves aient repompé sans discernement les fausses informations qu'il avait disséminé sur ce poète. Et lisez simplement ses conclusions, vous verrez qu'il déclare bien une guerre à Internet dans l'école, puisqu'il ne voit pas en quoi Internet peut y trouver sa place. Je persiste à dire que fanfaronner sur ce sujet est non seulement effrayant, mais profondément hostile à l'égalité des chances.

  • Par Eric Verhaeghe - 27/03/2012 - 08:29 - Signaler un abus Autistes

    @guigou - Je vous concède que le titre, que je découvre ce matin, n'est pas heureux. S'il offense - ce que je peux comprendre - certains lecteurs, je suis tout à fait favorable à ce qu'il soit modifié. S'il a offensé, j'en suis désolé.

  • Par defa - 27/03/2012 - 09:03 - Signaler un abus Sos6 à raison !!!!

    Je suis bien d'accord avec l'enseignant : il est triste que les élèves ne prennent pas le temps de discerner le vrai du faux. Et c'était d'ailleurs ses mots dans un reportage TV qui lui était consacré il y a quelques jours : inciter les élèves à avoir un esprit critique, sur le web comme ailleurs. Et non pas, comme vous le dites, leur expliquer que les nouvelles technologies sont à bannir pour en revenir au plumier !!!

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 09:12 - Signaler un abus Le prof utilise une méthode maïeutique vers les éleves

    qui est déstabilisante mais encore plus déstabilisante pour les personnes déjà formaté comme Eric.

  • Par fms - 27/03/2012 - 09:16 - Signaler un abus la démonstration était plaisante, peut-être caricaturale...

    L'enseignant précise ensuite qu'il a expliqué sa dématche aux élèves lors de la remise des copies. Une bonne mise en situation vaut toutes les théories et explications, non ? Utiliser un nouvel outil nécessite de le maîtriser, c'est moins l'existance du web qui a révolutionné nos vies qu'il faut critiquer que l'usage qui en est fait : des élèves qui achètent des corrigés non contrôlés par les entreprises qui les vendent, des élèves qui préfèrent recopier des inepties incompréhensibles que d'avouer qu'ils n'ont rien compris au texte (d'ailleurs j'ai rien compris au texte proposé)... C'est aussi l'éducation nationale qui doit revoir ses méthodes, tant que le bac sanctionnera des connaissances en math et en français, les élèves feront des maths et du français, au lieu d'apprendre à apprendre et comprendre.

  • Par eldorove - 27/03/2012 - 09:32 - Signaler un abus dans le texte, ou pas

    Je pense que si le professeur se plaint de ce que l'usage du web remplace l'étude demandée d'un texte fourni, il a raison. S'il se plaint de ce que des éléments, qui n'auraient pu être trouvés dans le texte, ni déduits du texte, ni contredits par le texte ont été tout bonnement repris, il a bien tort. Je n'ai pas le temps d'étudier l'affaire en détail, mais si comme monsieur Verhaeghe le dit, il a disséminé des aneries reprises par des élèves de bonne volonté qui auraient lu (et travaillé ?) le texte, c'est assez effrayant, en effet. Et ici, qu'il s'agisse du web, de l'imprimerie ou de la radio, peu importe. S'en plaindre n'en est que plus affligeant. Si en revanche l'usage du web a remplacé chez ses élèves, le travail demandé, en en restituant que la médiocrité, là, raison au professeur. Tout dépend donc du contenu qu'il a diffusé. Qu'en est il exactement ?

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 09:58 - Signaler un abus Ce qu'il y a bien avec Eric Verhaeghe

    c'est son sens de la mesure ! Ce professeur a eu une idée ingénieuse pour piéger ses élèves et pour les inciter non pas à se passer d'internet, mais à se méfier des sources d'informations et à les trier. Oui, Internet est devenu un moyen commode pour les élèves de préparer un devoir sans trop réfléchir. Tout comme les annales ou les fiches de révision préformatées! Sauf qu'il est plus dur de les piéger... Sur le net des corrigés-type circulent (y compris entre profs, d'ailleurs!!!) et l'on voit les mêmes âneries se répéter d'années en années. Cet enseignant conseille à ses élèves l'esprit critique, ouh là là, ça méritait bien de le traiter d'autiste! Il les prépare à devenir de bons citoyens ou de bons journalistes! Vous savez, ceux qui ne préparent pas leurs interviews sur Twitter et Wikipedia... Bizarre d'en venir à l'insulte dans votre article qui ne prouve rien, si ce n'est que vous devez souffrir du foie. Si, il démontre qu'Atlantico accepte n'importe quoi et n'a pas de ligne éditoriale bien claire.

