Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un prix Nobel de la paix pour Trump... made in Chine ?

Il y a un an, peu sont ceux qui n'auraient pas crié au canular. Mais en progressant vers la fin d'un des plus anciens conflits de notre planète, Donald Trump et Kim Jung-un pourraient très bien briguer le prochain Nobel de la Paix.

Champions

Publié le

La question sera sans doute plus complexe avec ce qui se passe en Iran. La tactique Trump est la même : cris, sanctions et menaces, sauf qu’il laisse là 5 membres du Conseil de sécurité, plus l’Allemagne, avec l’Iran, à avoir signé le traité. Sauf surtout que, là aussi, la Chine est présente. La méthode Corée va-t-elle marcher ? 

Le jeu n’est pas le même : il n’y a là aucune Chine qui poussera l’Iran à signer, comme en Corée. Au contraire, la Chine a plutôt intérêt à soutenir l’Iran, à acheter son pétrole, à lui vendre des équipements, car elle pourra dire qu’elle soutient un grand pays émergent, sachant qu’elle pense que Trump n’osera pas la sanctionner. Elle joue avec lui le jeu du rééquilibrage des échanges commerciaux sino-américains, bien plus important à ses yeux. En même temps, Trump risque de détériorer encore plus ses relations avec ses alliés s’il les menace, après la crise du G7, et pire s’il les sanctionne !

La Chine le laissera faire ! Il faudra alors qu’il atténue sa position pour ne pas envenimer la situation et trop inquiéter les marchés. La Chine interviendra alors, pouvant entrer dans de nouvelles négociations élargies. Mais c’est bon pour le Nobel !

Et aux États-Unis, les Républicains sont au mieux intimidés, au moins surpris, sachant que les Démocrates n’ont, face à Trump, personne de bon calibre. Donc la politique économique et fiscale trumpienne va continuer. Certes, l’inflation américaine est repartie, à 2,8%, ce qui fera monter les taux courts et les taux longs. Mais Trump pourra faire demander ou même demander d’attendre pour la prochaine hausse (ceci ne se fait jamais, mais on ne sait plus !). Il pourra en même temps demander à l’Arabie Saoudite, mais aussi à la Russie et à l’Iran, de produire plus de pétrole, ce qui les aidera et calmera aussi l’inflation américaine. Mais c’est bon pour le Nobel !

Trump est au moins nobélisable et va partout en profiter, en politique d’abord, en économie ensuite, pour prolonger la reprise américaine. Comme il ne souhaite pas le Nobel d’économie, que celui de Poker n’existe pas, il lui reste donc celui de la Paix ! 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 13/06/2018 - 13:56 - Signaler un abus Le meilleur choix: supprimer le prix Nobel

    La guerre de Corée eut lieu de 1951 à 1953, et donc depuis 65 ans, il n'y a plus de conflit en Corée. Donner le prix Nobel de la paix à ceux qui, finalement, au bout du compte, tout bien réfléchi, etc. ont décidé de ne pas déclarer une nouvelle guerre, est une parfaite imbécillité. Pourquoi ne pas le donner aux Israéliens et aux Iraniens qui se menacent régulièrement, et ne se font pas la guerre non plus ? Trump aurait méprisé Kim s'il n'avait pas visé le prix Obama (pardon, Nobel), et ç'aurait été beaucoup mieux ainsi.

  • Par Marie-E - 13/06/2018 - 15:56 - Signaler un abus pas sur aue lq

    "Les hydrocarbures iraniens ne sont pas irremplaçables: la Chine peut importer davantage de Russie (via un nouvel oléoduc récemment inauguré, NDLR) et d'Arabie saoudite", insiste Hu Xingdou. Surtout, les entreprises chinoises "demeureront très prudentes pour ne pas compromettre leurs activités aux Etats-Unis ou en Occident", ajoute-t-il, notant que CNPC possède diverses coopérations avec des partenaires américains. Selon lui, les milieux d'affaires sont traumatisés par le cas ZTE -- géant chinois des télécoms dont la survie est menacée par une sanction de Washington après qu'il ait violé un embargo américain sur l'Iran. Enfin, l'incertitude politique à Téhéran peut être dissuasive. "Il est possible que le régime iranien change à tout moment, faisant partir en fumée les investissements chinois", indique M. Hu. "La Chine doit tirer les leçons du passé: elle avait investi massivement en Libye et au Venezuela, et y a perdu énormément".

  • Par Marie-E - 13/06/2018 - 16:07 - Signaler un abus desolee,je ne suis pas encore habituee au clavier

    pas sure que la Chine aide l'Iran :" petrole et gaz iraniens: la Chine aux aguets, face au retrait" ...www.lepoint.fr › Économie 17/05/2018 "Les hydrocarbures iraniens ne sont pas irremplaçables: la Chine peut importer davantage de Russie (via un nouvel oléoduc récemment inauguré, NDLR) et d'Arabie saoudite", insiste Hu Xingdou. Surtout, les entreprises chinoises "demeureront très prudentes pour ne pas compromettre leurs activités aux USA ou en Occident", ajoute-t-il. CNPC possède diverses coopérations avec des partenaires américains. Selon lui, les milieux d'affaires sont traumatisés par le cas ZTE -- géant chinois des télécoms (sa survie est menacée par une sanction après qu'il ait violé un embargo américain sur l'Iran). Enfin, l'incertitude politique à Téhéran peut être dissuasive. "Il est possible que le régime iranien change à tout moment, faisant partir en fumée les investissements chinois", indique M. Hu. "La Chine doit tirer les leçons du passé: elle avait investi massivement en Libye et au Venezuela, et y a perdu énormément". . .l'impact sera modéré car les échanges sino-iraniens ne représentent qu'une fraction du marché.

  • Par vangog - 13/06/2018 - 23:37 - Signaler un abus Oh my god! Oh my god!...

    elle ne serait pas cousine avec Hidalgomygode, la bécasse Présidente du Nobel?...ceci écrit, je m’en fous autant que Donald qu’il obtienne le prix Nobel de la paix! Mais, rien que pour faire pleurer les gauchistes, ce sera assez jouissif...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€