Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Procès de Georges Bensoussan : la LICRA n’est pas sortie intacte de cette affaire

Le 25 janvier 2017 s’ouvrait devant la justice de la République le procès d’un historien pour « délit de provocation à la discrimination, la haine, la violence à l’égard d’un groupe de personnes à raison de l’appartenance à une religion déterminée ». Qu’avait-il dit pour mériter cela ? Il avait évoqué, dans le feu d’un débat radiophonique, l’antisémitisme violent et banalisé, qui peut conduire au meurtre, véhiculé très tôt dans des familles de culture arabo-musulmane. Pour avoir osé dire cette réalité que l’actualité reflète avec toujours plus de dureté, il fut traîné devant les juges, calomnié, injurié. Derrière l’épreuve personnelle vécue par un intellectuel, c’est en fait le procès du réel qui eut lieu. Extrait de "Autopsie d'un déni d'antisémitisme: autour du procès fait à Georges Bensoussan" publié aux éditions L'Artilleur (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Procès de Georges Bensoussan : la LICRA n’est pas sortie intacte de cette affaire

La relaxe a-t-elle été une éclaircie pour notre liberté d’expression?

Le 7 mars 2017, la justice a tranché et lavé de toute accusation l’historien Georges Bensoussan. Une éclaircie dans le ciel très chargé du harcèlement judiciaire contre les intellectuels. Aujourd’hui comme hier, dénoncer l’antisémitisme est un combat. Dénoncer l’antisémitisme est clivant, impopulaire et peut vous emmener devant la justice, sur simple signalement des officines qui, sous couvert d’antiracisme, se donnent pour mission d’étouffer la réalité. Dénoncer ce dévoiement de l’antiracisme est le combat de Georges Bensoussan et il vient de remporter une bataille cruciale, après de longs mois de harcèlement et un pénible procès.

Ce verdict, comme celui qui avait innocenté le 17 janvier 2017 l’essayiste Pascal Bruckner, constitue un signe positif pour la liberté d’expression.

Les associations antiracistes se sont déshonorées, en particulier la LICRA, association naguère fondée pour lutter précisément contre l’antisémitisme. Assise sur le même banc bancal que le CCIF, et appuyant les déclarations ubuesques d’une Nacera Guenif pour qui « Sale juif! Yahoud! » n’était pas une insulte dès lors qu’un ‘musulman’la prononce, la LICRA n’est pas sortie intacte de ce procès, et pire encore de cette relaxe de Georges Bensoussan. Dès le lendemain du procès, la presque centenaire association antiraciste devait affronter une grave crise interne. A la démission spectaculaire d’Alain Finkielkraut, catastrophé par le tournant pris sous la houlette d’Alain Jakubowicz, président depuis 2010, succédait celle de nombreux militants, avec un Bureau exécutif au bord de l’implosion. Le procès de Georges Bensoussan a jeté une lumière crue sur les renoncements et les collusions d’un antiracisme dévoyé.

Voici donc l’historien innocenté, mais pas encore tout à fait tranquille puisque certaines associations ont fait appel. La LICRA n’en sera pas cette fois. Georges Bensoussan continue de se consacrer pleinement à ses travaux qu’il n’a d’ailleurs jamais délaissés malgré les mois de calomnies qu’il a vécus, notamment les pressions exercées sur son employeur, le Mémorial de la Shoah, pour le licencier. C’est dire l’importance et la rigueur des enquêtes de Georges Bensoussan qui lui valent les haines dont ce procès fut le miroir. C’est sa discipline, l’histoire, que le CCIF soutenu par de bien curieux alliés, a trainé devant le tribunal. L’officine, qui ne semble pas en peine de surmonter les obstacles financiers des procédures judiciaires qu’elle intente, ne se résigne pas à sa défaite tant elle est généralement adulée par la pensée dominante : elle a été la première à faire appel de la relaxe prononcée le 7 mars.