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 10:07 - Signaler un abus Tout un charabia pour arriver a ce que le prof a fait là Eric tu

    fais fort. La fin de ton raisonnement: "La responsabilité des enseignants est d’apprendre à leurs élèves à y distinguer le vrai du faux." Le prof n' a pas fait autre chose. Pour toi utiliser Gutenberg qui n'est pas prof est hautement débile pour vouloir propager ta vérité. Les profs de l’époque étaient tous « Latin, Grec» et donc ils utilisaient très tôt la provocation du raisonnement chez leurs élèves. Dire que les profs des écoles privées sont tous pervers prouve ta haute honnêteté intellectuelle. Car les affaires concernant les pervers dont tu parles sont symétriques dans l'ensemble de la population. Donc je puis dire aussi je ne mettrai jamais mes enfants dans l’éducation nationale pour les mêmes causes. Donc de nouveau ton raisonnement est là aussi pervers.

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 10:15 - Signaler un abus laurensot: La ligne éditorial est très claire pour réfléchir il

    faut de la diversité. Je vous l'accorde il est plus facile de penser sur les sites formatés.

  • Par decheval - 27/03/2012 - 10:32 - Signaler un abus bref...

    ... vous n'y entendez rien en pédagogie et tenez à ce que cela se sache. Dès fois, on se demande s'il y a un concours d'inepties sur Atlantico.

  • Par Neals - 27/03/2012 - 10:34 - Signaler un abus La maîtrise du savoir

    Les enseignants ont beaucoup de mal à admettre qu'ils n'ont plus la main mise sur le savoir. Piéger les élèves en postant de fausses informations sur Wikipédia c'est comme leur apprendre l'orthographe en faisant corriger des textes pleins de fautes, tordu. Il serait aussi rapide de leur indiquer que certains articles, surtout en français, ne sont pas verrouillés et ne peuvent donc être pris comme source, bien sûr c'est moins spectaculaire. Il y a des bonnes volontés et des idées au sein de l'éducation nationale pour être acteur de la révolution numérique et pas que des râleurs toujours en train de se plaindre que c'était mieux avant. A lire les commentaires précédents, il y a du travail.

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 10:57 - Signaler un abus decheval: c'est bien un raisonnement de gauche

    "Dès fois, on se demande s'il y a un concours d'inepties sur Atlantico." Votre raisonnement il faut sélectionner pour faire un site vivant, les personnes qui pourront y écrire. La sélection il faut qu’elle soit faite par le PS, NPA, LO, et Médiapart . Chez Atlantico Il y a de la gauche de la droite du centre des indépendants le divers c'est mieux que le formaté. Qu’il y ait "quelque papier limite d'intelligence " les commentaires sont là pour cela; élever ou pas la personne qui a écrit.

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 11:13 - Signaler un abus neals: désolé, mais Wikipédia n'est pas un support fiable

    car fait par des contributeurs comme vous et moi. D'ailleurs régulièrement il y a des corrections sur les pages. Donc entre-temps les personnes qui ne croisent pas les infos sont dans l'erreur. Le support est intéressant, mais non fiable. Il est intéressant, car multiculturel ( mais non fiable)

  • Par decheval - 27/03/2012 - 11:34 - Signaler un abus @ Benvoyons

    « c'est bien un raisonnement de gauche » Pourquoi ce besoin de politiser ? Un raisonnement est vrai ou faux. Et sinon vous croyez qu'il n'y a pas de sélection sur ce site ? D'ailleurs, si je vais sur des sites dit de gauche, je trouve aussi des articles divers, et des articles ineptes. C'est une question de standing intellectuel, pas de parti politique. Des articles dénués d'argument ou truffés d'erreurs factuelles ou logiques ne sont pas instructifs. Beaucoup de sites d'informations se sont transformé en sites d'opinions et ne livrent plus d'analyses politiques et sociales, mais seulement des ressentis d'éditorialistes qui n'ont souvent aucune idée de quoi ils parlent. Du coup c'est vrai que les commentaires sont souvent meilleurs que les articles...

  • Par idaube - 27/03/2012 - 11:39 - Signaler un abus Relire les principes fondateurs et vérifiabilités de Wikipédia

    C'est avec des comportements imbéciles tels que celui de ce professeur que l'on démérite un beau projet. Il aurait tout aussi bien pu "semer" sur wikipédia de vrai info et prouver à ces élèves qu'ils avaient pompés sans réfléchir. Le résultat aurait été le même sans polluer wikipédia.

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 12:23 - Signaler un abus @benvoyons

    Non, pour réfléchir, il faut des propositions argumentées et étayées. Quitte à choquer ou à manier le pamphlet. Depuis quelques temps, Atlantico accepte des billets soi-disant "à contre courant du politiquement correct", mais totalement vide de contenus. Le tout pour donner un os à ronger aux lecteurs confortées dans leur pensée unique à eux. Et se fait l'écho si ce n'est de rumeurs, mais d'approximations intellectuelles. Peut-être à cause de la campagne électorale, je ne sais pas. C'est dommage, parce que si on vient ici, c'est justement pour ne pas lire des articles militants ou dont on devine le contenu rien qu'à lire le nom de l'auteur. Mais bon, disons que cela ne marche pas à tous les coups...

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 12:26 - Signaler un abus Sur le net, toutes les sources ne sont pas fiables.

    A ce sujet, je lisais encore l'autre jour un article de Jean-Baptiste Botul qui...

  • Par Sos6 - 27/03/2012 - 12:40 - Signaler un abus Merci professeur

    Un prof qui s'implique avec bienveillance et ingéniosité ce n'est pas,si courant, bien que quoiqu'en dise notre maître à tous ce ne soit pas si rare non plus ! En tous cas,en tant que mère je lui suis reconnaissante et je lui accorde toute ma sympathie et mes encouragements . Désolée d'avoir vexé monsieur Verhaeghe, merci aussi pour sa réponse mais ma réaction est à la hauteur de ma déception .

  • Par Eric Verhaeghe - 27/03/2012 - 14:22 - Signaler un abus @sos6

    Rassurez-vous, je ne suis guère vexé... En revanche, je suis assez d'accord pour dire que si l'enseignant en question avait affiché son intention d'apprendre à ses élèves à utiliser Internet, je n'aurais que des louanges à dresser. Le problème est que l'ambition qu'il affiche, que la conclusion qu'il tire est exactement inverse: il s'agit pour lui de discréditer la valeur scientifique d'Internet! Si des parents sont à l'aise avec cette ambition, grand bien leur fasse. Personnellement, je pense que l'éducation nationale française ne peut pas raisonnablement reprendre à son compte des logiques qui éloignent à ce point les élèves français du monde moderne. Il y a probablement à réfléchir sur le fait qu'un site Internet plutôt à gauche comme rue 89 se fasse l'écho d'une vision aussi passéiste de l'éducation.

  • Par blablator - 27/03/2012 - 15:30 - Signaler un abus Esprit critique

    Je trouve l'initiative de ce professeur intéressante dans la mesure où elle peut faire développer un esprit critique à ses élèves et les amener à réfléchir à la qualité de leurs sources d'information, que ce soit Wikipedia, la télé, la radio, ou même Atlantico. Combien d'entre nous ont répété à autrui des information vues sur le net sans avoir pris la peine de vérifier... Sans compter l'analyse de cette information, le travail de synthèse qui ne sont pas fait avec de simples copier/coller de Wikipedia... Bref, l'erreur apprends à travailler..

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 15:45 - Signaler un abus la valeur scientifique d'Internet

    Qu'es aco, Docteur ?

  • Par Eric Verhaeghe - 27/03/2012 - 16:35 - Signaler un abus @ laurentso

    la valeur scientifique d'Internet, ce sont des milliers de revues scientifiques du monde entier en accès direct, quel que soit l'endroit où l'on se trouve, des millions de manuscrits ou de sources originales enfin consultables sans déplacements coûteux et chronophages, des possibilités infinies de travail en réseau et de partage du savoir. Une révolution pour le travail scientifique aussi importante que l'imprimerie en son temps. Il est assez normal qu'elle soit stigmatisée par les obscurantistes de tous bords, comme le fut l'imprimerie en son temps. Et il est de la responsabilité des humanistes d'en promouvoir la richesse et d'en défendre la liberté.