Extrait de "Autopsie d'un déni d'antisémitisme: Autour du procès fait à Georges Bensoussan" publié aux éditions L'Artilleur

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Marie-E - 12/11/2017 - 12:00 - Signaler un abus la LICRA

    il y a longtemps qu c'est un repaire de révolutionnaires de salons et surtout de gauchistes excités contre tout ce qui n'adhère pas à la pensée unique. Mais qu'est ce Finkielkraut est allé faire dans cette galère ? tous ceux qui sont vraiment intéressé par l'antisémitisme et/ ou l'antisionisme ainsi que le racisme sait qu'il ne faut pas mettre les pieds dans cette officine dont le nom et les buts sont dévoyés par des adeptes du "vivre ensemble" mais pas avec tout le monde. Je me méfie de plus en plus de ces associations qui sous couvert de bon sentiment essayent de nous inculquer leurs principes qui ne m'agréent pas du tout. Merci à Martine Gozlan pour cet article et toute mon admiration et mon soutien à Georges Bensoussan pour son courage à dénoncer le mauvais chemin qu'ont empruntés nos banlieues en raison de la médiocrité crasse des dirigeant français que nous avons malheureusement élus à la majorité. Je usis avec attention l'attitude de l'employeur de Georges Bensoussan .... car il ne faudrait tout de même pas charrier... même si on sait depuis Guy Béart que " le premier qui dit la vérité doit être exécuté" .

  • Par tapio - 12/11/2017 - 14:59 - Signaler un abus Cette licra(puleuse) me fait penser ...

    ... au sabre de Monsieur Prudhomme : "Ce sabre est le plus beau jour de ma vie: avec lui, je jure de soutenir,de défendre nos institutions et au besoin de les combattre"

  • Par Borgowrio - 12/11/2017 - 15:45 - Signaler un abus Pogrom inversé

    La LICRA , assise sur le même banc bancal que le CRIF . Belle formule qui résume bien l'affaire . Comme le pape qui accueille des réfugiés musulmans . Veulent t'ils se tailler une auréole de petits saints ? Ne comprennent t'ils pas que c'est une démission , un aveu de faiblesse qui réjouit les extrémistes qui eux ne lâchent rien .

  • Par kelenborn - 12/11/2017 - 21:17 - Signaler un abus 11 novembre

    Puisque le temps est au recueillement et au souvenir qu'il soit permis de déposer une gerbe en l'honneur d'Alain Finkelkraut, repenti du maoïsme mais qui était encore membre du conseil d'administration de la LICRA à la veille du procès!!! Oui c'est dur de s'arrêter de boire!

  • Par JLH - 12/11/2017 - 21:42 - Signaler un abus bonne nouvelle à la licra

    Jacubowicz a dégagé, remplacé par Mario Stasi fils, (avocat lui aussi, neveu de Bernard Stasi) qui a interpellé Mélenchon sur des propos de Mme Obono (je ne sais plus lesquels, j'ai un peu de mal à suivre une telle machine à dire des horreurs). C'est un bon début

  • Par JLH - 12/11/2017 - 21:57 - Signaler un abus @kelenborn

    oui, Finkielkraut a été maoïste, je crois M. Rayski aussi si j'ai bien compris, en tout cas marxiste léniniste, 50 % (ou plus) de mes amis étaient dans les mêmes rangs, beaucoup de juif ashkénazes d'ailleurs (Lycée Charlemagne 4ième arrondissement de Paris oblige). M. Rayski tente d'excuser cela par l'aspect messianique de ces idéologies morbides, mais pourtant on savait en 68 les crimes de Staline, de Brejnev, de Mao, et beaucoup en 75 ont été les soutiens de Pol pot. Je n'ai jamais compris, pourtant j'étais très proche d'eux (pas ceux que j'ai cités que je ne connaissais pas, juste de mes amis de lycée), je pense que je ne comprendrai jamais. Mais j'aime suivre les propos de l'un et de l'autre, je goute l'intelligence de M. A F sur France Cu, les propos de M. Rayski sur Atlantico, et je continue de voir deux de mes anciens amis, qui aujourd'hui lisent assidument "valeurs actuelles" après avoir vendu libé ou la cause du peuple, l'un d'eux est devenu une grenouille de bénitier, allez comprendre, impossible.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Martine Gozlan

Rédactrice en chef à l’hebdomadaire Marianne, Martine Gozlan couvre le Moyen-Orient et le Maghreb en tant que grand reporter depuis 1988. Son expérience de terrain lui a permis d’approfondir une réflexion sur l’islam qui a nourri Le Sexe d’Allah, Le Désir d’islam, L’Imposture turque (Grasset, 2004 à 2011), Sunnites-Chiites : pourquoi ils s’entretuent (Seuil, 2008). Les éditions de l’Archipel ont publié son essai sur les printemps arabes, Tunisie, Algérie, Maroc : la colère des peuples (2011), une enquête sur les antagonismes au sein de l’État juif, Israël contre Israël (2012) et Les Rebelles d’Allah(2014), portraits de dissidents en terre islamiste.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€