  • Par Benvoyons - 27/03/2012 - 17:04 - Signaler un abus Eric: Tu as un esprit mal tourné

    Vous dite :il s'agit pour lui de discréditer la valeur scientifique d'Internet! Il a dit:les élèves au lycée n'ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres. Lyos écrit dans le domaine qui le concerne les lettres. En aucune manière il écrit qu'internet est nul. Il préfère que l’élève utilise un livre ou un " ebook pour travailler avec dictionnaire et annotation intégré " que de chercher un travail tout fait comme si vous alliez chez Picard.

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 17:04 - Signaler un abus Au stade du lycée

    on parlera davantage de valeur pédagogique d'Internet, et non pas de valeur scientifique. D'ailleurs, qui conteste ce que vous décrivez comme étant une "valeur scientifique" ? Personne sur le plan des connaissances -nonobstant la question de la propriété intellectuelle. J'aimerais bien savoir qui sont les "obscurantiste" dont vous parlez... Bref, tout le monde l'a dit, rien à voir avec la gentille provoc' de ce prof. Je corrige de temps en temps des copies de bacs blancs, et je retrouve les même corrigés type recopié sans recul. Y compris dans des références d'actualité déjà périmées...

  • Par Eric Verhaeghe - 27/03/2012 - 17:34 - Signaler un abus @ laurentso

    Imaginer que la "triche" au lycée est apparue avec Internet me paraît assez gonflé. Je me souviens personnellement d'avoir beaucoup utilisé les Budé pour améliorer mes versions latines quand j'étais élève... à l'époque où l'ordinateur personnel n'existait pas, ou presque. Laisser croire qu'Internet a soudainement fait basculer des élèves autonomes dans un monde où l'on n'apprend plus par soi-même me paraît pour le moins très faux. Pour le reste, je redis, et quand bien même je serais le seul, cela n'enlève rien à la valeur de mon propos (pour moi, l'obscurantisme, c'est la vérité qui se décide par un vote à mains levées, et qui flétrit la contradiction), que: - l'éducation nationale a pour mission de valoriser les savoirs acquis par les élèves, pas de les piéger pour les mettre en défaut de savoir. De ce point de vue, l'école en France s'est spécialisée dans la mesure à chaque étape de l'enseignement de ce que les élèves ne savent pas - ce qu'on appelle la machine à classer, au lieu de mesurer ce qu'ils savent; - comment s'étonner de la démotivation massive des élèves s'ils sont confrontés à un enseignement qui stigmatise tout ce qui fait leur culture quotidienne?

  • Par LouisArmandCremet - 27/03/2012 - 18:06 - Signaler un abus Sauf que...

    La réflexiond e fond est inétressante sauf que l'exemple choisi est mauvais : l'enseignante en question n'a pas donné un devoir infaisable mais justement : par la simple analyse du texte un dissrtation était demandée. Chose qu'on apprend à faire en classe de 1ere et le but de l'exercice est justement de le faire soit même. Pas de recopier des analyses sur internet. Par ailleurs, les élèves n'ont pas été sanctionné. L'enseignante en question n'a pas noté le devoir. Elle voulait juste montrer aux élèves les dangers de l'internet si on ne prend pas un minimum de recul par rapport à ce qu'on y trouve. Pour ma part, il m'arrive fréquemment de consulter internet pour mon travail. Le plus difficile n'est pas de trouver des réponses mais des informations pertinentes. Cette prise de recul est justement plus compliquée. Pour le reste, en effet, la question d'internet et de sa place à l'école mérite d'être posée. Je me souviens des exposés préparé après des heures à fouller dans une bibliothèque avec des livres en papier. La recherche d'informations étaient moins efficace qu'un moteur de recherche mais je trouvais d'autres informations et j'enrichissais l'ensemble de mon travail...

  • Par laurentso - 27/03/2012 - 19:36 - Signaler un abus Franchement, nous ne comprenons pas le propos ici

    A/ Qui a dit que la triche avait commencé avec Internet ? Personne. Simplement, si le net facilite l'apprentissage des connaissances, il facilite aussi le copier coller ! B/ Internet a fait basculer l'enseignement dans un monde où l'on peut davantage apprendre par soi même, justement! Et de cela les profs en sont parfaitement conscient. D'où la nécessité d'aiguillonner les élèves pour qu'ils distinguent le bon grain de l'ivraie. De plus, il ne s'agissait pas ici d'apprendre, mais d'analyser, ce qui est différent. Et incontestablement, Internet incite quelque peu à la paresse, de ce point de vue. L'enseignement stigmatise la culture des jeunes ? Ben ouvrez des manuels scolaires ! Vous y lirez des textes de rap, des références à "la sous-culture jeune". Et les profs, sauf sans doute quelques paresseux, s'ingénie à construire des TP ancrés dans la réalité d'aujourd'hui. Surtout au lycée où les programmes changent. On trouve même des profs qui savent se servir d'Internet...

  • Par Anonymous - 28/03/2012 - 09:47 - Signaler un abus Éric Verhaeghe sait-il lire et analyser?

    Voici ce que dit le professeur dans son article: "J'ai ensuite voulu faire la démonstration que tout contenu publié sur le web n'est pas nécessairement un contenu validé, ou qu'il peut être validé pour des raisons qui relèvent de l'imposture intellectuelle. Et enfin j'ai voulu leur prouver que, davantage que la paresse, c'est un manque cruel de confiance en eux qui les pousse à recopier ce qu'ils trouvent ailleurs, et qu'en endossant les pensées des autres ils se mettent à ne plus exister par eux-mêmes et à disparaître. Ai-je réussi ? Ce serait à mes élèves de le dire. Une chose est sûre : cette expérience a, je pense marqué mes élèves." et il précise qu'il n'a pas noté ce travail Il incite ces élèves à être critique, à penser par eux mêmes, et à vérifier leurs sources. C'est louable et internet ici n'est qu'un outil plus aisé que le livre. Avec votre article, j'ai vérifie la source: le texte du professeur, pensé par moi-même en comparant et eu un esprit critique sur ce que je lis. Ce qu'il a fait vaut mieux que tous les discours, ils s'en souviendront leur vie durant et ils auront plus de réflexion et d'esprit critique, je pense que c'est un bon exercice.

  • Par Anonymous - 28/03/2012 - 09:59 - Signaler un abus Sur Gutemberg

    Savez vous que la réforme protestante s'est développée en même temps que l'imprimerie? Les protestants ont été encouragé à retourner à la source de l a religion: la Bible, pour construire leur propre interprétation, en dehors des hommes d’Église. Ils ont appris à lire, et à penser par eux mêmes, finalement à être libre en pensée Que fait ce professeur: Il donne un poème: la source, en demandant aux élèves de le comprendre par eux mêmes, de se faire confiance, d'exercer leur esprit critique, leur pensée, leur interprétation à eux seuls. Et que font-ils? Ils vont voir les interprétations des "hommes d'Eglise" de notre époque pour demander leurs avis sans y réfléchir. Or pour réfléchir moi-meme sur un texte, je n'ai besoin que du texte source, et de mon intelligence. Ensuite, une fois que j'ai trouvé ma propre interprétation, je peux la confronter aux autres, mais je dois d'abord réfléchir par moi-même, sinon je gobe tout et n'importe quoi. Gutemberg a publié et rendu accessible les textes sources, et aujourd'hui on peut les trouver presque partout, même sur internet, il est donc devenu aisé de vérifier une source. Mais internet recèlent d'interprétations diverses, d'où la réflexion.

  • Par Benvoyons - 28/03/2012 - 11:59 - Signaler un abus Eric: concernant ton memo à laurentso de 15h15?

    C'est a mourir de rire mais c'est un copier collé d'un article de 1997? L'on a vraiment l'impression que tu viens de découvrir internet. Il te faut un bon réveil. En 4 jours de vente il y a plus de 3 millions d'Ipad 3 de vendu. Les centaines de milliards d'euros pour les installations internet c'est pour l’obscurantisme? Depuis 1998 les sites scientifiques de l'Europe sont en interconnexion. Bon réveil

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'ENA (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€